AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Louis Audibert Editions


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
mazou31
  31 août 2017
La vie d'artiste au XIXe siècle de Anne Martin-Fugier
Livre d'une immense érudition mais restant très attractif par son style élégant et sa narration sans emphase. Une mine de découvertes sur le monde des arts au XIXe siècle, pêchant même parfois par un excès de détails (adresses, prix, etc.) qui heureusement n'alourdissent que peu la lecture. Un livre incontournable pour qui veut avoir une vue panoramique mais précise sur ce vaste sujet ; un livre qui intéresse tout autant le curieux que l'historien de l'art ou le sociologue.
Commenter  J’apprécie          00
Rhia
  23 juillet 2013
J'ai mal... de Antoine Alaméda
Un petit livre qui bien que trop court (vingt-cinq pages de texte), permet quand même de toucher les points sensibles du véritable langage entre parents et enfants. Une dose de rappel qu'on devrait tous prendre régulièrement lorsqu'on doit s'adresser à des enfants quotidiennement.
Commenter  J’apprécie          00
YvesParis
  21 octobre 2012
L'Amérique vraiment impériale ? de Stanley Hoffmann
Né à Vienne, élevé en France, devenu citoyen américain, Stanley Hoffmann, qui dirige à Harvard le Center for European Studies, est le plus francophile des spécialistes américains des relations internationales. Sous la forme d’un entretien réalisé fin 2003 avec Frédéric Bozo, il dresse, en « spectateur mal à l’aise » (p. 9) une critique en règle de la politique américaine depuis le 11 septembre jusqu’au conflit irakien.



A l’instar d’un Hubert Védrine, il minimise l’importance historique des événements du 11 septembre. Les attentas terroristes n’ont pas bouleversé le système international dans les mêmes proportions que l’émergence d’un ordre bipolaire en 1947 ou sa disparition en 1989. Pour autant, le 11 septembre a constitué pour les néo-conservateurs une « divine surprise » (p. 51) qu’ils ont su parfaitement exploiter : « Dès le 12 septembre, nos néo-conservateurs se rendent chez Dick Cheney, qui avait sans doute quelques remords de ne pas être allé jusqu’à Bagdad en 1991 … et ils n’ont aucun mal à le convaincre. » (p. 64)



Stanley Hoffmann nous apprend que la décision de faire la guerre en Irak aurait été prise dès juillet 2002. Il tient dit-il cette information d’une « source autorisée » (p. 76). Pourquoi alors les Etats-Unis se sont-ils évertués à obtenir l’aval des Nations-Unies ? Par adhésion au multilatéralisme ? Absolument pas. En rupture avec l’administration Clinton et Bush père qui avaient pratiqué l’une comme l’autre un « multilatéralisme dirigé » (p. 49), George W. Bush et son entourage ont mis en œuvre après le 11 septembre un « unilatéralisme triomphant » qui ne s’encombre pas du respect de la légalité internationale. Est-ce alors l’influence de Colin Powell et du Département d’Etat qui a poussé les Etats-Unis à solliciter l’autorisation du Conseil de Sécurité ? Rien n’est moins sûr. Car d’une part Colin Powell n’a pas attendu l’esclandre qui l’a opposé à Dominique de Villepin en janvier 2003 à New York pour se rallier à la cause de la guerre et d’autre part le State Department a été marginalisé dans le processus décisionnel américain. En réalité, le « détour » par les Nations-Unies « n’était destiné qu’à faire plaisir à Tony Blair » (p. 23).



Stanley Hoffmann montre combien la guerre en Irak repose sur de mauvaises justifications. La « nature odieuse du régime irakien » (p. 72) est un motif bien hypocrite qui, s’il a pu séduire quelques « belles âmes » n’explique pas l’inaction américaine en Corée du Nord ou en Iran. En revanche, les deux réelles motivations de l’administration Bush se sont révélées mal fondées : aucune arme de destruction massive n’a été retrouvée sur le sol irakien, aucun lien avec Al-Qaïda n’a pu être établi, l’occupation irakienne entraînant au contraire une nouvelle flambée de terrorisme. Et l’espoir de voir la restauration démocratique en Iraq avoir des retombées bénéfiques dans le reste du Moyen-Orient semble bien optimiste.



Au final Stanley Hoffmann s’inquiète des dérives des Etats-Unis. Dérive à l’extérieur : l’exceptionnalisme américain se présente désormais sous la forme d’un unilatéralisme méprisant qui sapera à terme la légitimité de l’action diplomatique américaine. Dérive à l’intérieur : les Etats-Unis glisseraient « vers une sorte d’autoritarisme populiste » (p. 168) qu’illustre l’adoption du Patriot Act et le sort réservé aux prisonniers de Guantanamo sans que l’opinion publique ne s’en émeuve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110