AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Métailié

Les Editions Métailié sont une maison d`édition créée en 1979 par Anne-Marie Métailié. La maison s`est d`abord concentrée sur la publication d`ouvrages de la littérature lusophone et hispanophone puis s`est ouverte sur des auteurs de nationalités différentes comme Christopher Klein (allemand), Massimo Carlotto (italien) ou encore Arnaldur Indridason (islandais). Il est à noter que les Editions Métailié publie tous les ouvrages traduits de l`auteure espagnole Rosa Montero

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Métailié



Dernières parutions chez Métailié


Dernières critiques
andreas50
  21 mars 2019
La saison des massacres de Giancarlo De Cataldo
Auteur emblématique du roman noir italien. Magistrat, scénariste, Giancarlo De Castaldo sort en 2002 Romanzo criminale, son livre le plus connu, suivi du film éponyme, raconte les méfaits d'une bande de truands de la Manigliana dans Rome durant la période allant de 1979 à 1992. Ce roman historique raconte aussi les Années de plomb qui plongèrent l'Italie dans l'horreur de l'épopée sanglante des Brigades rouges et les non moins sanglantes répliques des néo-fascistes. C'est aussi une époque où les partis politiques cherchent à rétablir l'ordre en réalisant la plus grande alliance possible avec le Compromis historique entre la Démocratie chrétienne et le puissant Parti communiste. C'est un échec pour les grands partis traditionnels et l'émergence de mouvements régionalistes et populistes, à l'exemple de la Ligue du Nord.

Le deuxième opus de Romanzo criminale est donc La Saison des massacres, qui raconte la deuxième époque, de 1990 à 1994 et le début de l'ère Berlusconi.

Les socialistes parviennent à former un gouvernement qui engage une politique d'austérité, de révision des institutions et de la lutte contre la Mafia et la corruption.

En février 92, commence les enquêtes "Mains propres" dans le milieu des hommes politiques et des fonctionnaires. C'est le début de la série d'assassinats de juges, de personnages points de contact avec la Mafia : Salvo Lima, Giovanni Falcone et le juge Borsellino.

En 1993, c'est l'arrestation de Toto Riina, chef suprême de la Mafia, c'est le début des grands procès, des témoignafes des repentis, la condamnation à de lourdes peines les principaux dirigeants de la Pieuvre qui semble être décapitée pour un long moment.

En visite dans ma bibliothèque préférée, je cherchais Romanzo criminale, mais j'ai du me contenter du second épisode.

J'ai été, je l'avoue, un peu déçu par ce roman. Il y a deux raisons à cela. Dans son docu-fiction, l'auteur nous entraîne dans les arcanes de la politique ultramontaine, faite de petits arrangements, de corruption, de manœuvres occultes où se mêlent Mafia, Vatican,Loges maçonniques, partis traditionnels ou régionalistes, rendent la compréhension de la vie politique italienne, quelque peu brumeuse pour un lecteur étranger. Je ne cache pas que je me suis vite égaré dans cette panade, d'autant que le récit côté fiction est lui aussi un peu nébuleux, sans suite logique, et soporifique. De plus la multiplication des acteurs n'arrange pas les choses.

En conclusion : un roman dont j'ai tourné la dernière page avec soulagement. Néanmoins, je vais continuer à découvrir l' œuvre de Giancarlo De Castaldo, qui reste pour moi l'un des meilleurs auteurs de polars transalpins. A noter, l'excellente traduction de Serge Quadruppani.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Bazart
  21 mars 2019
La Cage de Lilja Sigurdardottir
Agla travaille dans la finance, accusée d'évasion de capitaux, elle a été emprisonnée et se languit d'amour pour Sonia qui l'a abandonnée. À bout, elle tente de se suicider. C'est le moment que choisit un industriel qui connaît son habileté et son flair pour lui proposer une enquête sur le stockage de l'aluminium. Agla ne peut pas résister au challenge et choisit Maria, journaliste d'investigation complexée qui est à l'origine de sa propre condamnation, pour aller sur le terrain.



Description minutieuse d’une société corrompue jusqu’au plus haut niveau. « La cage » troisième et dernier tome de la trilogie « Reykjavik noir » (voir notre critique du premier volet Piégée) est un roman très sombre, très désespéré et pourtant très humain.



Alors que dans les précédents volets, on suivait Sonia, son amante aux prises avec un trafiquant de drogue qui l'avait utilisée comme mule c'est Agla, sa compagne, une génie des finances, qui est l'heroïne de ce nouveau volet.



La reine du polar nordique Lilja Sigurdardottir- mot compte triple au scrable- confirme son talent pour les intrigues internationales à base de conflit international avec ce roman, prix Blood Drop du meilleur polar islandais 2018. et .prouve que le polar islandais n'en finit pas de dévoiler ses merveilles cachées dans l'ombre d'Arnaldur.



En un tour de main, sur un rythme déconcertant et séduisant, Lilja Sigurdardóttir nous initie à la haute finance -ci à la vente et aux trafics des matières premières et au transport de la drogue .



Très courts chapitres sans temps morts. Action fractionnée. Suspens. Efficacité :C’est rapide et très agréable à lire même si, comme toujours, la vie des islandais semble d’un ennui mortel et en plus ils en rajoutent dans les situations glauques et mélancoliques...... Heureusement qu’ils ne sont que 350 000 habitants.....
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Actualitte
  21 mars 2019
La sauvage de Jenni Fagan
Ce n’est définitivement pas dans une partie de plaisir que Jenni Fagan nous entraîne tout au long de ce roman très dur [...] Et pourtant, c’est un livre poignant, sensible, à fleur de peau qui a le mérite de ressasser encore et encore la terrible question : pourquoi ?
Lien : https://www.actualitte.com/a..
Commenter  J’apprécie          00