AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

L`Observatoire


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez L`Observatoire


Dernières critiques
rosacalifronia
  18 septembre 2021
Simone de Lea Chauvel- Levy
Même si j'ai apprécié la belle écriture de Léa Chauvel-Lévy, il m'a manqué trop d'éléments romanesques pour que je sois conquise. Souvent, on reproche aux biographies leur tendance trop romancée qui extrapole l'aspect factuel. Curieusement, le sentiment inverse m'a saisie avec "Simone" dont l'objectif n'est d'être pas un doux roman sentimental ou une pure biographie, mais qui fait défiler des faits comme coule une rivière. Ce livre était censé mettre en lumière cette femme inconnue, je le referme presque dans l'indifférence la plus totale.
Commenter  J’apprécie          50
Lunabiax
  17 septembre 2021
La bienveillance est une arme absolue de Didier van Cauwelaert
La bienveillance, selon une définition donnée par le Robert en usage jusqu'au 18ème, c'est le fait de vouloir du bien à quelqu'un. Et non, comme l'entend l'usage contemporain, une "disposition favorable envers une personne inférieure". Didier Van Cauwelaert entreprend de réfléchir sur une notion fort à la mode, y compris au sein de l'entreprise où l'on pratique le "management bienveillant" ou "responsable". Pour s'y prendre, il raconte des anecdotes : ce qu'il a vécu enfant ou adolescent, alors qu'il ambitionnait déjà de devenir l'écrivain qu'il est aujourd'hui ; il cite ses amis écrivains ou artistes, Félicien Marceau, Frédéric Dard, Michel Legrand… nul doute, un homme honnête – au sens qu'on prêtait à l'adjectif au 18ème siècle – est à l'œuvre. Il aborde ensuite la notion sur un plan plus scientifique, et s'intéresse ensuite à la bienveillance sous toutes ses formes et dans des domaines aussi variés que la politique, l'histoire, le monde animal, végétal, et même extraterrestre. Jusqu'à aborder nos rapports avec les morts et une éventuelle existence divine. Pour ce faire, il s'appuie sur des travaux scientifiques qui ont notamment tenté de démontrer que la pensée pouvait agir sur la matière, ou travaillé sur la notion d'"ondes scalaires". On n'est pas loin de la médecine quantique, qui a été largement controversée. Malgré mon plaisir de retrouver la plume alerte et élégante de Didier Van Cauwelaert, le contenu de cet écrit a laissé sceptique la cartésienne que je suis, qui peine à accepter l'idée qu'en regardant mon ficus atteint par des champignons je parviendrai à le guérir, ou qu'en parlant avec gentillesse aux mauvaises herbes que j'arrache je parviendrai à en éradiquer mon jardin. Etre perplexe, est-ce bienveillant ?
Lien : http://usine-a-paroles.fr/le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
boubou10588
  15 septembre 2021
Le voyant d'Étampes de Abel Quentin
Mon avis : Un grand talent pour croquer les gens : en quelques mots, en quelques images, on voit tout à fait le genre de personne à qui on a affaire. Le portrait qu’il fait de son éditrice/chroniqueuse est assez savoureux. Je vous laisse juger « Elle faisait la réclame en des termes choisis : les mots fables modernes, urbaines et électriques, sans concession, plume nerveuse, économies de moyens, récit choral, hymne à la vie, pudeur, apprivoiser sa douleur, mettre des mots sur l’indicible étaient régulièrement prononcés ». Il ajoute qu’ « [elle]affichait une prédilection pour les livres qui témoignaient d’un traumatisme (inceste, accident de la route […] l’idée étant qu’il est toujours indécent de critiquer formellement, je veux dire d’un point de vue littéraire, le récit d’une personne qui s’est faite amputer un bras. ». Un de mes prochains est celui de Christine Angot, on verra si la prophétie se réalise. Le talent aussi dans l’autocritique de son héros : il est authentique, bien écrit. On sent la tendresse de l’auteur pour son personnage. Il me fait penser à Randy dans South Park (chacun ses références).



La recherche de Jean excède le simple travail biographique. Il y a quelque chose de fantasmé dans cette vision du poète perdu qu’est Robert Willow, figure masculine voire paternelle. Manière d’apprivoiser la vieillesse et l’oubli, manière d’apprivoiser sa propre désuétude. Et je trouve les analepses assez géniales, la manière dont elles se télescopent les unes dans les autres. Qu’un souvenir en appelle un autre, dans des digressions réjouissantes.



Puis la dissonance, la fausse-note : l’intervention du blogueur au visage allongé. Qui met un terme à son insouciance. Dans sa biographie, Roscoff ne s’attarde pas sur le fait que Robert Willow soit noir. Sacrilège !

Et donc l’incommunicabilité de ces deux générations (trois si on compte celle du père). La nouvelle torpille l’ancienne (qui en son temps faisait de même), sans ciller devant le sang. Jeanne, la copine de sa fille le traite plus ou moins de connard d’universaliste. Ses proches le lâchent, et bien sûr, il reçoit les mauvais soutiens. (L’ironie ultime, c’est que le roman est aujourd’hui encensé par Causeur, comme celui de Roscoff dans le récit : enchâssement de la fiction dans la vraie vie ou l’inverse ?) Voir les différents niveaux, les dialogues imaginaires entre vieilles universitaires américaines et Aminata Diao (la reconnaitrez-vous ?), qui martèlent, ajoutent, annotent pour donner vie à ce privilège blanc que le narrateur peine à concevoir. Appropriation culturelle, écriture inclusive, fragilité blanche, et tous ces nouveaux chevaux de bataille (comme l’était son engagement à SOS racisme en son temps) seront-ils éculés dans quelques années ? Où se situons nous ? De fait, je suis heureuse que la voix du livre soit celle d’un ni/ni. Et même d’une personne qui vit autant dans sa tête que dans le réel. Puis on est sur le cul (et indigné) en même temps que lui : « Mon Robert Willow existait ; je ne l’avais pas inventé. Je l’avais compris intimement, et des types qui avaient appris son existence en ouvrant mon bouquin prétendaient me faire la leçon ». Je l’aime bien, c’est un personnage quasi christique, crucifié sur la place publique, trahi par ses amis, c’est difficile de ne pas d’identifier à lui. Et il a fait la marche des beurs, putain !



La seule chose que je peux regretter parfois, sont les facilités au niveau de la langue. D’ailleurs, je dois préciser ma pensée pour les clichés : ici aussi, on a le teint cireux et les voitures sont flambant neuves (je n’ai pas pu m’empêcher de sourire en le lisant, je devrais faire une grille de bingo peut-être). Mais la différence avec Soleil amer, c’est que le reste ne l’est pas, cliché. Les personnages sont vivants, on lève la tête de temps en temps en se disant, et oui, j’en connais un de comme ça (l’agent immobilier et son langage stéphaneplazesque). Pourquoi les clichés ne sont pas souhaitables ? Parce qu’ils n’évoquent plus rien (pense-t-on encore à de la cire pour le teint ?), et par conséquent entravent le dialogue entre l’auteur et le lecteur. Quand par exemple il écrit « il se tient droit comme un i », on peut tout à fait enlever le « comme un «i », sans ratiboiser la compréhension de la phrase. Quoiqu’il en soit, ici, la pensée est suffisamment fine pour que ça ne torpille pas le roman. De plus, le constat qu’il fait de la société est vraiment pertinent. Par ignorance et croyance, on abat (du moins, symboliquement) des auteurs, des artistes, des intellectuels. Et l’âme humaine est lâche, on baisse les yeux (au mieux), on se mêle à la meute (au pire). Et la dissolution de l’être derrière l’identité. A vivre en vase clos, on devient extrême. C’est pour cette raison que malgré les rares inégalités du style, les quelques maladresses (on peut par exemple se demander comment cela se fait qu’il ait été aussi peu au fait de la mouvance woke étant universitaire. Peut-être pour montrer un cloisonnement, l’entre-soi hors sol ?), j’ai beaucoup aimé. Difficile même, de le refermer, avec ce final étonnant. Je vous le recommande !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21