AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Québec Amérique

Maison d`édition québécoise fondée en 1974, les éditions Québec Amérique publient à la fois des livres et dictionnaires mais aussi des logiciels comme le Multidictionnaire de la langue française. La maison regroupe un grand nombre de collections et notamment un département jeunesse nommé « Québec Amérique Jeunesse ».

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Québec Amérique



Dernières critiques
sabine59
  04 juin 2020
Bondrée de Michaud Andree a.
Bondrée...au départ, je pensais qu'il s'agissait d'une expression québécoise, c'est juste une déformation de l'américain " boundary " signifiant frontière.



Et c'est vrai que le lieu où se déroule cette histoire est aux limites de deux mondes, entre les forêts du Maine et le Québec. Un lieu que l'auteure connaît bien puisqu'elle y a séjourné .



Été 1967. On écoute " a whiter shade of pale" ( je vous conseille la sublime version d'Annie Lennox) et " Lucy in the sky with diamonds" partout et aussi là, à Bondrée, où viennent surtout des vacanciers dans leurs maisons secondaires. Mais un été à jamais bouleversé par le crime de deux adolescentes inséparables, retrouvées l'une après l'autre prises dans un piège. L'enquête piétine, les esprits sont tourmentés par ces morts atroces...



Ce roman noir est tout en atmosphère, l'écriture est fiévreuse, sensuelle, nostalgique. L'envoûtement de cette nature sauvage opère sur le lecteur, hanté par l'homme des bois, Landry, qui y a vécu et dont on entretient la légende. Et la particularité aussi , c'est que de nombreuses expressions américaines, ainsi que quelques mots québécois ponctuent le récit, mimant parfaitement le mélange des deux langues dans ce no man's land mystérieux. On s'y habitue très vite et même on y prend grand plaisir.



D'autre part, le point de vue d'une fillette ( Tiens! Elle s'appelle Andrée...) , témoin indirect des événements, enrichit le texte. Il alterne avec celui de Stan Michaud ( même nom que l'auteure 😉), l'inspecteur charismatique.



Une réussite, selon moi, une ambiance , un ton originaux. Je reproche juste quelques longueurs. Mais une auteure canadienne à découvrir, c'est sûr!







+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Mpelletier
  03 juin 2020
Fille de fer de Isabelle Grégoire
Deuxième roman de l'autrice, et premier que je lis.



J'avoue le doute qui s'est insinué en moi à la lecture de premières pages, non-certain d'aimer la plume, prévisible à certains égards. Néanmoins, tenu accroché jusqu'au bout par le rythme haletant du récit, les thèmes bien d'actualité (sexisme, l'extractivisme et ses impacts environnementaux et sociaux, les relations entre les Blancs et les Autochtones, particulièrement dans les régions dites ''ressources'', et autres), qui se déplient en une ambiance assez dense, et un certain sens du 'punch' assez bien maitrisé par l'autrice.



Très pertinente lecture à inclure dans sa bibliothèque.



Commenter  J’apprécie          00
MarianneRichard
  01 juin 2020
Vandal Love ou Perdus en Amérique de D. Y. Béchard
Malgré le fait que j’ai lue Vandal love à la vitesse de l’éclair (enfin, pour moi) je termine cette lecture avec un sentiment d’ennui mortel et aucun intérêt pour découvrir d’autre roman de Deni Ellis Béchard.

Ce roman, qui a reçu un prix, c’est cent ans dans la vie de la famille Hervé. Chez les Hervé, on vient au monde soit nain, soit géant, avec un instint naturel pour parcourir le monde.

Vandal Love est surement une très rare déception pour moi lorsqu’il s’agit de la maison d’édition Alto. Mais les 4-5 personnages de la famille Hervé, en plus de tout ceux qui les côtoient ne sont qu’effleuré sur les 400 pages que dure ce roman. Ont y ressent la détresse des personnages, les défis de taille - pardonnez moi le jeux de mots - propre à chacun mais l’histoire familiale, les liens entre eux, leurs background personnel; tout cela est éludé. Tellement, que j’ai eu l’impression que durant tout le roman je ne faisais qu’écouter les problèmes d’une famille que je ne connaissait pas. Dans ces sombres moment de confinement, ce ne fut clairement pas une source de bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10