AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Evidence Editions


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Evidence Editions


Dernières critiques
LightandSmell
  27 mai 2020
My bullet journal de Editions Evidence
Vous êtes probablement nombreux à avoir vu passer, sur Instagram et ailleurs, la folie « bullet journal » avec des journaux qui frisent parfois l’œuvre artistique. Cette méthode d’organisation et d’optimisation de son temps m’attire depuis plusieurs mois, mais je n’ai jamais osé me lancer. À force de voir des carnets plus beaux les uns que les autres, j’ai fini par avoir l’impression qu’il fallait posséder une bonne dose de créativité pour arriver à faire quelque chose de correct et d’assez agréable pour avoir envie de l’utiliser sur la durée.



N’étant pas particulièrement créative ni très douée pour tout ce qui touche aux arts plastiques, j’avais donc abandonné l’idée avant de découvrir My bullet journal d’Évidence Éditions. Sa particularité : avoir des pages déjà imprimées à remplir, ce qui vous évite de devoir réfléchir pendant des heures aux catégories que vous souhaitez insérer dans votre journal.



Ce principe ne conviendra pas à tout le monde, mais pour moi, c’est le compromis idéal entre mon envie de tester le bullet journal et mon découragement à l’idée de partir de zéro. Le contenu est riche et plutôt bien pensé même si toutes les catégories ne vous intéresseront peut-être pas :



un planning annuel

pour chaque mois : un planning, les objectifs du mois et les envies de shopping, une double page pour gérer son budget, une page pour noter les livres que l’on souhaite lire et les séries/films que l’on aimerait voir (la catégorie que j’ai la plus utilisée), un dessin à colorier pour suivre son humeur, une page feel good où l’on note des mots qui font du bien, un planning pour chaque semaine du mois, des pages de suivi des consommations de boissons durant le week-end, des pages pour noter les courses et planifier les repas…

disséminées tout au long du bullet journal, on retrouve également d’autres thématiques souvent saisonnières : anniversaires, informations sur son animal de compagnie, organisation de la Saint-Valentin, vacances, musique, créativité, cadeaux de Noël…





Ayant en ma possession ce bullet journal depuis un petit moment, j’ai pu totalement me l’approprier et ai fini, au fil des semaines, par détourner certaines catégories. À titre d’exemple, j’ai transformé le suivi de consommation de boissons en suivi de séries coloriant un verre à chaque épisode vu. La liste des courses est devenue un espace pour noter les thés que j’aimerais tester et laisser mes impressions de dégustation. Quant aux illustrations à colorier, je les ai considérées comme de simples coloriages ne ressentant pas le besoin de suivre l’évolution de mon humeur…



Ce carnet, bien que déjà imprimé, permet donc, dans une certaine mesure, de le personnaliser et de le faire évoluer afin qu’il corresponde à nos attentes. Je pense rester sur ce bullet journal parce qu’en l’utilisant, je me suis rendu compte qu’il me suffisait et que si j’adore admirer de beaux carnets sur la toile, je n’ai ni l’imagination ni la patience pour me lancer dans l’aventure. Il aurait néanmoins été sympathique de trouver quelques pages blanches chaque mois afin de laisser la possibilité à chacun de se créer quelques entrées personnelles.



En bref, si vous aussi vous avez envie de tester le bullet journal, mais que vous souhaitez y aller en douceur et/ou que vous ne vous sentez pas le courage de partir de zéro, cet ouvrage est fait pour vous. Rapide à remplir et simple d’utilisation, il vous permettra de vous organiser de manière ludique et pratique.
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
michaelfenris
  24 mai 2020
Mémoires Vivaces de Christophe Corthouts
Paru chez Evidence, dans la collection « raconte-moi une photo » dirigé par Mac Bailly, Mémoires vivaces est le résultat d’un challenge de l’auteur : mettre des images en mots. pour avoir contribué à la collection, cet exercice est tout autant excitant que difficile. Si Christophe précise en préambule qu’il n’est pas un amateur de formes courtes, force est de constater que l’animal s’en sort plus qu’honorablement tout au long de ces quatorze récits mêlant le fantastique et la SF, le thriller, la poésie de l’instant, l’émotion au décours d’une page. Il n’hésite pas non plus à glisser de façon directe ou plus masquée, son amour pour les grands auteurs contemporains du genre, dont Stephen King bien sûr,

Résumer un recueil de nouvelles n’est jamais évident, je vais essayer de vous livrer mon ressenti sur chacune d’entre elles, en peu de mots pour ne rien gâcher du plaisir de votre future lecture.



Jamais : une courte nouvelle sur l’instant, l’envie, le désir simple entre deux êtres. Comment résumer la passion qui fait courir et peut sembler faire commettre des gestes non calculés.



Vivre : une nouvelle résolument tournée sur l’horreur, l’indicible comme disait Lovecraft. Un couple, un enfant, un chien. C’est l’enfant qui narre. « Ils » sont là, dehors, ils cherchent à entrer. Le garçon doit se cacher dans la cave… On ne saura pas qui sont ces agresseurs, ni ce qu’ils cherchent, ce qui rend la nouvelle plus percutante en quelques mots. Cet indicible n’est pas innocent, pour moi, il y a du Hodgson , du Jean Ray et du Lovecraft en elle.



Le jardinier : Une histoire comme je les aime, en raison de sa chute, très noire et non dénuée d’humour. Parce que Maurice est un jardinier bien spécial.



La dématérialisation d’Eric Martelange : un petit délire sympathique d’anticipation sur l’écriture numérique



L’arbre dans la vallée : un petit conte sur un arbre. Qui rêvait d’aller plus loin, plus haut que n’importe qui. et tant pis si c’est un arbre. Il était une fois…



Les dents de la Meuse : une des nouvelles les plus intéressantes du recueil, à mi-chemin entre fantastique et drame sociétal. Un vieil homme sur un bateau, qui a tout perdu, et ne voue plus que le restant de sa misérable existence à la traque de ces fameuses « dents de la Meuse ».



Les Ombres de Celine : construite comme un poème, ces ombres qui s’épaississent et viennent menacer leur propriétaire comme pour mieux lui échapper. Un petit côté ritournelles enfantines dans ce qu’elle peuvent avoir de cruelles.



Jackie : comme Jackie Kennedy, bien sûr. Et une histoire de paradoxe temporel, qui aurait pu être écrite par King lui-même. Comme dans 22/11/63 par exemple



Le Grand Nettoyage : les « Men in Black » à la sauce Corthouts. Leur mission, surveiller les interférences entre les différents univers et leurs habitants. Désopilant.



Forêt : et si les arbres parlaient avant de finir en étagère Ikéa? Ils se raconteraient sûrement ce type d’histoire.



Mémoires Vivace : une des plus longues nouvelles du recueil. Thomas Selis, policier, prend en charge l’enquête sur une jeune femme quasi-mutique, ne prononçant que quelques mots d’anglais incompréhensibles. Et une photo à ses côtés, la montrant elle , mais prise bien avant… Puis surgissent des types en uniforme, façon T_1000 pour Sarah Connor. Et Lorna, qui le tire d’un mauvais pas et lui annonce qu’elle vient du futur pour le modifier. De la SF très classique sans aucun temps mort.



Cent mille dollars : Pour cette somme, le sniper règle vos problèmes, quels qu’ils soient. Même si c’est la CIA qui demande… Enfin, en principe, parce que parfois, la cible est…



Le dernier Hobbit : ma préférée, indiscutablement. Beaucoup d’humour dans cette histoire de deux hommes, Jarvis et Robert, survivants du « Grand Merdier », l’extinction de la race humaine. Leur vie se résume à dégommer une sorte de zombie aussi dangereux qu’un poste électrique. Et puis Jarvis se demande ce qu’est devenu le dernier film réalisé par Peter Jackson, la bataille des cinq armées. La bobine doit exister dans ses studios en Nouvelle Zélande, non? Pourquoi ne pas s’offrir un ultime road-trip? A mi-chemin entre Zombieland et les comics de Kirklman et Adlard, Le dernier Hobbit est aussi un bel hommage à ce cinéma qu’affectionne l’auteur.



Le Gardien de la côte : de l’Héroic-Fantasy avec ce petit quelque chose tout droit sorti de Poudlard. Brian, un jeune gamin de 15 ans à l’esprit vif et nourri avec des dizaines de romans fantastiques, est embarqué dans une histoire où il doit combattre une créature vomie des Enfers et résolue à détruire le monde. Et Brian est l’élu…



14 histoires, 14 facettes du talent de l’auteur, qui sait être multiple, aussi à l’aise dans le roman d’aventure (ses Bob Morane sont parmi les meilleurs pour moi), le policier et le thriller ( Virtual World est un roman à lire d’urgence), qui nous montre son amour pour le cinéma et les grands auteurs, auteurs à qui il peut se mesurer sans conteste, et sans avoir à rougir.



Je le remercie vivement ainsi que les éditions Evidence pour m’avoir permis de me régaler de ces petites douceurs.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
marjorie24
  24 mai 2020
Entité de Lili Garden
Quel coup de cœur !



Lorsque Évidence Edition m'a proposé ce service presse J'ai de suite succombé , j'ai flashé sur cette sublime couverture , elle est mystérieuse , sombre et nous donne le tempo de l'histoire .



Le résumé quant à lui nous donne envie d'en savoir plus sur cette inquiétante maison "Providence" .



J'adore les histoires de maisons hantées et de fantôme c'est donc tout naturellement que je me suis lancé dans celui-ci .



Caroline mère et épouse trouve la maison parfaite pour sa petite famille , son mari Charles et son fils Gabriel .



Apres avoir emménagé Caroline et Gabriel ressentes des choses bizarres et Caroline se comporte différemment , des événements bizarres se produisent dans la maison ... Que se passe-t-il ?



Au premier abord nous pensons directement à une maison hantée mais c'est bien plus que cela , bien plus intense !



J'ai pris beaucoup de plaisir dans ma lecture , ce fut une très grosse surprise . Je ne connaissais absolument pas cette auteure mais sa plume m'a vraiment plu , elle a une écriture fluide , une belle maîtrise de son histoire et un scénario parfaitement bien mené .



L'histoire en elle-même m'a bien emballé et épaté j'ai été captivé par cette maison et son histoire j'ai voulu en savoir plus et surtout savoir ce qui allait leur arriver bref j'ai été happé du début a la fin par cette histoire envoûtante .

Caroline est un personnage fort auquel on s'attache facilement , cette maman qui ne veut que le bonheur de sa famille... J'ai trouvé seulement un peu plus froids les liens entre elle et son mari .



Son fils Gabriel me fait de la peine , on a envie d’être sa maman et de le protéger , l'auteur arrive à nous mettre à la place des personnages en nous détaillant parfaitement chaque scène .



Un roman fantastique de haut niveau , avec des passages assez effrayants qui vous mettront en haleine , un suspense haletant et une maison qui vous dévoilera ses secrets au fil des pages .



Sueurs froide garantis !



Merci pour ce coup de cœur , j'ai passé un excellent moment au coté de Caroline et "Providence" .




Lien : https://marjobookcontact.wix..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00