AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Sos


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
BVIALLET
  01 mars 2018
Le vagabond de dieu / saint Benoît labre de Joseph Richard
Benoît-Joseph Labre, né le 26 mars 1748 à Amettes, du diocèse de Boulogne et décédé le 16 avril 1783 à Rome, fut un pèlerin mendiant français qui parcourut les routes d’Europe et se fixa à Rome et à Lorette vers la fin de sa vie. Surnommé le « Vagabond de Dieu », il est considéré comme un mystique. Son errance perpétuelle, son absence d’hygiène étonnent, voire indisposent, ses contemporains et suscitent la méfiance des pouvoirs locaux. Fréquentant chacun dans un esprit fraternel, il est parfois maltraité ou brocardé par ses compagnes et ses compagnons de route, par les enfants ou les gens de rencontre, mais, toujours vêtu d’un manteau de bure et d’un chapeau de feutre, avec pour seul bagage un bréviaire, un bourdon de pèlerin et une gourde en bandoulière, il préfère leur sourire plutôt que se défendre. À sa mort, une foule innombrable se rassemble pour vénérer sa dépouille et proclamer sa sainteté. On en appelle à l’armée pour rétablir le calme à Rome.

« Le vagabond de Dieu » est la biographie précise et documentée d’un personnage hors norme qui vécu dans l’humilité et dans la contemplation et que certains pourront qualifier de témoin de la foi ou de saint d’un calibre proche d’un François d’Assise, d’un Alexis ou d’un Vladimir alors que d’autres le relégueront au rang d’exalté pour ne pas dire de simple fou. N’ayant pas trouvé son compte ni à la Trappe ni dans d’autres monastères tout aussi austères, il choisit cette condition de pèlerin perpétuel, de mendiant partageant ses aumônes avec plus pauvres que lui et de pénitent passant ses jours et une partie de ses nuits à prier dans diverses églises. Plutôt moqué de son vivant, il fut idolâtré dès sa mort. L’Eglise catholique mit un siècle à consacrer ses vertus et à le canoniser. Le livre en fait d’ailleurs une assez longue recension (presque la moitié du texte). Ouvrage bien écrit, intéressant, permettant de découvrir un être extraordinaire, attachant, épris d’absolu et voulant en tous points imiter son divin Maître. Admiré par Paul Verlaine qui lui dédia un poème, il eut aussi deux « imitateurs », Germain Nouveau et Charles Maire, mais ne fonda pas d’ordre religieux, son exemple étant par trop radical, même pour son époque.
Lien : http://www.bernardviallet.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BVIALLET
  02 avril 2017
Un prisonnier de guerre nommé Jeanne d'Arc de Pierre Rocolle
Le 23 mai 1430, suite à une tentative de sortie pour dégager la ville de Compiègne assiégée, Jeanne d’Arc est capturée en compagnie de son frère, de son écuyer et de quelques fidèles par les soldats de Lionel de Wandomme. La « Pucelle » se retrouve donc aux mains de leur chef Jean de Luxembourg lui-même vassal de Jean le Bon, duc de Bourgogne. C’est une prise de choix : son armure est évaluée à 200 livres, son cheval à autant et la captive à dix fois plus. Elle connaîtra quinze lieux de détention différents (châteaux, maisons fortes) de Margny à Rouen (dans la tour-prison du château de Bouvreuil) en passant par Le Crotoy et Saint Valéry en Caux.

« Un prisonnier de guerre nommé Jeanne d’Arc » se présente comme un essai historique d’excellente qualité s’attachant à ne traiter que l’année de captivité, les tractations de l’évêque Cauchon avec les Anglais, les procès et bien sûr le supplice final sur la place du Vieux Marché de Rouen. Il laisse de côté les faits d’armes de l’héroïne, les victoires militaires (prise d’Orléans) et les succès politiques comme le sacre de Charles VII à Reims. Le texte est illustré de nombreux croquis, cartes et schémas permettant de bien comprendre les évènements. Il est également terminé par un important index de notes. Au total, un ouvrage de qualité, reposant sur un travail d’enquête minutieux et ceci en dépit d’un manque de documents. Par exemple, nous ne disposons d’aucun portrait de Jeanne exécuté de son vivant.
Lien : http://www.bernardviallet.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JLDragon
  27 décembre 2014
Le vagabond de dieu / saint Benoît labre de Joseph Richard
C'est un formidable récit que nous dresse ici Joseph Richard sur la vie de Saint Benoît Labre, appelé également "Le Vagabond"ou "Le Pouilleux de Dieu".

L'histoire de ce Saint est un exemple d'humilité et nous prouve que dans la pauvreté peuvent se cacher les plus grands Saint de ce monde.

Il nous rappelle aussi qu'il est difficile pour un riche d'accéder au Royaume de Dieu car la richesse excite à tous les excès.

A contrario, il nous rappelle qu'être pauvre ne veut pas dire que ce Royaume nous est tout ouvert, car bien souvent, le Pauvre reproche sa condition à la Providence et tombe dans le péché.

Et c'est là que Saint Benoît Labre est un exemple puisqu'il accepte sa condition, il loue même Dieu pour celle-ci et accepte toutes ses souffrances sans murmures, sans plaintes.

Dans une première partie de ce livre, la vie de Saint Benoît Labre nous est retracée avec exactitude. Dans une seconde partie, l'auteur se concentre sur le procès de la béatification et de la canonisation du Saint.

C'est passionnant, même si parfois, il faut s'accrocher pour bien comprendre toutes les références.

En définitif, ce livre nous renvoie directement à notre conscience. Saint Benoît Labre est la preuve que le Royaume de Dieu est avant tout spirituel et que plus on s'accroche au matérialisme, plus on s'en éloigne.




Lien : http://jldragon.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50