AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Métailié

Les Editions Métailié sont une maison d'édition créée en 1979 par Anne-Marie Métailié. La maison s'est d'abord concentrée sur la publication d'ouvrages de la littérature lusophone et hispanophone puis s'est ouverte sur des auteurs de nationalités différentes comme Christopher Klein (allemand), Massimo Carlotto (italien) ou encore Arnaldur Indridason (islandais). Il est à noter que les Editions Métailié publie tous les ouvrages traduits de l'auteure espagnole Rosa Montero

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Métailié



Dernières parutions chez Métailié


Dernières critiques
cathulu
24 mai 2017
La Daronne de Cayre Hannelore
A part une brève parenthèse de bonheur marital, on ne peut pas dire que la vie de notre narratrice ait été marquée par la joie de vivre. Lasse d'être employée au noir par l’État comme interprète judiciaire, de n'avoir ni sécu ni retraite en vue, lasse d'avoir bossé pour payer les études de ses filles, puis maintenant pour l'EPHAD de sa mère, elle saisit l'opportunité de se glisser dans un monde qu'elle connaît bien pour le suivre via des écoutes téléphoniques : celui du trafic de drogue.

Et là, elle revit, jonglant avec la langue qu'elle connaît depuis l'enfance, "la langue d'avant Babel qui réunit tous les hommes", à savoir l'argent. Elle endosse avec jubilation l'identité de La daronne, délicieusement amorale, fustigeant notre société et ses hypocrisies. Usant d'une langue tour à tour soutenue puis argotique, "elle, au contraire, avait l’œil émerillonné de celles qui aiment le biff", Hannelore Cayre se régale visiblement à ponctuer son récit de remarques vachardes et délicieuses à nos yeux de lecteurs: "Je me suis très mal conduite avec lui, mais il faut dire que son honnêteté à toute épreuve en faisait un sacré boulet."

Enfin, une héroïne en colère, amorale et qui ne trouve pas son salut dans l'amooouuuur, voilà qui fait bien fou ! (Plein de femmes fortes d'ailleurs dans ce roman , chacune dans leur genre !).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
gromit33
23 mai 2017
La fin de l'histoire de Luis Sepúlveda
Est-ce vraiment la fin de l’Histoire ou la fin d’une histoire que nous raconte Luis Sepulvada dans ce roman. Nous retrouvons Belmonte, un ex guérillero, déjà rencontré dans des livres de l’auteur chilien. Il vit tranquille, reclus au fin fond de la Patagonie avec sa compagne qui essaie de revivre et profiter de la vie après avoir subir de cruelles tortures pendant l’innommable dictature de Pinochet. Mais "Personne ne peut échapper à son ombre" (page 16), et il va pour un dernier « contrat » reprendre la route et l’histoire va le rattraper. L’histoire intime, individuelle mais aussi la grande Histoire, celle de notre XXe siècle que ce soit en Europe ou en Amérique latine. Luis Sepulveda jongle avec les niveaux de l’Histoire et on retrouve des nostalgiques des cosaques russes, de la fin de la première guerre mondiale, quelques russes, nostalgiques ou pas de la période soviétiques ou des apparatchiks qui ont surfé sur la vague profiteuse de la chute du mur de Berlin et il y a aussi l’histoire plus récente du Chili avec la fin de la dictature et la transition vers la démocratie et les lois d’oubli, de pardon.. J’ai beaucoup apprécié ce roman qui en peu de pages arrivent à nous raconter des pans entiers de l’Histoire mais aussi le récit d’histoires individuelles et intimes. Un roman policier terrible mais plaisant à lire car il est aussi une belle page de l’Histoire contemporaine et permet de ne pas oublier et je pense que l’histoire, avec ou sans grand H n’a jamais de fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mylou
23 mai 2017
La règle de l'or de Juana Salabert
La crise touche le monde entier. Les espagnol.e.s triment pour survivre.

Un des moyens de se faire un peu d'argent, c'est de revendre nos objets en or chez un bijoutier-prêteur sur gages.

Seulement voilà, les bijoutiers aussi galèrent. Certains ont vite fait d'arnaquer de pauvres gens pour s'enrichir.

Et fatalement, ça ne plaît pas. Trois bijoutiers sont ainsi retrouvés morts en plein Madrid.

Un tueur en série à l'âme d'un Zorro vengeur de pauvres ? C'est la seule piste, alors l'inspecteur Alarde l'exploite à fond.

Il faut trouver un lien entre ces trois victimes. Un même client, n'importe quoi.

Alors on piétine, on avance doucement. Et peu à peu, certains petits secrets se dévoilent, des liens sont mis à jour. Jusqu'à ce qu'on découvre toute la vite. Qui est le coupable, pourquoi et comment ?



J'ai beaucoup apprécié ce roman. Un peu court selon moi, mais la culture espagnole est quelque chose de fabuleux.

L'inspecteur Alarde est très attachant, c'est un personnage très humain.

L'écriture est agréable aussi, ça coule tout seul, le roman se lit très rapidement. Surtout parce qu'on crève d'envie de savoir qui est derrière tout ça.

Et je dois dire que j'ai adoré toute cette magouille, c'est drôlement bien trouvé, bien ficelé et bien mené.



Je suis juste un peu déçue par le manque d'action. On s'attarde aussi un peu trop sur les interrogatoires des témoins ou proches, pas assez sur le reste de l'enquête.

Mais j'ai tout de même passé un bon moment avec Alarde et pas mal d'autres personnages (même la personne coupable). Merci beaucoup à Babelio-Masse Critique ainsi qu'aux éditions Metailié
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00