AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Presses Universitaires de Grenoble


Livres les plus populaires voir plus


Collections de Presses Universitaires de Grenoble



Dernières parutions chez Presses Universitaires de Grenoble


Dernières critiques
LeManegeDePsylook
  11 juillet 2020
Le choix nous appartient : Une bosse dans le dos de Isabelle Poirot
Je tiens tout d’abord à remercier la masse critique Babelio ainsi que les éditions PUG pour ce partenariat qui m’a permis de découvrir ce passionnant petit roman.



Ce livre fait partie de la collection En lien. Comme son nom l’indique, son but est de faire le lien entre le lecteur, les professionnels et les néophytes. C’est réussi, pour celui-là en tout cas. J’ai eu la sensation d’avoir ma place dans ce récit, pas seulement en tant que spectatrice : j’ai partagé les sentiments des parents… le désarroi quand ils ont appris que leur petite fille était atteinte de spina bifida, l’angoisse puis l’espoir lorsqu’ils cherchent des informations sur le net puis face au spécialiste, la résignation et la tristesse qui suit.

Certains chapitres sont du point de vue de l’auteure, médecin spécialisée dans ce handicap, des informations données sous forme de cours et cela permet au lecteur d’en comprendre tous les tenants et les aboutissants.



On ne connaît rien des personnages ce qui aurait pu être problématique pour s’y attacher, mais il n’en est rien. Tout est dans l’émotionnel, sans pour autant tomber dans le pathos, et cela rend le récit autant que les protagonistes de ce drame touchants.

Ce que j’ai le plus apprécié dans ce roman, c’est qu’il n’y a aucun jugement : certes la pression exercée au début par des praticiens m’a choquée (il est probable qu’elle soit malheureusement très réelle dans une telle situation), mais la réaction des proches est chouette… Les dernières paroles de Baba, la grand-mère, m’ont émue : elles sonnent justes et je les ai trouvées très belles pour clôturer ce roman. Je rêve d’être aussi sage qu’elle en vieillissant.



C’est un coup de cœur pour cette lecture. il faudra que je m’essaie à d’autres livres de cette collection.
Lien : https://psylook.kimengumi.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FloreM
  10 juillet 2020
Le journalisme de solutions de Pauline Amiel
En réaction à un univers médiatique qui apporte trop d'informations négatives sur le monde, apparaît le journalisme de solutions.

Fruit d'un réel travail d'investigation, il permet un meilleur exercice de la démocratie grâce à une plus grande participation des citoyens.

Se développant aussi bien dans la presse papier que dans les médias en ligne, il permet de mieux comprendre un problème de société en présentant et confrontant les solutions trouvées parfois au niveau international et en insistant sur comment les acteurs ont oeuvré pour développer de nouvelles initiatives.

Ainsi, le journalisme de solutions participe à l'enrichissement du débat public et exerce parfois une influence sur les instances de pouvoir.

De plus, grâce à cet ouvrage de synthèse sur ce type de journalisme,vous accèderez à une riche documentation et vous pourrez mieux comprendre les exigences liées à l'écriture du journalisme de solutions.





Commenter  J’apprécie          00
celindanae
  06 juillet 2020
Ceux qui vont en montagne : Psychologie de l'alpiniste et approche du risque de Bernard Amy
Femme d’un homme ayant fait pas mal de montagne et pratiquant encore l’escalade de manière occasionnelle, j’ai voulu savoir ce qui pouvait tant attirer les hommes tout là-haut. Certes, la montagne propose de beaux paysages, mais est-ce la seule raison ? Ce livre semblait donc intéressant par son propos et son objectif. Ce type de livre a l’air de plus très rare parmi la littérature alpine pléthorique concernant les récits d’ascension et romans d’aventure en montagne.

Le livre s’ouvre donc sur des bases solides, comme en témoigne la bibliographie fournie regroupée en fin d’ouvrage. On peut prendre peur devant une quantité de sources digne d’un mémoire de master 2. Ces sources, d’époques très différentes, servent bien le propos tout au long du livre, l’auteur s’appuyant sur certains concepts, ou réfutant certains lieux communs.

L’ouvrage propose dans une première partie les bases scientifiques attirant les hommes vers les sommets, allant de principes philosophiques aux données neurologiques. J’avoue que cette dernière partie m’a un peu perdue, même si elle se révèle utile plus loin dans le livre. On parle effectivement peu de montagne ou de grimpe ici.

Ensuite Bernard Amy décortique un certain nombre de raisons d’aller en montagne. Cela va du basique « parce que c’est beau » à « pour combler un vide familial » ou « pour mieux se connaître soi-même », en passant par de très nombreuses raisons générales ou très spécifique. L’auteur enrichi chaque proposition, et commence à nous faire réfléchir sur notre propre envie ou besoin d’aller en montagne. Il introduit alors la notion de « valeur ajoutée » de l’alpinisme, au travers des valeurs bien connues du partage, de la solidarité, de la liberté. Puis vient le moment de parler de risque, d’engagement, de mort.

Le montagnard lecteur découvre de nombreuses choses dans ces pages, auxquelles il n’avait jamais réellement réfléchi, et mon mari s’est étonné de se retrouver dans la plupart des idées, de mieux comprendre certains de ses plaisirs d’alpinisme, certains comportements des jeunes, de reconsidérer la manière dont on va en montagne, avec moins d’artifices ou d’aides technologiques. On peut aussi avoir une autre lecture de l’histoire des ascensions, bien différente de la version officielle ancrée dans la tête de nombreux pratiquants.

La fin de l’ouvrage s’intéresse enfin aux différentes activités allant du bloc à l’alpinisme, et prend du recul par rapport à la notion de performance aujourd’hui.

Cette lecture, a priori un peu ardue par son côté théorique, se trouve donc intéressante par bien des abords, légèrement iconoclaste par moment. On n’apprend pas forcément grand-chose dans l’absolu, mais on va surtout reconsidérer les activités alpines sous un prisme différent. A mettre entre toutes les mains de montagnards.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50