AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

L`Originel


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
LivresBouddhistesZuiHo
  31 décembre 2019
J'espère que vous allez mourir bientôt de Richard Sylvester
« Il n’est pas facile d’écrire un livre sur rien » dixit Richard Sylvester, mais « J’espère que tu vas mourir bientôt », lui dit Tony Parsons.



Avec un tel titre provocateur : « J’espère que vous allez mourir bientôt », j’avais très envie de lire ce livre. Merci aux éditions Charles Antoni-L’Originel de m’avoir permis cela ! La photo de couverture montre d’ailleurs un homme au bord de la falaise : est-ce une invitation à sauter dans l’inconnu ? Y survivra-t-on ? Ou doit-on s’y abandonner à la mort ? La vie vaudrait-elle la peine d’être vécue, quand on sait qu’elle n’est que transitoire et… irréelle ?

Malgré ces excitants, je dois relever que Richard Sylvester est un compatriote et « disciple » de Tony Parsons, l’un des Papes du Néo-Advaïta Vedanta, un courant « spirituel » qui est une version aseptisée et laïcisée, occidentalisée et neutralisée de l’Advaïta-Vedanta orthodoxe. Pour vous faire une idée exacte de ce qu’est cette Non-Dualité ancestrale et son succédané contemporain, lisez cette bible indispensable : Dennis WAITE – L’Advaïta Vedanta : théorie et pratique. Néanmoins, c’est en disséquant l’ouvrage étriqué d’Alexandre PACINI – Découvrir la spiritualité. Enseignants, méthodes, sources, buts qui fait beaucoup appel à cet ouvrage de Richard Sylvester, que j’ai eu l’envie de le découvrir et de le lire. Mais Richard Sylvester va-t-il réussir à me convaincre ? Les ouvrages de cette « spiritualité » m’interpellent beaucoup, éveillent en moi beaucoup de critique et de questions. C’est une supercherie pour moi, qui fait du tord même avant tout à ses principaux prosélytes.



Commençons par le Préambule, où l’auteur nous dit ceci, et je suis plutôt d’accord avec lui, ce qui est plutôt bon signe :

« La libération ne peut être décrite en mots. Elle ne peut être comprise par le mental. Elle ne peut être vue, jusqu’à ce qu’elle se révèle. Il n’y a alors aucun mot ou aucune idée qui soit capable de l’exprimer, ni aucun mental capable de l’appréhender.

Pourtant la libération est tout ce qui est. Ici, maintenant.

Paradoxe.

La vision de la libération n’a rien à voir avec le mental. Cependant la libération est ici, maintenant, voilée par le mental. Voilée par un mental qui n’existe pas.

Paradoxe.

La libération est la fin de la recherche et la fin de la notion de sens. La libération révèle le sens de la vie en tant que la vie elle-même. Il ne peut pas y avoir de recherche pour ce qui est vu être déjà présent.

Le langage par sa nature dépeint la dualité : les événements, les expériences, les choses, les pensées, les sentiments, tout ce qui apparaît, tout ce qui se manifeste. Il n’y a pas de langage pour décrire la non-dualité. La seule chose que l’on puisse faire c’est l’évoquer, y faire allusion. »



Juste après on lit : « l’éveil : c’est voir qu’il n’y a personne ». Pour moi cet éveil de Richard Sylvester, c’est simplement un samâdhi, peut-être une Illumination, mais nullement une Libération et encore moins une Extinction, car il ne cesse de dire que l’état vécu est impermanent et sa « personne » ne cesse de se réanimer. Mais je ne me suis pas arrêté là dans ma lecture, car Richard Sylvester met le doigt sur des choses justes et se montre assez honnête dans son enquête.

L’éveil selon Sylvester tel que je le conçois, c’est une sorte de court-circuit entre l’ego et l’environnement : « on n’est » plus touché par le deuxième. On se protège dans une tour d’ivoire, on coupe l’alimentation en émotions et sentiments. On met l’ego sur off. Du coup, on se sent soulagé, c’est normal. Mais on n’est plus humain. Voilà le problème. Et l’on n’est pas divin non plus, on ne laisse pas la place au Soi : soi n’est plus et Soi n’est pas.

En effet :

» La libération n’est pas personnelle et n’a rien à voir avec une expérience psychologique, émotionnelle, ou « spirituelle », aussi subtile soit-elle. Une fois qu’il est vu que je ne suis rien, il est aussi vu que toute expérience se produit seulement pour une personne apparente, et retombe ensuite dans l’Un sans que cela n’ait aucun sens. Il n’y a pas de personne réelle pour qui l’expérience apparaît, et aucune possibilité que cette expérience ait une signification. »

Pour Richard Sylvester, « la libération : voir que je suis tout ». Tout est à creuser dans ces cinq mots : Voir. Que. Je. Suis. Tout.

Que dit l’auteur ? « Lorsque le soi disparaît et que la conscience est vue en toute chose, alors tout est vu pour ce qu’il est, un magnifique hologramme sous-tendu par l’amour ».

Je note toutefois que l’analyse intellectuelle de Richard Sylvester pour quelque chose de non-conceptuel, car comme il le dit : « Il n’est pas facile d’écrire un livre sur rien », est bien fichue, et élève le doute tout en éclairant admirablement le lecteur, car bien des choses sont niées avec une certaine candeur ou simplicité, car il y a juste à le déclarer pour que cela soit. Richard Sylvester conjugue donc les paradoxes. Les choses sont, elles apparaissent et disparaissent, mais personne ne les vit : cette semblant de « personne » ne fait qu’y assister. La croyance qu’il n’y a personne est telle, qu’elle convainc « celui » qui croit qu’il n’est rien ni personne. C’est assez dissociatif et relève de la désidentification. Cela rappelle la méthode Coué. Et cela déresponsabilise : on laisse faire les choses par magie. « On » vit par procuration…



« La libération ne m’est pas arrivée, et elle ne vous arrivera pas. Pourtant la libération existe. Il n’y a que la libération. La perfection est déjà ici. Ce que vous êtes est déjà divin. »

« L’éveil, c’est voir le vide du néant. La libération, c’est voir la plénitude du néant » selon Richard Sylvester. Ses considérations d’ailleurs occupent la moitié de l’ouvrage, tandis que deux interviews, plus intéressantes et plus pertinentes, les complètent en seconde partie.



Malgré les détours mentaux et égotiques de Richard Sylvester et son appartenance au Néo-Advaïta – si l’on peut dire que ce « quelqu’un » appartienne à quoi que ce soit – j’ai apprécié cette lecture, car l’auteur n’essaie pas de tricher ouvertement. Je reste en désaccord avec les idées de cette mouvance, mais cet ouvrage de Richard Sylvester mérite la lecture, car il m’a semblé honnête avec le lecteur comme avec lui-même.



Une dernière remarque, pour l’éditeur : resserrer le texte pour réduire le nombre de pages permettrait d’en faire un opuscule, de baisser son prix et donc, d’attirer plus de lecteurs, car ce bouquin le mérite !



Bonne et très agréable lecture ! J’espère que vous ne mourrez pas bientôt !



ZUIHÔ
Lien : https://livresbouddhistes.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
clairemercier
  03 février 2019
Le Vol du phénix de Charles Antoni
Un livre très pratique qui nous propose de nous regarder tels que nous sommes, et de commencer à cesser d'exercer du pouvoir sur les autres. Chacun découvre alors les rouages qui régissent réactions, frustrations, possessions, jeux de pouvoir, et reproduction incessante de la souffrance. L'on acquiert une vision libre, sans illusions ni rancoeurs, qui simplement contemple.
Lien : https://loriginel.com/catalo..
Commenter  J’apprécie          00
clairemercier
  03 février 2019
Le Développement essentiel de Charles Antoni
La conscience de soi est un état qui n'est pas naturellement présent en nous. Il s'agit de la construire, pas à pas, grâce à notre attention à développer intentionnellement la fonction émotive. La matière première est l'amour, il s'agit d'inventer, forger, composer de bons sentiments. Alors le monde entier nous renvoie tel un miroir un état mental différent et apaisé.
Lien : https://loriginel.com/catalo..
Commenter  J’apprécie          00