AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Presses de la Cité [corriger]


Livres les plus populaires voir plus


Collections de Presses de la Cité



Dernières parutions chez Presses de la Cité


Dernières critiques
Chez Scarlette

Avec CHEZ SCARLETTE , Hervé Bellac , reçoit le prix de la ville de Vannes en 2020. Ce livre est un bel hommage aux femmes.

Sur l'île des Maures , il reste une demi-douzaine de pêcheurs, deux ostréiculteurs, quelques commerçants ,un couple de fermiers , et surtout des femmes !

Solange une parisienne retraitée de l'éducation nationale, Phanie une policière, Marina la doctoresse ,Brigitte la poissonnière , Armande hôtelière , Morgane la fille de Scarlette.

Et surtout Scarlette qui tient le bar tabac sur le port et accueille tout ce bon monde avec son parlé fleuri . Scarlette avec E , parce que son père était fan du fameux livre "Autant en emporte le vent " . Scarlett qui n'est pas aussi gracieuse que son homonyme mais qui a le cœur sur la main.

Tout ce bon monde se retrouve lors d'une tempête. Et on découvre les personnalités attachantes de chacune.

De beaux portraits .
Commenter  J’apprécie          20
Les affranchis

Henry Hill, mafioso notoire arrêté à New York dans les années 80, raconte son histoire à Nicholas Pileggi : comment il a intégré la Mafia, son évolution dans le Milieu, ses frasques, ses crimes, ses arrestations et la fin de son périple en tant que témoin protégé du FBI...



Un récit véridique qui ne crache pas sur les détails, probablement un peu trop long par moments, mais qui revient sans détours sur le quotidien familial et criminel de mafieux qui gangrène et manipule l'intégralité du système gouvernemental américain. Henry Hill a été embarqué tout jeune dans cet engrenage, pour lui les arnaques étaient une normalité d'une banalité qui ne méritait en aucun cas l'intérêt des flics. Et puis les frasques deviennent des arnaques, et les arnaques deviennent des crimes de grande envergure, les réseaux de traffic se créent, on côtoit régulièrement les meurtres, pardon, les "rectifications".

Ce qui est presque le plus choquant, c'est à quel point il paraît facile de contourner le système juridique et carcéral, entre les pots-de-vin, manigances et menaces, et la manipulation des règles d'incarcération et de remises de peines. On a vraiment l'impression que ce sont les malfrats récidivistes et hyper dangereux qui ont le plus de facilités à éviter les peines de prison, laissant le criminel de base sans Organisation derrière lui voire le citoyen coupable de délit de faciès payer parfois pour l'exemple et pour les autres.

Bien que daté car datant des années 80, il y a quarante ans environ, ce témoignage semble carrément rester d'actualité sachant que le crime organisé a toujours de beaux jours devant lui et donne un bon exemple de ce que cela peut donner. Ce qui est surprenant, c'est l'aise avec laquelle Henry a donné tous ses anciens camarades alors qu'à peine quelques pages/mois plus tôt il critiquait la délation. Une belle hypocrisie de la part d'un type et d'un groupe de gens qui se vantent de faire de la prison plutôt que de vendre leurs gars...

Le texte par contre souffre d'un nombre incroyable de coquilles et d'accords malencontreux qui témoignent d'une correction prise à la légère.
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
Commenter  J’apprécie          20
Trois vies par semaine

Un roman haletant et addictif !



Happée par l'histoire, du grand Michel Bussi dans toute sa splendeur. Etant maintenant une grande habituée des livres de cet auteur, je me suis dit en démarrant celui-ci que je ne me laisserai pas avoir, je lirai entre les lignes, je trouverai le détails, l'indice qui va me permettre de ne pas tomber dans le panneau… Et ben, c'est raté une nouvelle fois !



L'histoire est véritablement intéressante, touchante et bien ficelé. Le suspense s'installe au fur et à mesure que l'on découvre l'ensemble des personnages, à l'évolution du récit. Les rebondissements s'enchaînent laissant le lecteur stupéfait. L'alternance des points de vue donnent du rythme à la lecture, on ne se voit pas tourner les pages. De plus, on traverse une multitudes d'émotions tellement contradictoires: de la haine à la sympathie, l'incompréhension à l'indulgence, de la colère à l'empathie.



Michel Bussi a tenu les fils de cette histoire sans faiblir, il nous prouve une fois de plus son art d'exceller dans le twist.
Commenter  J’apprécie          20

{* *}