AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

L`Amateur


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
fanfanouche24
  11 février 2021
Drouot hier et aujourd'hui de Paul Guillaumin
[Ouvrage acquis août 1990 – Librairie du Musée d’Orsay ]



Préface de Maurice Rheims.



Une publication [épuisée ] attractive et instructive relatant l’histoire des ventes aux enchères, du métier de commissaire-priseur, et de ce lieu parisien mythique : DROUOT… Historique accompagné de très nombreuses gravures [illustrations provenant du Journal amusant du 27 février 1858 ] et d’anecdotes savoureuses…



« Un très vieux métier -- [Commissaire-priseur ]

En juillet 1875, les fouilles entreprises sur le site de la catastrophe [Pompéï ] mirent à jour des centaines de tablettes constituant une partie des archives de Cecilius Jucundus.

Elles nous apprennent que les ventes aux enchères (du latin incantare) étaient annoncées par écrit et par des Crieurs (praecones) qui parcouraient la ville. Les acquéreurs payaient comptant ou à crédit s'il s'agissait d'adjudications importantes. L'auctionator recevait des acquéreurs à titre de rémunération 1% sur le montant des adjudications. il pouvait exercer conjointement le métier de banquier, avancer de l'argent aux vendeurs et pratiquer des prêts sur gage comme le fait aujourd'hui le Crédit Municipal.

La profession disparut avec la chute de l'empire romain. Huit siècles s'écouleront avant qu'elle ne réapparaisse. (p. 15)”



Ouvrage rédigé par un professionnel ayant exercé pendant plus d’un demi-siècle et publié par un éditeur réputé, spécialisé dans le secteur des « Arts »…pour dire le sérieux de ce livre.



Profitant de cette période toute particulière…de contraintes sanitaires et de temps libre à occuper « positivement » , je débute , par anticipation, un immense rangement printanier de ma bibliothèque, débordant de toutes parts ; j’ai donc décidé d’assumer un tri drastique pour que mes livres aient une nouvelle respiration, une nouvelle vie d’une manière ou d’une autre : ceux que je relirais, faisant partie des « présences nécessaires » et constantes, ceux qui partent ou partiront vers des maisons -amies… et ceux que je vais « lâcher » sur les trajets de mes déplacements dans ces boites de « Livres-voyageurs »qu’ils aillent retrouver d’autres lecteurs qui les auront choisis…Je tiens toutefois à en répertorier un maximum… afin qu’ils aient un supplément d’existence et pour ma propre mémoire et pour d’autres lecteurs –chineurs !



@Soazic boucard@hiver 2021@bookcrossing

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
La31
  05 avril 2020
La grande horloge : la comtoise au XIXe siècle de Alain Caudine
La comtoise a pris place dans les fermes au point d'être un des symboles du mobilier rural. Et pourtant ces pendules en kit étaient le fruit du savoir-faire jurassien, allié à un réseau de distribution bien organisé. Il ne restait plus à l'horloger local que de mettre son nom sur le cadran. Alain Caudine, artisan passionné, recense ici tous les modèles produits, nous fait l'histoire ce cette belle pendule et les restaure quand il le faut. Bien sûr il est plus commode de changer la pile de son horloge à quartz! Bien sûr la sonnerie de l'horloge dérange les oreilles sensibles! Mais un siècle après ces horloges fonctionnent encore, pied de nez à la société de consommation. Les prix ayant beaucoup baissé faites vous plaisir sans hésiter. Chaque semaine pendant un siècle vous remonterez les poids de l'horloge en pensant aux ouvriers franc comtois d'autrefois et au paysan d'hier.
Commenter  J’apprécie          00
bookloveuse
  21 février 2020
Correspondance - Georges Sand - Alexandre Dumas père et fils de George Sand
Faubert..Sand... Maupassant.. Mon trio préfère.... Nohant Croisset Paris... Notre duo ne bouge pour ainsi dire pas beaucoup... on devine Faubert replié sur lui même... Et une George Sand. Dynamique joviale aimante et surtout toujours de un bon conseil qu ils agisse de critiquer de long en large ses oeuvres notamment l insuccès de ' éducation sentimentale... Un livre incompris à raison... Cependant. Elle ne tarit pas de éloge et porte aux nues ses oeuvres qu elle compare à des oeuvres de art...ce qui transparaît de cette correspondance ce sont deux thèses qui s affrontent.. Celle du fond soutenu e par Sand et celle de la forme privilégié e par Flaubert.... Autre chose... L échange épistolaire pendantet sur la Commune de Paris.... Les deux semblent horrifiés.. Flaubert prône une aristocratie éduquée .. Il faut tenir le peuple loin de la politique... Mais surtout... Moin de l éducation... Chose surprenante pour un homme proche du peuple et des pauvres... Même chose chez Sand qui semble lui donner raison en tout point.... Une correspondance comme celle la valent bien même un manuel historiens.. Un pamphlet.... Une biographie ou que sais je encore.... J ak Lu ce texte avec intérêt... Délice.. Et une certaine émotion que l on éprouve toujours vers ces fins.. Que l on devine toute proche s....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10