AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Mijade


Livres les plus populaires voir plus


Collections de Mijade



Dernières parutions chez Mijade


Dernières critiques
Shaynning
  28 janvier 2021
Edgar le petit fantôme de Guido Van Genechten
Dans le monde d'Edgar, les fantômes sont appelés à devenir effrayants pour hanter les lieux sinistres en hurlant des "houuu" tonitruants. Edgar, qui détonne déjà de part sa couleur rose, ne parviens pas à être effrayant avec ses "whooouuu". Chassé de son école par le directeur dans la tour abandonnée, Edgar y rencontre une chatte, qui devient son amie. Ensemble, ils font de la tour un havre de joie, pour eux et pour les fantômes, qui aiment bien ne plus être effrayants de temps à autre.

Le thème de la différence est sans doute l'un des thèmes les plus récurrents en Littérature jeunesse, sans doute parce que c'est un concept encore problématique encore aujourd'hui. Donc, nous avons un fantôme atypique qui trouve une amie qui apprécie sa nature douce, qui semble poser problème chez les pairs d'Edgar. Au final, ces derniers finissent par apprécier ce tempérament à leur tour, ce qui laisse penser que tous les fantômes ont un côté doux eux aussi. La variété de tempérament peut ainsi être bénéfique à la communauté.

On pourra également apprécier le fait qu'Edgar est rose, parce que le rose n'est pas qu'une couleur de filles, n'est-ce pas?

Un album jeunesse mignon sur la beauté d'être soi-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
garanemsa
  25 janvier 2021
Le cri du hibou de France Bastia
Bastia France

Le cri du hibou

Les gens d’en bas… Fabrice dans le clocher colle ses yeux aux persiennes

La place est déserte, mais sur la route, au loin, minuscules, il reconnaît les trois frères et leurs tignasses rousses

S’il avait sa catapulte, quel point de mire

Et si Guillou n’était pas un simple hibou mais un beau faucon de chasse, comme il le dresserait pour, du haut de son imprenable donjon, fondre sur tous les habitants d’Archembelle

L’oiseau leur arracherait les yeux, les cheveux, déchirerait leurs habits, quelle paire ils feraient ensemble

Fabrice est élevé par sa grand-mère car sa mère journaliste voyage et son père dans l’humanitaire aussi, mais il entend les ragots et les méchancetés des gens du village car il semblerait que ses parents ne seraient plus ensemble, donc alors, qu’ils ne l’aimeraient plus

Il est taciturne, turbulent et les autres se moque de lui

Et il voit cloué sur la porte un hibou, il semblerait que c’est une vieille tradition dans le village pour éloigner le mauvais sort

Mais lui ne veut pas laisser souffrir l’animal alors la nuit il tente de le détacher, mais il doit vite aller le cacher dans le clocher de l’église pour ne pas qu’on le voit

On retrouve une partie de sa chemise qu’il avait déchirée pour envelopper l’aile du hibou, elle est maculée de sang et les gens du village l’accusent directement du holdup de la semaine précédente

Mais ayant refroidi, il a une pneumonie et le docteur rappelle au plus vite ses parents

Son père veut faire la lumière et ne peut penser que son fils a trainé avec des individus pareils

Et son enquête commence, il retrouve Guillou le hibou

Auteur : romancière, nouvelliste, conteuse, amoureuse depuis l’enfance du Brabant wallon où elle s’est établie dans les années soixante, elle a puisé dans son village l’inspiration de ce livre, un extraordinaire succès de l’édition en Belgique

Rédacteur en chef de la revue générale et épouse du grammairien André Goosse, elle est depuis 1994 présidente de l’association des écrivains belges de langue française

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
LudivineBon
  24 janvier 2021
Les gardiens de John Christopher
Comment ai-je pu passer à côté de cette belle réédition aux éditions Mijade d’un grand classique de la littérature de l’imaginaire ? Initialement paru en 1970, ce roman de science-fiction n’a pas pris une ride car l’intrigue futuriste nous plonge dans l’Angleterre de 2052. Le visuel très réussi d’Annick Masson a immédiatement retenu mon attention car il traduit bien l’univers du roman.

Une belle énergie se dégage de ce texte, court, mais fort et dense. De nombreux thèmes sous-jacents nous invitent à la réflexion : la liberté, l’anti-conformisme, l’insoumission, l’espoir, la capacité d’adaptation de l’être humain...

Le jeune héros, Rob Randall, est orphelin et il aspire à vivre dans un monde meilleur. Il décide de franchir une frontière interdite qui lui permettra de passer de la cité à la campagne, avec l’espoir d’y découvrir une vie plus douce et la liberté qui lui manque tant dans son pensionnat... A l’approche de « La Barrière », à la lisière de la campagne, certains passages sont emplis de poésie car Rob s’émerveille de petits bonheurs simples : voir le ciel étoilé, découvrir de nouvelles odeurs, écouter le bruit des animaux... Mais les questions se bousculent : va t’il réussir à passer ? Ne devrait-il pas rester dans sa zone de « confort » où il est certes privé de liberté mais qu’il connaît bien ? La campagne est-elle réellement aussi prometteuse qu’elle en a l’air ? Et la révolte va-t'elle finir par gronder dans la cité ? La seconde partie du roman va prendre une nouvelle tournure...

J’ai dévoré cette histoire palpitante en quelques heures. Impossible de lâcher ce livre parfaitement abouti car c’est une petite pépite. Ce roman est à recommander absolument tous les ados à partir de 13 ans.
Lien : https://cafenoiretpolarsgour..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00