AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Tohu-Bohu


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Azrael54
  06 juin 2021
Trahir Napoléon, suivi du Dictionnaire des traîtres à l'empereur de Robert Colonna d'Istria
Bonsoir chères lectrices et chers lecteurs,

Je viens de terminer la lecture de ce livre « Trahir Napoléon, suivi du dictionnaire des traitres à l’Empereur » par Robert Colonna d’Istria.

Résumé :

« Napoléon a été entouré de traîtres dont les machinations ont toutefois été des chefs-d’œuvre : Talleyrand, Fouché mais aussi Marmont, Murat, Bernadotte... pour ne citer qu’eux.

L’empereur des Français a su prévenir certains de ces agissements. Il a su en déjouer d’autres.



Mais les traîtres finalement l’ont vaincu.

Car si l’Empire a fini, si l’œuvre de Napoléon est restée inachevée, c’est que ses serviteurs, dignitaires, ministres, maréchaux, partisans, membres de sa famille ont, à leurs attitudes et leurs courtes vues, par paresse ou par vice, contribué à en provoquer la chute.

Si le Premier Empire s’est éteint, c’est que Napoléon a été trahi.



Ce livre invite à réfléchir sur la trahison politique et dresse une série de portraits des traîtres – aussi admirables que méprisables, parfois hauts en couleurs, truculents, fascinants – qui ont fait trébucher Napoléon est précipité sa fin. »

En premier lieu, nous sommes dans une réflexion sur le concept de trahison et en second, une bibliographie du sujet.

Cette première partie est très riche de réflexions potentielles sur le pouvoir alors que la seconde est un dictionnaire qui présente les traitres à Napoléon et la nature de leur trahison.



Trahir. L’auteur ne se fait aucune illusion sur la nature de la politique, voire de l’âme humaine. Le pouvoir attire les ambitieux, qui veulent « arriver » à n’importe quel prix, y compris par la trahison.

Le traitre, lorsqu’il réussit, est paré de toutes les vertus, il est celui qui « écrit l’histoire » au point que «l’avenir appartient aux traitres ».

Au fond la trahison s’impose au pouvoir, tandis que celui qui l’exerce commettrait la plus impardonnable des erreurs s’il oubliait, même une seule seconde, que le plus proche de ses collaborateurs est susceptible, à tout moment, de le trahir.

Napoléon, ce génie, sait tout cela. Il ne peut être que trahi parce qu’il se situe trop haut pour des traitres qui ne rêvent qu’à le ramener à leur niveau. Il s’organise pour lutter contre la trahison, diviser les pouvoirs, organiser des surveillances croisées, mais ses précautions accroissent les rancœurs. Avec Napoléon, les traitres ont de l’ouvrage. Comment abattre un homme aussi intelligent, « animé par une énergie prodigieuse », audacieux, lucide sur les autres et sur lui-même ?

L’Empereur ambitionne l’unité nationale, il essaye sans cesse de « sauver les meubles » de la Nation jusqu’au derniers instants de son épopée en juin 1815. La lecture de ses courriers est fascinante à cet égard. Alors comment le suivre, lorsque l’on veut sauver ses propres meubles, sa propre carrière, sa peau ? C’est pourquoi les traitres à Napoléon pullulent, comme Marmont, Ney, les caricatures, Bernadotte, Murat, Soult, Caroline, Fouché, et dominant le tout ce traitre génial ou abominable, comme l’on voudra, de Talleyrand.

Napoléon, « le pauvre diable », a tenté de sauver du naufrage le monde ancien dans lequel l’honneur est la vertu cardinale, remplacé par le monde d’aujourd’hui où « les arrivistes, les ectoplasmes, les sinueux, les souples, les accommodants connaissant leur heure de gloire ». À cet égard, il suffit de contempler le spectacle médiatique pour s’en convaincre.

Ces réflexions amères et profondes trouvent leur illustration dans « un dictionnaire de quelques traitres à Napoléon » qui constitue la deuxième partie de l’ouvrage, qui révèle sa profondeur par l’illustration du tableau de la traitrise développé en première partie.



Ce que je regrette dans ce livre qui aurait pu être intéressant, c’est que l’on n’a pas le point de vue de l’auteur sur ce phénomène de traitrise faite par des militaires comme par des civils, des hommes comme des femmes.



J’ai relevé trois erreurs suivantes :



Page 141 : Murat est né en 1767 et pas 1771.

Page 181 : oublie du « de » devant dire : « Pour faire fortune, avait l’habitude dire Talleyrand, ce n’est pas de l’esprit qu’il faut, c’est de la délicatesse qu’il ne faut pas. »

Page 188 : « ….je n’y vois pas …. ça d’amitié. » Il manque comme devant d’amitié.



Bonne fin de soirée et belle lecture. Bises livresques Napoléoniennes nocturnes.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bibliza
  18 mai 2021
Moi, Napoléon Bonaparte de Robert Colonna d'Istria
J'étais curieuse de redécouvrir le personnage de Napoléon Bonaparte. Je ne le connais qu'à travers les manuels d'Histoire. On lui doit le Code Civil, le Bac, les départements, l'Arc de Triomphe. On se souvient de lui pour s'être proclamé Empereur, la Corse, la victoire d'Austerlitz, mais aussi la défaite de Waterloo, la réhabilitation de l'esclavage dans les colonies, et l'exil à Saint-Hélène.



Robert Colonna d'Istria se met dans la peau de l'Empereur pour écrire ses mémoires, ou plutôt, les coulisses de ses mémoires. Il joue, dans cette autobiographie non-autorisée par Napoléon, entre les faits historiques et sa vraie personnalité. Ce n'est donc pas un récit encyclopédique mais tendre et drôle.

Cependant, je n'ai pas accroché au style de l'auteur : trop de formes interrogatives ont alourdi le texte. Je n'ai pas pris de plaisir dans ma lecture, alors que la promesse était géniale. C'est dommage.



En tout cas, en ce bicentenaire de la mort de Napoléon, Moi, Napoléon Bonaparte tombe à point nommé et offre aux lecteurs l'occasion de redécouvrir, autrement, l'empereur aussi admiré que décrié.





Merci, malgré tout, Babelio et Tohu Bohu pour cet envoi ! :)


Lien : http://bibliza.blogspot.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Khalya
  27 avril 2021
La fin des idoles de Nicolas Gaudemet
Je n'avais aucun a priori sur ce roman. Je n'avais pas lu d'avis dessus, ni positif ni négatif, et je pense que c'est pour ça que je l'ai plutôt bien apprécié, je n'avais pas d'attentes particulières sur le sujet.



J'ai aimé l'histoire sans pour autant apprécier les personnages, tous plus odieux les uns que les autres, à l'exception de Paloma (laquelle n'attire certes pas l'antipathie mais ne m'a pas été plus sympathique que cela).



Difficile du coup de "choisir un camp" entre neurosciences et psychanalyse, d'autant plus que l'on a là deux personnages qui ne sont pas représentatifs de leur profession respective.



J'ai souvent trouvé tout cela un peu ardu à lire, que ce soit dans les parties un peu trop techniques, ou à cause du vocabulaire parfois utilisé par l'auteur (il a fallu que je cherche certains mots dans le dictionnaire, comme par exemple "obérer").



Le livre, sous couvert de bataille entre neurosciences et psychanalyse, file cher aux télé-réalités en premier lieu, mais aussi au copinage et aux pratiques douteuses des politiques pour filer un coup de main aux copains.



Ce roman n'est pas un coup de cœur, loin de là, tout le monde là-dedans étant à la fois bien trop antipathique et bien trop réel. Je ne le relirai certainement pas, mais je suis contente de l'avoir découvert, ne serait-ce que pour la fin!



Sérieusement, le livre vaut la peine d'être lu pour cette fin inattendue, surprenante, et tous les autres synonymes du terme.



Dire que je ne m'y attendais pas est un euphémisme. C'est une coupure brutale avec tout le reste du roman qui remet en cause tout ce que l'on a pu penser et comprendre jusque-là.



Un roman à découvrir!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00