AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

l`apprentie


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
kadeline
  16 octobre 2019
Xingu ou l'Art subtil de l'ignorance de Wharton
Xingu ou l'art subtil de l'ignorance publié chez l’apprentie est un objet livre très bien pensé et travaillé avec au recto la version anglaise et au verso la traduction française. C’est un tout petit format, tout mignon.

Xingu est une novella où l’on suit un groupe de femmes dans une petite ville américaine. Elles forment le club de la bourgade d’Hillbridge, un salon littéraire ultra sélect, dans tout ce qu’il y a de plus pédant dans l’intitulé. Elles font clairement ça pour paraitre intéressantes et intelligentes. Tout bascule quand on convie une autrice dont elles sont censées avoir lu et compris le livre et c’est là que ça devient excellent.

On se retrouve avec une succession de scènes où les dames tentent de faire illusion, d’arriver à se montrer intelligentes voire plus que l’autrice alors qu’elles ne le sont peut-être pas. C’est rempli de faux semblants, plein de piques. On a tous les mécanismes pour paraitre plus que ce qu’on est en réalité. C’était génial cet aspect satyre de la société mondaine, ce côté je me moque de manière subtile. Et j’en profite pour rebondir sur le soucis lié à la subtilité. Tout l’intérêt de cette version bilingue est liée aux subtilités de langages. Le niveau d’anglais est élevé et l’on passe très facilement à côté d’une grande partie des nuances, il est facile de râter ce qui rend la lecture drôle. Cette version bilingue permet de ne rien perdre ni le texte original ni les subtilité de vocabulaire grâce à la traduction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Musardise
  08 octobre 2019
Xingu ou l'Art subtil de l'ignorance de Wharton
C'est bien dans les romans que Edith Wharton donne le meilleur d'elle-même, son écriture nécessitant force détails et subtilités, qui ne se déclinent pleinement que lorsqu'elle prend son temps. Les nouvelles exigent en revanche une concentration qui lui convient moins. J'ai lu quelques dizaines de nouvelles d'elle, et jusqu'à présent aucune ne m'a paru arriver à la cheville de Chez les heureux du monde, du Temps de l'innocence, etc. Certains sortent un peu du lot, et dans le cas de Xingu... on peut dire qu'elle sort carrément du lot.





Ce n'est pas la seule nouvelle où Edith Wharton, qui nous fait rarement rire mais plutôt verser d'amères larmes, révèle une veine humoristique. Mais enfin ce type de nouvelles ne foisonne pas dans son oeuvre, et Xingu est bien plus drôle que celles que j'ai déjà pu lire auparavant.





Sept femmes, toutes appartenant à la meilleure société américaine, dans la ville (imaginaire) de Hilbridge, ont fondé le Lunch Club pour... eh bien pour pas grand-chose, si ce n'est donner l'impression que ses membres représentent l'élite culturelle (Alfaric utiliserait l'expression "élite autoproclamée, j'en suis sûre ^^) de la ville. Elles sont sept, toutes différentes, plus ou moins - plus que moins - imbues d'elles-mêmes, et elles ont l'air stupides. Ce n'est pas tant qu'elle soient réellement stupides (car on les connaît peu) que le fait qu'elles se se complaisent dans un carcan pseudo-intellectuel qui leur donne l'air stupide. L'espèce d'obligation qu'elles se sont imposées les oblige à se contraindre à des tas de règles idiotes, qui ont peu à faire avec l'érudition ou la culture, mais beaucoup avec l'ostentation. Bon, les règles sociales contraignantes, c'est évidemment le grand sujet d'Edith Wharton, sauf que ses personnages ne sont pas d'habitude aussi caricaturaux, et que ses autres oeuvres n'ont pas la portée satirique de Xingu.





Wharton a concocté des passages véritablement savoureux sur ses personnages, leur façon de penser, leurs attitudes en société. Personnages qui, précisons-le, n'ont pas beaucoup de respect les unes pour les autres - chacune trouvant l'autre stupide à cause de telle ou telle répartie -, et six d'entre elles n'en ayant aucun pour Mrs Roby, qui détonne à leur avis dans leur petit cercle, à ne jamais lire les livres qu'il faudrait lire, et à toujours être à côté de la plaque. Mais l'arrivée de Osric Dane, invitée au Lunch Club et célèbre auteure des Ailes de la mort (allusion aux Ailes de la colombe, roman de Henry James qui fut l'ami de Wharton, mais roman dont elle avait détesté l'écriture au point de ne pas en terminer la lecture), va changer la donne. le Lunch Club sera être mis sur la sellette par leur idole, aucune n'étant capable de répondre à des question comme "Qu'est-ce que vous appelez éthique ?" (mince, mais oui, au fait, c'est quoi l'éthique ???) et autres interventions de ce genre. Jusqu'à ce que le mot "Xingu" soit prononcé par Mrs Roby. C'est merveilleux, parlons-donc de Xingu !!!





Là, la nouvelle prend une tournure parfaitement absurde, où la discussion n'a plus aucun sens, et pour cause : il est impossible qu'elle en ait un. C'est le moment le plus drôle du texte, où chacune se perd dans des élucubrations, des divagations, et ainsi de suite. Ce qu'est Xingu, vous le savez peut-être déjà, ou vous le saurez bien assez tôt. Xingu, c'est ici avant tout la manière dont a fait usage Edith Wharton pour se gausser des femmes de la haute société américaine, imbues d'une culture factice, dépourvues d'humour comme de largesse d'esprit.





Un mot sur la nouvelle publication du texte chez la toute jeune maison d'édition L'Apprentie. Pour une raison qui m'échappe complètement, le texte bilingue n'est pas présenté avec le texte original et la traduction en face-à-face. Ça a pu sembler original aux éditrices, mais je me demande comment, à sept, elles ne sont sont pas rendu compte que ça rendait la lecture bilingue extrêmement pénible. En effet, l'ouvrage est réversible, la version originale se trouvant d'un coté, et la traduction de l'autre. Ce qui vous oblige, au cas où, lisant en français, vous voudriez vous reporter au texte en anglais, ou bien au contraire, lisant en anglais, vous voudriez faire un saut du côté de la traduction, à retourner systématiquement le livre. Et comme la pagination en français ne correspond pas à la pagination en anglais, bon courage pour retrouver ne serait-ce qu'une seule phrase ! Je ne sais pas d'où est venue cette idée tout à fait saugrenue, mais voilà qui stoppe toute velléité de lire le texte en comparant les deux versions, ce qui est l'intérêt premier des livres bilingues (sinon, vous vous contentez de la traduction, ou bien vous lisez armé d'un dictionnaire). le seul avantage, c'est le petit format. Mais 7, 50 euros pour une édition bilingue qui se révèle inutile, c'est finalement pas si donné que ça. C'est quand même bête...







Masse critique Littératures
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
Frisouille
  25 septembre 2019
Xingu ou l'Art subtil de l'ignorance de Wharton
Tout d'abord je voulais remercier les éditions L'Apprentie et Babelio pour cette découverte très rafraîchissante grâce à la dernière Masse critique. Et en plus un grand merci à cette toute jeune maison d'édition composée de 7 jeunes éditrices (d'où je pense le clin d’œil avec ce livre qui est leur premier paru) pour le petit mot en début de livre.



Le livre est cours et le choix de faire un côté français un côté anglais est assez original.

Edith Wharton? Le nom de l'auteure me parlait mais je n'avais jamais lu d'écrit de sa part. Il faut dire que je ne suis pas très littéraire et ce livre m'a ainsi faite sortir de ma zone de confort.



J'ai donc fait connaissance avec plusieurs femmes de la Haute société faisant partie d'un club très privé et très select : le Lunch Club. Kesako me direz vous? Et bien figurez vous que si vous appartenez à ce club, c'est qu'en plus de faire partie de la Haute Société, vous êtes également à un niveau élevé intellectuellement.

Et au milieu de ces dames orgueilleuses et condescendantes se retrouve Mrs Roby. Qu'est ce que j'ai ri!!! Elle est extraordinaire car avec un seul mot "Xingu", elle va les prendre à leur propre piège. Des dialogues qui n'ont ni queue ni tête vont voir le jour.

Je n'en dirai pas plus si ce n'est que des fois, on aimerait bien faire descendre certaines personnes de leur piedestal, certains se croyant au dessus de vous, à vous toiser et qui au final n'ont aucune consistance ou répartie. Alors à ce moment là, pensez "Xingu".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30