AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Leha


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Dionysos89
  09 février 2021
Le dossier Arkham de Alex Nikolavitch
On commence à bien connaître Alex Nikolavitch : scénariste et traducteur de très nombreuses bandes dessinées, il est également essayiste concernant notamment le genre super-héroïque en comics et, plus récemment, il a publié plusieurs romans de fantastique et de science-fiction (Eschatôn, L’Île de Peter, Trois coracles cinglaient vers le couchant, Les Canaux du Mitan, tous chez Les Moutons électriques) ; Le Dossier Arkham est donc son cinquième roman, cette fois chez les éditions Leha.



Le mystère de la Chambre de Cthulhu

Dans la ville d’Arkham, aux États-Unis, durant l’année 1941, est retrouvé par la police un corps en bien piteux état, celui de Mike Danjer, alors engagé comme détective privé sur une disparition. Son cadavre est lacéré, abandonné au milieu d’un grand tas de papiers, de découpes de journaux, et enfermé dans une chambre sans issue. Forcément, le mystère est entier et sa résolution demande aux enquêteurs « d’enquêter sur l’enquête ». À leur suite, le lecteur fouille donc dans le vaste « dossier Arkham » amassé par Mike Danjer pour essayer de comprendre comment il en a arrivé à finir éviscéré dans cette chambre : d’une simple disparition d’un jeune homme, il semble en être venu à collecter récits, coupures de journaux et témoignages particulièrement divers. Comme le lui a fait remarquer son propre commanditaire, ce détective va sûrement trop loin dans sa réflexion. Il retrace les élucubrations d’un universitaire parti en randonnée en Nouvelle-Angleterre, il suit de loin un professeur étrange qui multiplie les disciples et fait des liens avec le monde de la musique du premier XXe siècle.



Faire du Lovecraft

S’insérer dans le mythe de Cthulhu est à la fois simple et difficile. Simple parce que certaines références sont évidentes à utiliser, nous y reviendrons, mais particulièrement difficile parce que décrire « l’indicible » (comme c’est souvent lourdement indiqué) est un jeu subtil et compliqué. Ici, Alex Nikolavitch reste plutôt dans du grand classique : le cadavre de départ donne le ton, l’ambiance onirique est bien présente ensuite, mais « palper » l’indicible est déjà moins évident. On ressent bien le côté pulp de certaines aventures, mais sans pour autant être terrorisé par ce qu’on s’attend à voir poindre à l’horizon (un peu comme dans le récent Celle qui n’avait pas peur de Cthulhu, de Karim Berrouka). Par contre, il nous fait bien voyager : d’abord la Nouvelle-Angleterre, très classiquement pour ce type de récits, mais ensuite au-delà, voire très loin jusqu’au fin fond de l’Asie, du Moyen-Orient. À l’image de l’entrelacement de tous ces points de vue, l’intrigue se perd franchement quand les personnages s’enchaînent avec des liens parfois très ténus (en tout cas au départ). La multiplicité des supports n’aide pas non plus, puisqu’on alterne des extraits de magazines, des récits plus classiques de plusieurs pages et quelques petits articles imprimés pour montrer que ce sont des coupures de journaux. Ce choix mixte est intéressant, mais dessert sûrement la lecture alors qu’il devait avoir pour but d’améliorer l’immersion comme un jeu de rôle sous forme de roman. En somme, l’ensemble est très intéressant, mais un brin opaque.



Objet très référencé

S’il y a quelque chose qu’on ne peut pas enlever à Alex Nikolavitch, c’est son érudition, sa large connaissance littéraire, notamment de l’univers lovecraftien. Si on fouille minutieusement les différents récits enchâssés dans ce roman, on trouvera moult détails sur les contrées du rêve, sur certaines entités comme Dagon, sur des récits de H. P. Lovecraft lui-même comme « La couleur tombée du ciel » et son météorite détruisant une ferme à petit feu ; « bref », la liste pourrait être très longue et, à coup sûr, j’en ai loupé une grande partie. Puis, il y a un certain esprit joueur dans ce roman : il multiplie les jeux de mots et les références non seulement à l’univers de H. P. Lovecraft mais à d’autres univers littéraires populaires (quelques liens avec des comics super-héroïques, la mention d’une entité « Aggartha Cristi », etc.), allant même jusqu’à lorgner du côté des Indiana Jones quand surgissent des nazis au détour d’un site archéologique… Tout un programme !



Le Dossier Arkham est donc un roman assez court, déjà touffu et plaisant, mais qui aurait eu besoin d’une intrigue un peu plus structurée pour ne pas apparaître trop « fourre-tout ».



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Chaolord
  07 février 2021
Le Livre des Martyrs, tome 1 : Les Jardins de la Lune de Steven Erikson
Le tome 1 est excellent. Les personnages sont intéressants et l'intrigue qui en suis est très captivante. L ' auteur met un point d honneur à nous immerger dans l univers de son monde. Je recommande ce livre aux gros lecteurs. Les amateurs et les nouveaux lecteurs risque vites de lâcher.
Commenter  J’apprécie          00
christinebrignon
  06 février 2021
Le livre des purs, tome 1 : Le roi des Krols de Olivier Martinelli
La fantasy n’est pas le registre habituel d’Olivier Martinelli qui a évolué jusque là dans plusieurs genres, notamment le polar ou la biographie rock. Pour son premier essai, il a bien intégré les codes inhérents à la fantasy : construction d’un monde avec au début du roman une carte représentant la Mer verte et les ses trois îles, une Histoire de ce monde avec un objet mythique appelé Le livre des purs, un bestiaire assez original avec des créatures ailées ou pas qui assistent les héros et aussi des combats épiques.

Sur l’île de Leck vivent les Belecks et les Krolls. Les Belecks , peuple de guerriers , se sont retranchés dans les montagnes au Nord de l’île. Nous faisons la connaissance de Daan, un jeune homme de 17 ans, de son père Kal, simple charpentier et de ses frères et sœur Lak, Luk et Zyla. Contrairement aux autres enfants qui prennent des cours à l’Académie, ils sont éduqués par leur père pour l’art de la guerre et par leur mère pour les autres disciplines. Leurs loisirs sont occupés par des parties de « Boulon » où différentes équipes simulent des combats.

Après des années de paix, arrive une gigantesque armée de Palocks – l’ennemi héréditaire, à peau blanche comme neige, aux yeux bleus et au caractère sadique. C’est alors que Daan, à sa grande stupéfaction, voit le caractère de son père surnommé « Le grand Kal » se modifier au point que les chefs des différentes tribus se mettent à lui obéir. Que se passe t-il donc ? Pourquoi son habituelle apathie s’est-elle transformée en autorité naturelle ? Comment se fait-il qu’il ait déjà conçu, avant tout combat, un plan de défense ?

L’originalité de l’auteur est d’avoir un style, certes. Son intrigue, toute en combats plus épiques les uns que les autres est menée tambour battant à l’aide de courtes phrases incisives à souhait. Au point cependant que les personnages manquent carrément de profondeur. Si des idées intéressantes se dessinent au niveau du fonctionnement sociologique des différentes peuplades, elles ne sont pas poussées assez loin à mon goût et le tout reste très manichéen.

Nous avons donc affaire à un bon roman d’action mais il ne faut pas lui en demander plus. CB



Chronique parue dans Gandahar 26 en décembre 2020


Lien : https://www.gandahar.net
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20