AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Kimane


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
vallee84
  10 août 2020
Voyage au centre de la Terre de Jules Verne
Voyage au centre de la terre... Qui n'a pas lu ce roman célèbre si ce n'est le plus connu, de Jules Verne?

Et bien moi pardi !

Mon fils de 19 ans m'a devancé et l'a lu, honte à moi direz-vous et pourquoi ?

J'aime découvrir les classiques qui me font de l’œil. Qui a décrété qu'il y avait un ordre de lecture et un chrono derrière nous ?



Alors ce roman ? Je n'ai pas de mots pour le décrire et pourtant je vais devoir en trouver. J'ai ouvert ce roman et suis tombé sur une description de l'objet livre par le personnage principal du roman, Otto Lidenbrock, professeur en minéralogie. Il trouve un livre très révélateur pour la suite de l'aventure et le décrit comme ceci :



« Vois, disait-il, en se faisant à lui-même demandes et réponses ; est-ce assez beau ? Oui, c’est admirable ! Et quelle reliure ! Ce livre s’ouvre-t-il facilement ? Oui, car il reste ouvert à n’importe quelle page ! Mais se ferme-t-il bien ? Oui, car la couverture et les feuilles forment un tout bien uni, sans se séparer ni bâiller en aucun endroit. Et ce dos qui n’offre pas une seule brisure après sept cents ans d’existence ! Ah ! voilà une reliure dont Bozerian, Closs ou Purgold eussent été fiers ! »



En parlant ainsi, mon oncle ouvrait et fermait successivement le vieux bouquin.



C'est là que Jules Verne m'a happé. J'ai pourtant cru que j'allais me lasser mais c'était sans compter sur la découverte de ce cher Otto, le professeur Lidenbrock, un autre savant comme lui avait laissé un code dans ce livre, une sorte de message crypté que le professeur va en vain, tenter de déchiffrer. Fort heureusement il y a son neveu, Axel, et aussi son élève qui va lui, comprendre et aussi prendre peur car il connaît son oncle, fougueux, entreprenant, enthousiaste, fou ?



Cette découverte va donner naissance à l'entreprise d'un voyage, mais pas n'importe lequel, celui d'un périple au centre du globe. En effet, le professeur et oncle d'Axel est persuadé d'y parvenir, de faire là des découvertes énormes ! Axel est bien plus sceptique, prudent et il faut bien le dire, craintif.

Mais rien n'arrêtera Otto Lidenbrock, le voyage va alors débuter et nous conduire dans les entrailles du globe terrestre, avec tous les dangers que l'on peut imaginer, et pourtant, Jules Verne va imaginer une descente toute autre que celle que nous pourrions nous, imaginer.

Une foule de termes scientifiques vont égrener ce récit, des hauts et des bas (n'y voyez qu'un petit jeu de mots...) vont nous permettre de ressentir le voyage comme Axel et son oncle mais il ne faut pas oublier Hans le fidèle chasseur et guide de la belle aventure ! Sans lui...

C'est toute un monde qui se cache sous nos pieds selon Jules Verne, un monde sous marin ? Un feu dévorant ? Ou juste quelques grottes banales ? Il y a du vrai et du faux dans mes questions, mais il y a dans ce roman toute une série d'autres aspects que je n'aurais imaginer. La descente et ses aléas parfois plus que dangereux nous font frémir et rêver... La ténacité alternant avec le presque découragement du professeur est inquiétante, osée, folle ? La crainte et la réserve d'Axel, plus pragmatique et réservé quant à l'issue de cette expédition permettent le doute et nous incitent à tourner les pages pour savoir jusqu'où vont aller nos amis.

C'est en Islande qu'ils vont entamer cette aventure, mais y reviendront-ils ? Et si oui, est-ce en Islande qu'ils reverront le soleil ?



Ce que je tiens à dire, c'est que je suis interpellé par ce roman, ce classique, et en l’occurrence de Jules Verne et je vais dire pourquoi :



Bon nombre de romans contemporains me sont conseillés, je les achète puis je déchante, je n'entre pas dans l'histoire, c'est fade et insipide, je laisse alors tomber, non sans avoir insisté pourtant.

Et puis voilà un roman de Jules Verne, rien que l'évocation de cet écrivain fait pousser de longs soupirs aux étudiant(es). Et pourtant... J'ai été happé, surpris et suis entré de suite dans le récit, aucun passage ne m'a lassé ou énervé, j'ai frissonné et même ri. Alors, je me répète, un roman c'est une évasion, une aventure, une histoire, des sentiments, de la tendresse, de l'horreur etc, quelques personnages, quelques !! De nombreux romans de nos jours, sont publiés sans être compris ou lu, je commence à me le demander.
Lien : https://lesmotsricochent.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Carciofi
  10 août 2020
Voyage au centre de la Terre de Jules Verne
Écrite au temps de Darwin, cette saga islandaise a un rythme fou: les dialogues, la narration qui permet à Axel de ventiler face à un oncle sémillant, intrépide. Cette sacrée descente conviendra aux Aventuriers de tout poil: en culottes courtes, en running shoes enthousiastes. Prévoir une bonne réserve d'eau.

Commenter  J’apprécie          50
hanyrhauz
  07 août 2020
L'Ile mystérieuse de Jules Verne
L'été, il y a les modernes, amateurs de nouveautés qui ont parfois même commencé à lire la rentrée littéraire, et les classiques, amateurs d'oeuvres du patrimoine, qui remontent le temps.

Cette année, je me suis rangée du côté des classiques. Après la lecture de Dracula, et mon étonnement face à la difficulté que j'ai éprouvé pour avancer dans ce roman, je me devais de faire un autre essai. Jules Verne fait partie de ces auteurs du XIXe siècle que je n'avais pas encore lu. Rien. Pas même un abrégé au collège.

Pourquoi L'île mystérieuse ? Parce que sans le faire exprès, il y a une thématique insulaire dans mes dernières lectures, et parce que j'avais envie d'une robinsonnade. Et pas n'importe laquelle. Dans celle-ci, c'est un ingénieur qui se retrouve perdu sur une île du Pacifique, et avec ses compagnons d'infortune, il va pouvoir mettre à profit ses connaissances qui sont à la pointe du progrès scientifique. Alors, c'est finalement cette originalité qui m'a un peu lassée. Cette étalage de notions sur le savoir de l'époque a forcément vieilli. Mais tout ce qui est propre au roman d'aventure fonctionne à merveille. Du départ en montgolfière jusqu'au retournement final (pas de divulgachage, quand bien même c'est un classique), en passant par l'établissement du campement et la découverte du mystère de l'île, tout nous entraîne dans l'histoire.

Jules Verne est un auteur de roman populaire, et comme pour Dumas, c'est une littérature qui traverse bien les époques, parce qu'elle fait appel à l'envie de découverte et d'évasion du lecteur. Une envie de rêver, de traverser les mers, de combattre les pirates, d'affronter les volcans. Un jeu d'enfants. Et puis, quelque chose de plus profond : la recréation d'une société. Ils sont cinq, sur une terre isolée et ils vont organiser ce monde en vase clos. Il y a un leader, incontestablement Cyrus Smith, l'ingénieur, et chacun des autres compagnons va trouver sa place, dans une sorte d'égalité, le marin comme l'esclave affranchi, le reporter ou l'apprenti ont leurs compétences qu'ils vont pouvoir développer. Une société nouvelle qui devra être en écho avec une terre qu'ils ne maîtrisent pas.

Finalement, les 800 pages de l'édition poche qui me faisaient un peu peur, se lisent assez vite, parce qu'il n'y a pas de réels temps morts dans l'histoire.

Une chouette découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120