AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Edit`As


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Mline1
  04 septembre 2016
César et le maître des hirondelles de Bernard Montaud
après césar l'éclaireur, et César l'enchanteur, l'auteur continue sa saga dans le registre du roman initiatique. Il se dévore, il se relie, il est un recueil de connaissances, de sagesse et de réflexion utiles à la vie. Toute la saga est à lire et relire comme un enseignement d'un vieux sage qu'est César et qui vient éclairer les humains sur leur chemin de vie.
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipette
  24 avril 2010
La Serre aux orchidées de Anne Duret
Premier roman d'Anne Duret.



Au fond d'une malle ayant appartenu à son aïeule, Clara trouve une lettre qui s'achève sur ces mots: "C'est du plaisir que naîtra la Vie Nouvelle." (p. 14) Cette phrase, cri de libération féminine et d'émancipation sexuelle, bouscule Clara et ses habitudes. La jeune biologiste décide de partir au Vietnam pour trouver la Serre aux orchidées, laboratoire d'hybridation botanique et école spirituelle. "Cette lettre exhal[e] l'odeur de l'aventure et son corps [veut] en profiter." (p. 15) Sous prétexte de recherche moléculaire pour l'industrie cosmétique, Clara s'offre une parenthèse de six mois dans un pays qu'elle ne connaît pas, décidée à trouver des réponses et à combattre ses peurs. "Ce qui lui était difficile, c'était jouir de la vie, jouir tout court." (p. 31) Avec l'aide de Mme Violet, directrice de la Serre, et de la troublante et muette Mia, Clara s'aventure sur des chemins de plaisir qui la conduisent vers sa plus grande découverte: ses envies ne sont pas condamnables et il n'appartient qu'à elle de les écouter pour mieux les assouvir.



Le sous-titre, Roman initiatique d'une jeune femme ordinaire, est bouleversant de concision. À le lire en première de couverture, je craignais un récit ésotérique aux accents new-age, entre hallucinations hypnotiques et morale ronronnante pour trentenaire coincée. Belle surprise que cette lecture au final! Au fil des pages, l'auteure oppose deux facettes de la femme: la femme de devoir et la femme de plaisir. Laquelle faut-il suivre, quand, comment et pourquoi, ce sont autant de questionnements qui ne restent pas vains. Je ne prétends pas que ce roman est un traité de développement personnel comme il en fleurit beaucoup trop dans les mauvais rayons des librairies . Mais il offre de jolies perspectives et de sympathiques envolées en dehors du carcan que certaines femmes s'imposent.



Passé outre l'agacement de la lecture d'une énième réécriture un peu vide du topos littéraire qui fait de la fleur une métaphore de la femme, je me suis laissée emporter par la douce et violente poésie des découvertes de Clara. "La serre réveillait en elle cette furieuse nature jouisseuse qui dort dans le sein des femmes et que trop souvent elles s'interdisent de vivre." (p. 64) L'initiation est simple: il s'agit pour Clara, "si craintive du plaisir et qui [a] une soif inextinguible de la jouissance, réprimée par des idées, par des mots, par des principes" (p. 125), de découvrir quelle femme elle est, quelle femme elle dissimule.



L'initiation passe par le combat. Clara doit vaincre ses peurs, son angoisse d'être désirable, son inquiétude de ne pas savoir assumer son désir, ses doutes sur sa sensualité et son potentiel de séduction. La recherche du plaisir devient moins un but qu'un cheminement. Le plaisir réalise la femme: "Jouir est un droit élémentaire, ou un devoir absolu, comme vous voulez. Jouir changera tout. Jouir assiéra la place des femmes dans la société. Sans la jouissance, il manquera toujours quelque chose à la puissance féminine." (p. 199)



Bien loin des traités de féminisme enragé, le récit n'accuse ni ne repousse les hommes, au contraire. Pas de femme sans homme, pas de femme si elle n'est tournée vers l'Homme, celui qui lui correspond et pour lequel elle a le devoir de se préparer. Les disciples de la Serre suivent les enseignements d'Alexandra Legrand, celle qui en 1920 a fondé ce lieu de botanique et de développement. Le nom de ce personnage ficitf m'évoque celui de son homonyme, Alexandre le Grand. L'homme a conquis de vastes territoires et asservi des milliers d'hommes. La femme propose de conquérir son propre territoire intérieur et de se libérer de la soumission aux hommes en gagnant une connaissance intime de son plaisir.



La question du plaisir féminin est traité de deux points de vue, traditionnellement opposés: celui de la pensée occidentale chrétienne et celui de la pensée orientale. Là où la morale occidentale sanctionne le plaisir comme un péché et une dégradation de l'âme, la philosophie orientale voit une célébration du divin, un rapprochement possible de l'accomplissement intérieur ultime. Clara, toute pétrie des certitudes et des tabous de la première pensée, s'ouvre lentement à la seconde. Mais la découverte se fait avec respect, sans reniement systématique ni mise à l'index. Clara avance sur une nouvelle voie, en se libérant de ses traumatismes passés et en acceptant de voir l'amour sous une autre lumière, sous laquelle elle n'est plus passive mais pleinement actrice de son plaisir.



J'ai beaucoup ri à la lecture de la comparaison du désir avec une fringale: "Quand on a faim, on ouvre la porte du frigo et on mange." (p. 137) Si ça pouvait être aussi simple...



Liée à une orchidée qu'on lui a offert à son arrivée, une phalaenopsis pantherina, Clara apprend à trouver seule ses propres réponses, à se découvrir féline. Dans un cheminement fait de dépassements et de renoncements, Clara fait sa plus belle rencontre: la femme qu'elle est.



Sans faire de ce roman mon livre de chevet, je pense que je retournerai y puiser quelques idées, de temps en temps. Où est le mal de se vouloir jolie, juste pour soi un moment, sans penser à séduire ni devoir le faire? Je suis déjà acquise au port des talons, mais il y a deux ou trois petites choses que Clara accomplit que je pourrais aussi tenter. Je recommande ce livre à toutes les femmes mais je le rappelle, il ne contient pas de réponse ni de révélation, juste les expériences d'une femme comme vous et moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
saphoo
  10 avril 2010
La Serre aux orchidées de Anne Duret
Ce livre est un roman pourtant il a des saveurs d’un autre genre : style essai, témoignage romancé, c’est en ceci que la lecture fut agréable et à la fois intéressante avec en prime une belle écriture.



Cependant ça reste un roman, je pense qu’il faut savoir également différencier le réel de la fiction, chacun devant piocher les idées qui lui semblent appropriées, je n’ai pas adhéré à 100% à cette phrase ; “du plaisir naîtra la vie nouvelle”, il faut être naïf pour croire que la vie n’est que plaisir, hélas il en est bien autrement pour une grande partie de nous, sans occulter qu’il faut profiter des bons côtés de la vie, il ne faut pas moins être attentif au malheur de chacun, à moins d’être un égoïste pur et dur, sans compter les blessures profondes dont même la sexualité ne peut venir panser, on ne vit pas seul sur notre planète et la vie ne se résume à la planète sexualité quoique pour certains c’est l’orbite unique qui donne un sens à leur vie.



Donc, gardez bien en tête que le cheminement de Clara, sa renaissance par la sexualité épanouie, n’est pas la clé miraculeuse et unique du bonheur, mais bien un besoin personnel et le début d’une nouvelle vie qui j’espère pour elle ira au-delà du sexe.



Toutefois, les idées développées au fil du roman sont intéressantes et chacun peut en prendre de la graine sans en faire une philosophie universelle. Il est toujours bon d’écouter les expériences et les témoignages des uns et des autres et d’y puiser l’eau de la source afin d’y goûter si sa fraîcheur peut nous désaltérer aussi…



Pour ma part, l’histoire par elle-même n’apporte pas trop d’importance à ce livre mais reste la toile de fond au sujet traité avec subtilité et naturel.



Au-delà de la sexualité, ce roman nous éclaire également sur une prise de conscience à l’éveil de notre personnalité à faire éclore, savoir se dépasser, s’écouter et s’accepter, accepter aussi l’imperfection, oser être, oser nos envies … et je pense que cet enseignement peut facilement être mis en œuvre pour toutes situations dans lesquelles on semble englué, prisonnier, pour ne pas dire persécuté et soumis (voyez un peu dans le monde du travail par exemple !) , un livre dont il faut savoir tirer des leçons et non simplement lire que l’histoire de Clara.



La sagesse qui en découle me semble le point fort du livre, c’est que je retiendrai au final de cette histoire. Sans pour autant approfondir les théories, il me semble que l’essentiel : ”bien dans sa tête pour être bien dans son corps” et inversement reste primordial pour avancer sereinement dans la vie sur tous les plans.



Clara a redécouvert son corps, sa féminité, sa confiance et ses atouts, elle en a fait sa richesse, maintenant tout le monde ne recherche pas absolument la richesse ni le plaisir par la sexualité, il y a mille et un plaisir sur terre, qui me semblent tout aussi importants et fondamentaux. Honnêtement cette charmante Clara avait grand besoin de changer d’air loin de l’agitation des grandes villes, loin du stress acharné du travail… il était grand temps qu’elle vive … cette coupure loin de ce monde agressif, lovée dans un cocon de douceur et de sérénité, ont permis à Clara d’entendre son propre corps, d’écouter son âme, d’être tout simplement en vie… le réveil des sens ne peut se faire si on n’est pas à l’écoute de soi, et si on n’est fermé comme une huître…



Comme on dit, chacun voit midi à sa porte. Chacun s’épanouit à sa façon et trouve son bonheur là où il est. Clara nous démontre par contre, qu’on peut toujours changer, se surpasser, s’étonner, que ça soit sur le plan sexuel ou pas, prenons l’exemple de cette fille métamorphosée et mettons en application sa bonne volonté pour ouvrir les yeux et se regarder en face ! qu’y a-t-il de l’autre côté du miroir ? A vous de le découvrir …



J’ai tout à fait succombé à l’atmosphère, l’ambiance et décor de la serre, très zen, très vert, fleuri, envoûtant, parfumé et calme. L’auteur a su parfaitement retranscrire, cet autre monde où la vie s’écoule sans réelle perturbation, ni obligation… un bain de douceur et d’apaisement, à lire ces descriptions, on ressent tout à fait l’effet relaxant du lieu.



Du positif dans ce roman, même si il y a des points qui restent à mon humble avis moins “crédibles”, j’ai passé un bon moment de lecture zennnnnnnnnnnnnn !!!!!!! un livre qui peut faire du bien à certaines personnes… après il ne faut pas tomber dans le piège de la béatitude, ça reste un roman et non un remède…




Lien : http://lesmotsdepascale.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10