AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nutty Sheep


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
MaritzaJaillet
  06 février 2021
Crappy Princesses de Charlie Jdan
J’adore découvrir et lire des anthologies pour deux raisons. Primo, puisque ce sont des nouvelles, c’est court et intense et on se plonge rapidement dans l’univers de chaque auteur. Deuxio, quand on sait qu’il y a eu un AT, on se rend compte de la diversité des idées à partir d’un thème imposé. Le premier dessin m’a fait sourire avec l’idée de la DLC… oui oui c’est bien ce que vous croyez ! Le résumé est intrigant et côté alien, j'en connais un rayon !

DANS L’ANTRE DE LA BÊTE, CHARLIE JDAN : Princesse Tartiflette est coincée dans un dragon et ce ne sont pas le prince gingembre, romarin ou la Bonne Coach qui vont venir l’aider. Faut qu’elle se débrouille toute seule et qu’elle joue la « Tarzan pulmonaire ». Une histoire qui m’a fait sourire, avec d’excellentes idées, qui reste simple.

FUGITIVE, THIERRY FAUQUEMBERGUE : Wanted, nous recherchons la princesse Nuttya, fille du seigneur Ship le farouche qui a occis le prince ! Cette nouvelle est moins drôle dans le sens où la pauvre Nuttya est poursuivie à cause d’une légitime défense et que sa chute est… Vous le lirez ! J’ai bien aimé les descriptions dans celle-ci, l’idée avec le forgeron et la fin assez malheureuse mais logique.

LA FLEMME, AMÉLIE SAPIN : Évitez de manger le château en gruyère ! Nous rencontrons Pustullasse la Feignasse ? « hélas non cela ne va pas être possible… » dixit le coiffeur royal qui cherche des poux quand ce ne sont pas des pellicules. Grâce à la visite d’un nain on en sait un peu plus sur celle qui « ne comptait pas les moutons, mais les pierres précieuses, les pièces et les billets. » Très pragmatique. Il faut aller sauver un prince ? Attelons l’escargot ! Cette nouvelle est l’une de mes préférées. Humour, idées, cohérence autour de cette flemme jusqu’à la chute. La profondeur des persos (le nain) et l’univers (les cornichons 😛)sont bien développés pour une nouvelle.

FAUX, JOHANN VIGNERON : Schlack ! Andain sait manier une faux dans ses champs et ne fera pas fausse route en étant soldat. Même s’il n’aime pas la guerre, c’est un passage obligé qui le rendra toutefois populaire. Autant en profiter pour aller délivrer la princesse du joug d’un diabolique décorateur, pardon, mari. Va-t-il réussir à sauver Raganella ?

Nouvelle très intéressante dès le titre, un peu double-sens. Bon rythme jusqu’à la chute qui était un peu prévisible car j’avais déjàààà la chanson en tête. Pas mal tout de même. En revanche un peu déçue de l’ellipse même s’il fallait bien cela pour avancer !

ROUGE-NEIGE, LUDIVINE SEVERS : Qui kidnappe et fait souffrir toutes les princesses ? Le mystère sera peut-être résolu, à moins que les fées s’occupent du problème. Après tout, ni Raiponce, ni Belle, ni Aurore, personne n’y échappe et surtout, personne ne détient la réponse aux questions de rouge-neige. Pourquoi rouge ? Ah parce que ce n’est pas très « rose ». En amour, on ne compte pas les sacrifices. En revanche, pas touche à Elsa !

Nouvelle intéressante, même si on survole un peu trop la protagoniste. Bonnes idées et une fluidité agréable.

PRINCESSE DISCOUNT, EVA PETIT : Installez-vous et avant de commander quelque chose à manger, racontez pourquoi vous êtes une âme en peine. Et cela sans oublier la grève de la SNCF. Ah nan pas celle que vous croyez, mais la « Société nuageuse des chemins féeriques ». N’y a-t-il qu’Albertine qui se confiera ? Heureusement non, et « l’arc-en-ciel emploi » réserve bien des surprises !

Nouvelle qui fait partie de mes préférées pour les idées, l’articulation et les enchaînements. L’humour présent et les rimes…Un très bon moment.

CLINIQUE BÊTE-L-GUEUSE, GRETA HISET : Connaissez-vous les étoiles ? J’ai adoré dès le départ ce jeu de mot dans le titre et dès les premières lignes je retrouve avec plaisir, la Terre, la plantureuse ex-Reine Proxima Centauri etc. Toutes ces beautés pour un concours très spécial ! Bon après on reste à la clinique, c'est le sujet de cette nouvelle et tant qu'à faire autant organiser un concours de beauté... attention à ne pas prendre la grosse Jupiter (enfin la tête!)

La suite sur ma page !
Lien : https://www.facebook.com/la...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FungiLumini
  30 décembre 2020
Uræus de Thierry Soulard (II)
J’étais très intriguée par le concept de cette anthologie : 7 nouvelles écrites par 7 auteurs différents, avec 7 protagonistes issus du même arbre généalogique, qui constituent un récit complet. C’est avec plaisir que je me suis lancée dans cette aventure littéraire atypique, et j’ai beaucoup apprécié ce voyage dans le temps ! Petit plus très sympathique, chaque nouvelle commence par une illustration noir et blanc pleine page, qui donne un avant-goût de ce qui nous attend.



Antoine du Perret est celui qui lance la malédiction dans « Secrétaire d’Empire en pire« . Fils d’un nouveau bourgeois et méprisé de la haute société pour cela, il se retrouve en Égypte à exhumer la tombe d’un scribe alors que les autres cherchent désespérément un objet d’une grande valeur dans le tombeau du Grand Prêtre. C’est bien sûr lui qui va trouver l’artéfact et sans le savoir maudire sa famille sur plusieurs générations. La chance lui sourit beaucoup depuis qu’il est en possession de cet étrange objet, mais il se rend vite compte que cela a un prix et pas des moindres… et quand il tente de s’en débarrasser, l’artéfact revient toujours.



Dans ‘In Cauda Venenum« , Jules du Perret part chez les Indiens pour assouvir sa passion pour l’anthropologie. Après des aventures qui le mènent à utiliser l’artéfact, il se marie et devient antiquaire, mais des malheurs s’abattent sur son couple. Un de mes personnages préférés du recueil se trouve ici en la « personne » de Rex, un fossile gigantesque animé par l’objet maudit !



« Le démon intérieur » habite Chloé du Perret. Alors que ses parents sont morts, elle se retrouve sous la tutelle d’un homme cruel, qu’elle décide de fuir avec l’aide de l’artéfact pour aller vivre sous le régime de son idole Lénine. Elle vit selon les préceptes du parti et élève son fils avec amour et droiture, mais doit retourner aux USA pour régler des affaires d’héritage et tombe étrangement malade.



« Words of Chaos » met en scène Marcel du Perret en tant qu’interprète et traducteur de langues multiples dans l’armée. L’artéfact murmure à son oreille les traductions de ce que les chefs ennemis racontent. J’ai trouvé ce thème et la façon dont il est traité super intéressant ! Encore une fois, l’artéfact amène la réussite, mais aussi de nombreux malheurs dans son sillage…



« Ourobouros » est plus intimiste, la nouvelle raconte l’histoire d’Océane du Perret : comment elle s’est laissée guidée par l’artéfact et à quelles extrémités cela l’a menée. Étudiante militante, mère surprotectrice, enrôlée dans une secte, elle devient une artiste torturée aux visions délirantes…



« Pile ou face » est ma nouvelle favorite de cette anthologie : Sébastien Langlois reçoit en héritage de sa mère une pièce. Quand il la lance, il entre dans un monde parallèle dans lequel il peut faire un vœu égoïste. Si la pièce tombe sur face, le vœu est gratuit, si c’est pile par contre, les conséquences individuelles et mondiales sont dramatiques… ce qui ne l’empêchera pas de lancer la pièce à plusieurs reprises !



« Cycle de vie » clôt ce recueil avec Séléna Langlois, qui va traiter de l’addiction aux technologies et aux réseaux sociaux, cherchant toujours plus de reconnaissance virtuelle, de likes… ce qui ne peut que mal finir.



J’ai beaucoup aimé découvrir à chaque nouvelle étape comment l’objet passait à la génération suivante, quelle forme il prenait et comment il tourmentait le protagoniste ! Des récits dans lesquels la folie n’est jamais loin ! L’artéfact se joue de chacun avec délectation pour amener chaos et destruction sur le monde. Chaque auteur a proposé sa vision des choses, tout en adaptant son récit à l’époque historique qui lui a été attribué et aux événements des nouvelles précédentes. Je serais curieuse de savoir comment se sont déroulées les coulisses de cette anthologie !



Une anthologie dans laquelle une malédiction poursuit la famille du Perret sur plusieurs générations : 7 auteurs écrivent chacun une tranche de l’histoire familiale, chacun apportant sa touche personnelle à ce récit empreint de chaos et de folie, dans lequel l’histoire individuelle se mêle à l’Histoire qu’on connait. Un concept original, atypique et très bien traité que j’espère retrouver encore à l’avenir !
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Julitlesmots
  18 novembre 2020
Victor d'Estragues de Carine Foulon
J’ai déjà eu le plaisir de découvrir la plume de Carine Foulon, lors du Prix des Auteurs Inconnus 2017. Son livre Chicago Requiem, faisait partie des titres sélectionnés. J’avais apprécié tout aussi bien la plume que l’intrigue (ce qui n’était pas gagné…).



Victor d’Estragues, petite nouvelle de 18 pages, publiée quelques mois avant, confirme la jolie plume de l’auteure, simple, fluide, qui va à l’essentiel. On sent qu’elle met un point d’honneur à se relire, marier les mots pour en faire une jolie symphonie et c’est agréable.



J’aime beaucoup les nouvelles, car c’est un exercice compliqué, où l’auteur doit, en peu de pages, accrocher le lecteur. Avec une nouvelle, pas moyen de se rattraper, ça passe ou ça casse… Carine Foulon, en quelques mots décrit ses personnages avec précision, les entoure de mystères et le lecteur en redemande.



D’ailleurs, je trouve que Victor d’Estragues a tout d’un premier chapitre qui met bien en bouche. Le clap de fin laisse sur sa faim, mais c’est le jeu d’une nouvelle…
Lien : https://julitlesmots.com/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190