AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Slatkine et Cie


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Slatkine et Cie


Dernières critiques
CelineGe
  17 octobre 2019
La fraternité de Takis Würger
Je n’ai pas du tout été épatée par ce premier roman et pourtant, je partais plutôt conquise d’avance, la faute à un insert publicitaire vendeur dans mon hebdomadaire préféré... Comme quoi, j’ai beau dire que je ne me ferai plus avoir, je retombe régulièrement dans le panneau !



L’histoire n’a strictement rien d’original à mes yeux et j’ai même trouvé que ça manquait de crédibilité au début.

Cette tante qui propose à son jeune neveu de lui subventionner ses études à Cambridge (en gros) à condition qu’il résolve un crime...

???

C’est œil pour œil dent pour dent ? La police ne s’en occupe pas ?

Bref, j’ai été beaucoup dérangée par ce postulat de départ peu crédible.



Il faut dire la vérité. Si j’ai été attirée par ce livre, c’est parce que je pensais me retrouver plongée dans une certaine ambiance, façon « Le maître des illusions ». Des histoires d’étudiants sur un campus, des secrets entourant une confrérie un peu mystérieuse, un « crime » à élucider.

Je n’ai pas du tout trouvé ce que j’attendais et cela tient sans doute au fait que le livre est court. L’histoire se déroule sur plusieurs mois, voire même une année universitaire et donc tous les événements sont décrits rapidement. Aucune ambiance, aucun décor ne se met en place.

Je n’ai jamais été une grande fan des pages de descriptions n’en plus finir mais ici, pour le coup, elles m’ont manqué !



Quant au sujet... des hommes qui usent de leur petite « puissance » ou de leur pseudo aura de sportifs glorieux pour abuser de jeunes femmes... couru d’avance dès le début... même si en grande naïve que je suis, j’avais espéré découvrir une intrigue bien plus travaillée et haletante.



Le seul point que j’ai bien aimé a été la construction du récit faisant alterner la narration du point de vue des différents personnages.



Et dernier bémol... je n’ai pas du tout compris le pourquoi du comment de la présence dans l’histoire du personnage de l’étudiant chinois ! A quoi sert-il ???
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Crossroads
  17 octobre 2019
Le soleil des rebelles de Luca Di Fulvio
CON-TENT ! CONTENT ! CONTENT !

C'est que je retrouve mon Di Fulvio des débuts, d'où cette joie pudiquement déclamée, tout en retenue.



Si le pitch n'a rien de révolutionnaire, son traitement se boit comme du p'tit lait.

Et vu mon intolérance au lactose, c'est dire la perf' stylistique de Monsieur Di.



Un gamin de sang bleu qui se retrouve du jour au lendemain orphelin et roturier, on a déjà vu plus envieux comme karma. Comme scénario original itou.

Oui mais voilà, ce qui aurait pu passer pour une énième bouse sommairement lue en diagonale biseautée frôle ici l'incontournable tant son valeureux auteur possède ce don rare et ineffable de conteur.



Récit initiatique, mâtiné d'une fort jolie histoire d 'amour, et transcendé par un besoin de vengeance quasi mystique, ce soleil des rebelles fait la part belle aux émotions pures et aux sentiments profonds.



Les bons sont vraiment bons... et cons, occasionnellement, on va pas se mentir.

Le regard aussi éveillé, parfois, que celui d'une vache regardant inlassablement passer les trains.

Le méchant possède tous les atouts de la tête à claques de compet'. Le type que l'on se plait à haïr et dont on attend qu'une seule et unique chose, qu'il claque dans les plus atroces souffrances.

Puis qu'enfin nos deux tourtereaux se retrouvent pour vivre, dans une aura rose fuchsia sur un air boisé de Richard Clayderman, leur compliquée mais néanmoins prometteuse histoire d'amour après moult péripéties endurées aux frontières de la mort qu'est jamais bien loin pour vous faire une vacherie qui ne fait, généralement, glousser qu'elle.



Autre formidable point d'accroche, les seconds rôles sublimement développés. Je n'oublie pas les troisième, quatrième - non, pas les cinquième qui furent finalement assez discrets - sans qui rien de tout cela n'aurait pu arriver. Note à moi-même, penser urgemment à une cure de détox anti César, Victoires de la musique et autre manifestation à l'entre-soi soporifique et honteusement flatteur...



Mon seul et unique regret, un récit que j'aurasi souhaité bien plus ramassé, histoire de toucher au sublime, plutôt que d'avoir parfois le sentiment d'un soufflé qui retombe, écrasé par une foultitude de détails et d'anecdotes dont je me serais fort bien passé.



Le Soleil des Rebelles, Yell !!!

Et c'est Billy qui l'dit...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          358
Meli_melo_de_mots
  17 octobre 2019
Le miroir des âmes de Nicolas Feuz
L'histoire se passe à Neufchâtel, où a eu lieu un terrible attentat, faisant plusieurs morts et volant la mémoire du procureur Jemsen. Pdt que ce dernier cherche à retrouver ses souvenirs, les policiers ont à faire avec un tueur en série et leurs recherches les mènent à la mafia albanaise. Quel lien y a t-il entre cet attentat, ce meurtrier et la mafia ?

Les chapitres courts donnent une certaine dynamique au récit. Et incite à aller toujours plus loin dans la lecture. Rien n'est superflu dans ce roman, chaque indice disséminé par l'auteur nous guide vers la résolution de cette mystérieuse enquête et pourtant, seule la toute fin nous apporte toutes les réponses. De quoi nous tenir en haleine pendant les 270p de ce roman.

L'histoire est écrite à travers le vécu des trois principaux protagonistes : le procureur, la belle Alba et Le Vénitien, ce mystérieux tueur en série. Chaque partie consacrée à l'un d'entre eux nous en apprend un peu plus sur leur personnalité et sur les liens qui les lient entre eux et avec les autres personnages qui les entourent. De retournements de situation en révélations, Nicolas Feuz nous emmène là où nous n'imaginions pas aller... L'auteur étant lui même procureur à Neufchâtel, on a également l'impression de voyager dans cette ville. Et le récit n'en semble que plus réel.

Ce roman est une réussite, une très bonne découverte et il me tarde de lire la suite des péripéties du procureur Jemsen (surtout quand on connaît la fin du Miroir des âmes)...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00