AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Slatkine et Cie


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Slatkine et Cie


Dernières critiques
dcombier
  16 avril 2021
Le Stradivarius de Goebbels de Yoann Iacono
Une histoire vraie dont je n’avais jamais entendu parler et qui montre comment les puissants utilisent tous les moyens à leur disposition pour promouvoir leurs intérêts. La jeune violoniste japonaise virtuose Nejiko Suwa est ainsi manipulée successivement lors de la seconde guerre mondiale par les nazis et les japonais pour promouvoir l’amitié entre leurs deux peuples et accessoirement la musique allemande « rempart contre la dégénérescence » puis, après les victoires alliées contre ces deux nations, par les américains comme symbole du bien qu’ils apportent via la reconstruction du pays au Japon occupé et aux japonais.

Histoire passionnante, très bien documentée, mais un livre qui souffre d’un manque d’empathie et d’une certaine froideur de narration ; Yoann Iacono n’ayant pas su se débarrasser totalement du style impersonnel et distant que le haut fonctionnaire et conseiller politique qu’il est utilise quotidiennement dans les rapports, notes et autres synthèses qu’il rédige dans le cadre de ses fonctions.

Ce manque nuit au livre et à la qualité de la lecture ; j’ai toujours eu le sentiment de rester extérieur au récit comme si je lisais un rapport d’enquête administrative. Une déception sur la forme, pas sur le fond.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Archie
  15 avril 2021
Les protégés de Sainte Kinga de Marc Voltenauer
Paru fin 2020, Les Protégés de Sainte Kinga est le quatrième polar de l’écrivain suisse Marc Voltenaer. Focus sur les mines de sel de Bex, dans le canton de Vaud ! Une région dans laquelle j’ai pris plaisir à me retrouver, car elle est riche en souvenirs de mon enfance. J’ai passé de nombreuses vacances à Villars et les noms de Bex, Ollon, Gryon, Chésières ont laissé une trace impérissable dans ma mémoire. Je ne connaissais toutefois pas les mines de sel ni leur univers souterrain mystérieux et tentaculaire.



La scène de crime ne manque donc pas de sel ! Au fond de la mine, des criminels ou des terroristes – il parait que ce n’est pas la même chose ! – ont capturé des otages, dont une majorité d’enfants. Un inconnu grimé en Charlot pose les premières revendications tout en narguant les flics. Ça ne rigole pas, un premier otage (adulte) est exécuté. L’officier Andreas Auer, de la police criminelle vaudoise, mène l’enquête tout en supervisant les négociations.



La fiction est finement charpentée – bien qu’un peu compliquée –, tant pour les motivations des criminels, que pour la stratégie très élaborée qu’ils ont concoctée. Il est vrai que l’action se passe en Suisse, où l’on a le culte de la mécanique de précision. L’horlogerie y est aussi réputée et dans leur grande majorité, les chapitres sont titrés sur le modèle « treize heures et vingt-deux minutes après le début de la prise d’otages ».



Les Protégés de Sainte Kinga est un polar à suspense et à énigmes. Son narrateur – l’auteur, en fait ! – maintient en permanence, et avec succès, l’incertitude sur l’issue de la prise d’otages. Il entretient en même temps le mystère sur l’identité des coupables, des complices et sur leurs motivations. C’est là que le bât blesse. Parce qu’en sa qualité de narrateur du type omniscient, il dissimule sciemment des faits, puis les dévoile selon sa volonté et non pas en fonction du déroulement des péripéties. C’est un artifice d’écriture classique, mais en l’occurrence un peu trop évident. Les thrillers sont plus crédibles lorsque le narrateur semble ne pas en savoir plus que le lecteur.



Le livre est très documenté. De longues pages sont consacrées à l’histoire de la mine et à sa topographie, ses galeries, ses escaliers, ses accès et ses anciennes zones de travail. On s’y ennuie un peu. L’auteur se complaît aussi à multiplier avec force explications les recours aux technologies de protection et de piratage les plus innovants. Dans un roman, la qualité de la documentation est importante, mais sa transcription dans la narration doit rester légère. Les détails descriptifs ou fonctionnels n’intéressent que les spécialistes. Vous et moi, nous n’y comprenons rien.



Très long, plus de cinq cents pages, le livre est toutefois relativement facile à lire grâce à ses très courts chapitres, en dépit des excès de détails que j’ai évoqués et qu’il suffit de « zapper ».


Lien : http://cavamieuxenlecrivant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
BooksnPics
  15 avril 2021
Vert samba de Charles Aubert
Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Niels Hogan, la quarantaine, a décidé il y a quelques années de fuir une vie qui ne lui correspondait plus. Peu enclin à se sociabiliser, il se plaît à fabriquer des leurres pour la pêche et à passer du temps avec son voisin et ami, Vieux Bob. Avec le temps, ce duo s'est agrandit pour y inclure Lizzie, Malik, Paddy et le capitaine Malkovitch.

« Vert Samba » se déroule moins d'un an après les événements de « Rouge Tango ». L'auteur, Charles Aubert, a décidé de ne laisser aucun répit à ses personnages puisque le corps sans vie d'un ostréiculteur, puis un second sont découverts sur l'étang de Thau.

« Vert Samba » se construit selon la même ligne que ses deux prédécesseurs. Au-delà de l'intrigue policière qui y est développée suite à la découverte de ces cadavres, l'auteur nous plonge au coeur de la découverte – ou redécouverte – de soi, de la nature, de la perception des autres, de l'amitié. L'auteur a cette capacité de développer des personnages attachants, fusionnels que l'on a grand plaisir à retrouver et voir évoluer dans ce triptyque qui apporte son lot de poésie – et plus encore, dans ce troisième opus, grâce à l'apparition de Tao et Nathalie, tous deux pensionnaires de l'ESAT, l'Etablissement et Service d'aide par le travail accueillant des personnes en situation de handicap situé près de l'étang de Thau.

Quel plaisir d'avoir retrouvé ces personnages attachants, ce petit coin de paradis non loin de Montpellier où tout pourrait être si calme…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40