AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Éditions de l`Observatoire


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Éditions de l`Observatoire


Dernières critiques
myriampele
  24 mars 2019
Nous qui sommes jeunes de Preti Taneja
Dans l'Inde contemporaine, une famille dont le patriarche, milliardaire est totalement mégalomane, à en devenir fou, dirige " la Compagnie" que convoitent ses filles: Gargi et Radha. Le fils de son bras droit: JIvan , de retour des Etats Unis où il a vécu 15 ans, retrouve ce milieu où règnent trahisons, désirs de pouvoirs, cruauté et trafics. Son demi-frère homosexuel, Jeet, quant à lui, a rejoint le bidonville voisin où se côtoient misère , maladie et horreur. Mais c'est à sa plus jeune fille Sita que le père va confier les clés de son Royaume....Preti Taneja signe ici une fresque dense, impitoyable,fourmillant de détails, image sans doute d'un pays où l'inégalité est terriblement présente.
Commenter  J’apprécie          130
Drych
  22 mars 2019
Ces rêves qu'on piétine de Spitzer Sebastien
Un livre sur la barbarie nazie de plus. Le texte est consciencieusement écrit, l’auteur nous précisant en postface ses recherches et ce qu’il a du inventer. Malheureusement, rien de bien nouveau. Les exactions des nazis sont traitées très classiquement, comme une litanie d’horreurs, et la vie de Magda Goebbels ne présente pas un grand intérêt. Même sa distribution de cyanure à ses enfants dans le bunker ne parvient pas à lui donner de véritable consistance. L’écriture est correcte mais les personnages et l’analyse sont trop peu travaillés à mon goût. En conclusion, je suis plutôt déçu de ce livre pourtant si bien noté.
Commenter  J’apprécie          160
soazickcl
  21 mars 2019
Ces rêves qu'on piétine de Spitzer Sebastien
Ce livre m'a laissée froide, sensation bizarre alors que le thème ne peut pas laisser indifférent, sans doute est ce du à la température extérieure sur les routes de Pologne ou la température intérieure de Magda !

Fin Avril 1945, la fin pour Hitler et ses fanatiques à Berlin.

La fin aussi pour les prisonniers, les déportés ou ce qu'il en reste, les derniers massacres comme à Oradour sur Glane, les nazis, tous jeunes , tirent sur tout ce qui bouge, utilisent leurs dernières cartouches. Du sang, des larmes, des cris, des morts.

L'auteur a choisi cette période charnière/charnier ? pour faire un parallèle entre le sauvetage d'une petite déportée rescapée Ava et la mort des six enfants Goebbels de la main même de leur mère Magda.

Tout dans ce livre est juste, fidèle à la réalité dans toute son horreur, laquelle est rendue froidement, sèchement, scrupuleusement ; analysé à la loupe, découpé au scalpel ou au ciseau, le mot juste, là où il faut, les phrases dentelées ou à mot unique, un vrai travail de sculpteur, tout un art, c'est sûr.

Si c'est ce que l'auteur a voulu, c'est réussi ; on se retrouve à la morgue, bien au froid, transi même de peur, d'horreur !

Si l'auteur a voulu nous faire ressentir quelque chose de plus personnel..je me suis surprise à faire une moue de dégoût pendant la lecture des passages sur Magda , qu'il s'agisse de sa vie personnelle, des moyens utilisés pour grimper dans l'échelle sociale , ou dans le bunker. Elle me dégoûte cette femme, rien ne la sauve à mes yeux !

Et encore moins l'existence de son père ? Beau père ? Juif, assassiné comme tant d'autres sans un mot d'elle et qui n’apparaît que sous forme de lettres qu'il lui adresse de ses différents lieux de vie et de mort.

Je n'ai pas aimé ce livre, je l'ai posé plusieurs fois, mais il m'a intéressée. Encore une fois, roman ou document ??
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40