AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Viviane Hamy

Les Editions Viviane Hamy voient le jour en 1990 avec la publication de trois ouvrages : Terre tranquille d`Armande Gobry-Valle, Fille de pierre de Cécile de Tormay, et les Mémoires du capitan Alonso de Contreras. La maison d`édition publie en moyenne une douzaine de nouveautés par an, dont de nombreux auteurs européens, au sein de différentes collections : Le Domaine Français, le Domaine Etranger, Chemins Nocturnes, et bIs la collection semi-poche.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Viviane Hamy



Dernières parutions chez Viviane Hamy


Dernières critiques
Olloix
  22 juillet 2018
L'art de la joie de Goliarda Sapienza
Ce roman est surprenant et difficile à classer. Je l’ai acheté à la suite d’une émission entendue partiellement sur France Inter (merci le service public) et ne regrette pas de m’être lancé dans cette lecture de 800 pages ; probablement 1000 si je rajoute les retours en arrière que j’ai dû faire car la lecture n’en est pas facile.

Je le relirai probablement un jour tant les niveaux de lecture sont multiples.

Avertissement : il s’agit davantage d’un objet d’étude littéraire que d’un passe-temps à l’intrigue palpitante à lire sur la plage cet été.

Quelques remarques en vrac. Les dialogues sont très élaborés et démonstratifs, totalement improbables dans la vie réelle, c’est-à-dire théâtraux G.Sapienza était actrice). Malgré ses 800 pages, le texte est dense. Les quelques passages qui traînent en longueur sont plutôt rares. Nous sommes plongés au milieu de débats et de rapports de force qui ont forgé notre société actuelle : communisme, fascisme, émancipation des femmes, homosexualité. Le tout vécu de l’intérieur et porté par de vrais personnages de chair et d’os. Le style direct et le franc parlé des personnages est frappant, la réalité est souvent dite sans apprêts. Malgré le côté cérébral que font apparaitre mes lignes précédentes, les descriptions sont souvent très proches des sensations physiques : odeurs, sons, touché. Les corps jouent un rôle important.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
colka
  21 juillet 2018
Trois saisons d'orage de Cécile Coulon
Trois saisons d'orage. Un roman hybride qui, dès le début, m'a désorientée. Tout commence comme dans un conte avec un narrateur, le père Clément, curée du village des Fontaines, qui se propose de nous raconter l'histoire de deux familles, l'une de médecins et l'autre de paysans. On est aussi dans la trame du conte avec les personnages avec notamment, au début du roman, celui de Bénedict, qui va retrouver son père André, médecin aux Fontaines, au terme d'un voyage presque initiatique.

Mais assez vite, le narrateur disparaît, le cadre s'élargit et l'on se retrouve dans une saga familiale, bien ancrée dans un lieu : Les Trois Gueules, "défilé de roche grise, haute et acérée", le village des Fontaines, situé sur un plateau, où cohabitent des paysans et des ouvriers "les fourmis blanches", ces derniers travaillant pour les frères Charrier qui exploitent les carrières avoisinantes.

Le lieu de l'histoire : Les Trois Gueules est d'ailleurs un véritable personnage par son omniprésence et le rôle qu'il joue dans la vie des habitants du village . J'ai apprécié cet aspect du roman qui confère tour à tour à cet endroit un rôle de protecteur ou de puissance occulte et maléfique et la lectrice, que je suis, s'est laissée impressionner . Et si je "poussais le bouchon un peu loin" je dirais que pour moi c'est le seul personnage qui ait vraiment existé !

Effectivement, je n'ai pas vraiment accroché à tous ceux dont il est question dans cette histoire : Bénédict, sa femme, Agnès, leur fille Bérangère et son amoureux Valère. Je crois que cela tient au fait qu'ils semblent tous sortis du même moule : celui d'une perfection -qu'on leur prête ou qu'ils visent- et que bien sûr ils n'atteignent pas, bien au contraire. Deuxième raison : à aucun moment, ils ne sont vus dans leur intimité psychique par le biais par exemple de monologues intérieurs et j'ai vraiment perçu l'écriture de l'auteure comme trop distanciée, voire froide.

Si j'ajoute à cela un rebondissement très tardif de l'intrigue qui m'a plus désorientée qu'il n'a réveillé ma curiosité de lectrice, vous aurez compris que ce roman m'a déçue.

Cécile Coulon est une jeune auteure qui n'a sans doute pas dit son dernier mot en termes d'écriture mais une fois de plus je me pose le problème de la crédibilité qu'il convient d'accorder à certaines prix littéraires...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
isabelleisapure
  15 juillet 2018
Trois saisons d'orage de Cécile Coulon
« Les Fontaines » petit village d’une centaine d’âmes s’étend au pied de l’imposant massif des Trois-Gueules.

« Un défilé de roche grise, haute et acérée, divisé en trois parties, en trois sommets successifs qui ressemblent à s'y méprendre à trois énormes canines. »

Le décor est planté, hostile, étouffant, un cadre idéal pour un drame à venir.

Une centaine d’habitants, jusqu’à l’arrivée des Frères Charrier et leur entreprise d’extraction de minerai, « les fourmis blanches » sont arrivées pour creuser cette roche qui peu à peu dépose sur leurs cheveux et leur peau une fine pellicule neigeuse.

L’accroissement de la population méritait bien l’implantation d’un cabinet médical et André s’y installa et y passa sa vie.

« Trois saison d’orage » est l'histoire d'André, de son fils Benedict qui deviendra lui aussi médecin, de sa belle-fille Agnès et de la fille qu'ils auront Bérangère ; c'est aussi l'histoire de Valère, fils de paysans, de natifs de la région, de gens qui ne sont pas nés en ville, qui sont d'ici.

Un récit tragique raconté par Clément, un homme d'église qui n'a pas d'histoires à lui mais qui connaît celles des autres, les secrets, les mystères, qui observe, écoute et sait se taire car toutes les vérités ne sont pas faciles à entendre.



Après « Le rire du grand blessé » et la découverte de sa plume incisive, je m'étais promis de lire autre chose de Cécile Coulon, j'ai retrouvé dans « Trois saisons d’orage » la force de l'écriture qui m'avait séduite, cette capacité à exprimer la violence, à donner corps à des émotions et des sentiments trop enfouis.









+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300