AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Le Cerf

Les Éditions du Cerf, fondées en 1929 et gérées par l`ordre dominicain, sont une maison d’édition française, spécialisées dans les textes religieux. Son objectif ? « Juger les événements à la lumière intransigeante et vive d’un christianisme dégagé des conformismes temporels où il se trouvait engoncé et comme paralysé, faire éclater la vérité, faire entendre le message du Christ rendu obscur à force de routine, de prudence, de compromission. »

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Le Cerf



Dernières critiques
Aquilon62
  03 décembre 2021
Rome au Moyen Age de Vauchez Andre
André Vauchez nous révèle une Rome cachée entre les gloires des ruines antiques, la splendeur des palais Renaissance et des places et églises baroques, cette Rome médiévale qui semble vouloir échapper au regard de l'observateur. 

Pourtant, dans les siècles qui vont de Grégoire le Grand à ce qu'on appelle l'exil avignonnais des papes, Rome a connu des événements d'une importance énorme tant sur le plan politico-institutionnel qu'au niveau économique, urbanistique voire artistique.



Ce livre, qui voit parmi ses auteurs les meilleurs médiévistes italiens et étrangers, illustre l'alternance de moments de crise et de moments d'expansion : le développement des grandes familles romaines qui prendront possession de la papauté et l'effort pour les contenir par le travail, par exemple, de Cola di Rienzo, la croissance démographique et urbaine, la célébration du premier jubilé de l'histoire du christianisme en 1300 et le déclin qui culmina avec le transfert du siège papal à Avignon, jusqu'au retour de la papauté le la rive du Tibre et la renaissance de la ville.



Bref un ouvrage qui nous éclaire sur une histoire de Rome moins connue à une époque où les cité-états occupaient les devants de la scène.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BurjBabil
  30 novembre 2021
Philosophie politique du western de Robert B. Pippin
Livre enthousiasmant au possible.

Le pari : le cinéma, le western en particulier, est un objet d'étude aussi pertinent que la littérature, la philosophie, pour explorer certains grands stéréotypes politiques des sociétés humaines.

Dans un style enlevé (ce sont des conférences à la base), utilisant un vocabulaire accessible et usant d'un véritable talent de pédagogie, l'auteur nous emmène dans l'Ouest étasunien et analyse le sens à donner aux films qui constituent le fond classique de ce genre.

Cette démonstration s'appuie sur trois œuvres maîtresses mais en en cite énormément d'autres.

"La rivière rouge" (Howard Hawks, 1948) évoque la fondation au Texas de l’immense ranch King et la création de la piste Chisholm et interroge le droit de gouverner.

"L’Homme qui tua Liberty Valance" (John Ford) permet d'analyser l’idée que l’établissement de quelque ordre légal que ce soit, quelle qu’en soit la doctrine,même libérale, commence par un acte illégal, violent et brutal. Il reste à la société un moyen de s'inventer une mémoire nationale qui valide cela a posteriori.

"La Prisonnière du désert" (Encore John Ford) rappelle à tous que le territoire des États-Unis trouve son origine dans une guerre génocidaire contre les peuples autochtones, gagnée grâce au racisme de personnages semblables à celui interprété par John Wayne dans ce film.

Parsemé de photos de scènes mythiques ou très étudiées (le contre-jour de "la prisonnière du désert") ce livre donne envie de revoir ces trois classiques (au moins) après avoir réfléchi aux sens dévoilés et mis en lumière (décidément ! ) par l'auteur de ce livre remarquable.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
noid
  30 novembre 2021
Regardez-moi jongler de Laurent Nunez
Au sein d’une collection qui regroupe les sept péchés capitaux, Laurent Nunez s’est occupé de l’orgueil



Et ça commence très bien, c’est drôle et plein d’érudition et d’autodérision et puis… hop, je ne sais quoi, que ne sais comment… mystère et mise en abyme, grosse poilade… voilà qu’il nous propose ses poèmes (que j’avoue, j’ai lu de travers. Mais que voulez-vous, la poésie ne me parle pas. Je l’aperçois et je tire au flanc).



Bouarf…



4 étoiles pour le début, 2 pour la fin en forme de journal post-électoral (au demeurant plutôt drôle) et mille sabords pour la poésie.
Lien : https://www.noid.ch/lorgueil/
Commenter  J’apprécie          90