AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

L`échappée belle


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
LorieLavenne
  02 mars 2021
La danse d'Albion de Florence Issac
Un court roman surprenant et déstabilisant. Un subtile mélange entre thriller et drame. Emotions garanties...



La plume de l'auteure est poétique, avec quelques envolées lyriques, tout en restant fluide et accessible. Un style d'écriture qui change de ce que l'on peut lire d'habitude dans ce genre de roman et qui apporte un vent de fraîcheur.



Le récit a pour toile de fond le milieu du théâtre. Une plongée dans ce monde à part permet de se rendre compte de la complexité de cet univers singulier. C'est avec un accident de moto que l'histoire bascule. Des vies sont brisées, d'autres cherchent des réponses. On glisse lentement dans une enquête policière qui amènera certains protagonistes à faire des découvertes glaçantes sur leur passé. Parfois, une lettre peut tout changer...



Certains hasards heureux m'ont tout de même paru peu vraisemblables... Cependant, quand le tout prend forme et que l'on découvre toute la vérité, on ne peut que saluer l'imagination débordante de l'auteure !



Les personnages sont merveilleusement bien travaillés d'un point de vue psychologique. Le comportement de certains est tantôt révoltant, tantôt attendrissant. Ces deux extrêmes montrent bien l'ambivalence présente tout au long de ce roman.



Magnifiquement bien écrit, ce livre invite au voyage parmi les mots et les maux. Et les secrets bien gardés y sont rois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Regis80
  26 janvier 2021
La danse d'Albion de Florence Issac
Roman Policier ? Thriller ? Certes mais bien d’autres choses encore. Le roman de Florence Issac nous entraîne sur des territoires insoupçonnés dur le simple énoncé du pitch du récit…

L’histoire se passe dans les milieux du théâtre parisien ? Florence, actrice est partagé entre deux amours : Fabrice et Stéphane. A la fin d’une prometteuse représentation pour le premier, Alice découvre la moto accidentée du second et une jeune fille inanimée auprès de l’engin.

Va s’ensuivre une course-poursuite ou vont se trouvaient mêlés un policier obstiné et torturé, une amie jalouse, une mafia russe, un secret de famille, un clochard qui en sait beaucoup.

Le roman de l’auteure est haletant. C’est peu dire qu’il prend à la gorge. Le lecteur est à la peine pour ses héros. Il ne sait lequel est le méchant ; C’est d (ailleurs la force essentielle du roman : Un suspens insoutenable qui ne vous lâche pas avant la fin de ce court roman.

Court ? Oui mais rien de trop, pas une ligne qui ne soit nécessaire. Et les soliloques ou tourments intérieurs des personnages sont bien rendus et tout à fait intégrés à l’action.

La psychologie des personnages est une des forces du récit. Pas un des acteurs principaux du récit pour lequel le lecteur n’éprouvera de l’empathie. Aucun n’est exempt de reproches. Pas un qui ne suscite à un moment donné pourtant, l’agacement du lecteur.

Alice, l’héroïne du récit écartelée entre ses deux hommes et qui se lance dans la gueule du loup pour en sauver un, est touchante de naïveté mais courageuse par son obstination face aux dangers qui l’épouvantent. Un joli portrait de femme.

Blandine et Fabrice sont drôles par leur égoïsme même. Le personnage policier est le plus complexe du livre. Il lui faut surmonter plus qu’une énigme pour dénuer le dénouer le drame. L’évolution de celui qu’on croit au début du récit aigri et ronchon est un autre des plaisirs que nous distille Florence Issac.

Les atmosphères du livre sont très prenantes. Que l’on soit dans un théâtre, dans ses coulisses, ailleurs, par exemple dans les rues nocturnes de Paris, on sent ce décor influencer chaque personnage. Il ne manque qu’un air de trompette lancinant pour servir de bande originale à ce conte noir.

On l’a compris, j’ai beaucoup aimé ce livre Il ravira les amateurs de polar, de roman noir , .d’action et même de romance.

Il nous tarde découvrir très vite d’autres œuvres de Florence Issac dont la plume et le style vous emmènent au bout du récit sans heurts mais avec beaucoup de regrets de nous avoir présentés des personnages si humains et si attachants. Le patronage de Claude Chabrol et de Koltes devrait lui être favorable.

Et je remercie Florence Issac pour cette découverte.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
EvlyneLeraut
  19 décembre 2020
La danse d'Albion de Florence Issac
« La danse d’Albion » de William Blake est le sens caché de ce récit. Lever de rideau, « les trois coups », la scène prend vie sur une histoire poignante et lumineuse. Florence Issac est celle qui dirige d’une main de maître, l’envolée prestigieuse et émouvante. L’adaptation de Koltès, Alice au premier rang dans ce captif qui reçoit de plein fouet ses ressentis, sa quête intérieure, son pas de côté en advenir. Ici, nous sommes dans un drame, dans un décor qui va resurgir et anéantir et les acteurs, et Alice, jeune femme moderne, en proie aux doutes, aux incertitudes. Stéphane hante ses pensées. Le récit enfle, serré comme un café noir, un thriller gorgé de sentiments, éclats de verre. Nous sommes en plongée dans les méandres mafieuses d’une Russie contemporaine. Stéphane est la ligne de mire. Le bouc-émissaire l’homme à abattre. Qui est cette jeune femme tuée d’une balle sur la moto de Stéphane ? Les évènements s’emboîtent à l’instar de poupées gigognes. Florence Issac emmène ses protagonistes dans les tréfonds des existences meurtries, toutes de non-dits et de faux-semblants. Alice va chercher et trouver, quoi ? Le drame est ancien, générationnel. La vengeance tient sa carte en main. Tout va basculer. On ressent cette ambiance oppressante des vies écorchées par les secrets enfouis. « Si tout s’était si facilement mis en place, c’était parce qu’elle jouait une histoire proche de la sienne. » Florence Issac écrit « d’une voix douce ». Elle est on l’imagine fort bien dans cette intériorité qui chuchote les sons, les moments où le verbe doit resurgir, s’affirmer et faire alliance avec elle. C’est cela aussi qui fait de ce livre un passage entre les ressacs, les turbulences intestines. Une danse d’Albion superbe et avérée. C’est un livre kaléidoscope dont il faut retenir ce grave qui percute les falaises. Cette quête des existences éperdus. Ce récit bleu nuit est la voie la plus sûre pour accueillir le sens de la vie même. « La danse d’Albion » est à lire comme une scène de théâtre. Ne rien lâcher, regarder dans chaque coin, chercher des yeux ce qui va advenir subrepticement. Ce livre se mérite car il est avant tout le bouquet final de toute initiation avérée. Brillant. Publié par les Éditions L’Échappée Belle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81