AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Riviere blanche


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Erik35
  16 janvier 2018
Dimension Brocéliande de Chantal Robillard
BIENVENUE EN FÉERIE.



Il est bien difficile de donner une idée complète d'un tel ouvrage, regroupant des plumes à ce point diverses, malgré une inspiration commune : la célèbre forêt de Brocéliande, ses contes, ses mythes et légendes et, bien entendu, la fameuse "matière de Bretagne", son Roi Arthur, sa cohorte de preux chevaliers ainsi que ses Merlin, Viviane et autre Morgane. Rassembler un tel aéropage d'auteurs, de poètes, d'illustrateurs aussi divers, ayant toutefois en comment leur passion pour les littératures de l'imaginaire, fut ainsi la mission, certainement passionnante, à laquelle se sont livrées Chantal Robillard et Claudine Glot à l'occasion de cette anthologie, ce Dimension Brocéliande édité chez Rivière Blanche au mitan de l'année 2017.



Certains participants y confient leur propre lecture du légendaire arthurien : Lionel Davoust, impeccable et profond, tord le cou à une certaine image de Lancelot dans un premier envoi, sa seconde nouvelle - une réédition - est tout bonnement abyssale ; Marc Nagel, plus trompeusement classique mais aussi très spleenétique (l'influence des préraphaélites, peut-être ?), avance sur le terrain de la légende sombre.

D'autres reprennent à leur compte cet univers magique du petit peuple, de ses monstres et de ses fées : Justine Niogret et son style reconnaissable entre tous nous livre une nouvelle violente, implacable et macabre ; Claudine Glot entreprend une première fable très contemporaine, inquiétante et drolatique à la fois, qui remet cette mystique au cœur de notre contemporanéité ; le poète Ozégan replace, de sa plume évocatrice et inspirée, tout ce monde merveilleux au plein centre d'une mythologie essentielle et immuable.

D'autres enfin évoquent un peu tout de cela, et bien d'autres choses encore, mais sans oublier que cette forêt au pouvoir d'attraction si puissant est, en quelque sorte, l'un des personnages vivant et certainement central de tous ces grands mystères : Nicolas Mezzalira, quasi journalistique mais très subtil, y convoque Jules Verne, le Président Wilson, Albrecht Dürer, Aristide Briand ainsi que quelques autres pour une explication de gravure étoilée époustouflante ; Pierre Dubois, égal à lui-même - inimitable, fécond, toujours un rien polisson - extravague à tout va, et c'est toujours spirituel ; quant à Hervé Thiry-Duval, inattendu mais solide, sa nouvelle pourrait s'avérer tout juste aigrelette si sa conclusion ne se faisait pas si joliment monstrueuse ; on achèvera ce très rapide et incomplet tour d'horizon par le texte de Françoise Urban-Menninger qui, malgré son modernisme de façade, est un petit chef-d'oeuvre de conte "à l'ancienne" semblant tout droit sorti de la tradition populaire immémoriale.

On poursuivra avec cette belle nouvelle de Claudine Glot, la seconde de sa main proposée ici, une histoire de chevalier hors de son temps - nous sommes au beau milieu du 19ème siècle, au camp militaire du Thélin, lointain précurseur du futur camp, proche, de St-Cyr-Coetquidan -, une histoire d'homme épris d'idéaux purs et de rêves de chevalerie, de hauts faits d'arme et de franchissement d'obstacle impossible, servie par une langue exigeante et sûre, qui se fait ici tour à tour nostalgique et brutale (comme les faits exposés), d'une belle force d'évocation et qui laisse derrière elle un étrange parfum de mélancolie surannée mais captieux. On retiendra aussi le texte de Frédéric Rees en hommage à Champlain le "créateur" du Québec. Cette composition relativement hors-sujet est rédigée intégralement en alexandrin, d'une versification souple, agréable à lire, qui mérite qu'on la signale.



Comme fort souvent avec ce genre d'ouvrage, il y en a pour tous les goûts, tous les styles, toutes les attentes. L'ensemble fait cependant preuve d'un bel équilibre, entre des thématiques certes ramassées mais plus diverses qu'il pourrait y sembler, des écritures confirmées ou de véritables premiers pas, de la prose et de la poésie, du modernisme bien tempéré ainsi que des références à des littératures plus anciennes mais sans passéisme outrancier...

L'objectif est cependant atteint : rendre hommage à cette magnifique et enchanteresse forêt, sise aux confins des Côtes d'Armor, d'Ille-et-Vilaine et du Morbihan, renouveler l'impérissable souvenir de ses légendes, propager la bonne parole : Oui, Faërie est bien vivante, la Geste se poursuit, inlassablement ardente, preuve en étant ce foisonnement sans cesse renouvelé de plumes et de témoins de l'imaginaires !



Ci-après, la table des matières des nouvelles figurant dans ce recueil. Elles sont encadrées d'une préface et d'une postface des deux anthologistes assermentées (par le Commandant Merlin, selon une source proche de l'enquête) !



Estelle Faye : Cent retours.

Sara Doke : Le ventre de l’arbre.

Pierre Dubois : L’histoire du monsieur dans la forêt

Jacques Jouet : Le fils unique du Merle et de ma mère.

Justine Niogret : Le souvenir de sa langue

Anne Fakhouri : Amours entérines.

Claudine Glot : Moi, j’y croirai jamais !

Emmanuel Honegger : La fée et le hérisson.

Lionel Davoust : Le meilleur d’entre eux.

Hélène Larbaigt : Feuille fée.

Bernard Visse : You were only waiting for this moment

Pierre Marchant : Sur les routes du Graal

Ozégan : La harpe de Merlin.

Françoise Urban-Menninger : Biens mal acquis ne profitent jamais !

Marc Nagels : La Quête de Méliant

Elisabeth Chamontin : Les Topinambours de Viviane.

Hélène Marchetto : Cai Hir.

Séverine Pineaux : La Forêt des songes.

Frédéric Rees : Champlain l’Enchanteur.

Nicolas Mezzalira : Le Mystère de l’Etoile Verte.

Patrick Fischmann : La fleur du chevalier.

Hervé Thiry-Duval : Le Fada de Féerie.

Claudine Glot : La mort est un cheval pâle.

Chantal Robillard : Ne jamais baisser la garde !

Nathalie Dau : Dame du val et doux dormeur.

Lionel Davoust : L’île close.

Isabelle Minière : Le mystère de la forêt

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          355
alberthenri
  01 janvier 2018
Curios (baskerville) de Richard Marsh
Messieurs Tress et Pugh, sont deux gentlemen (?) collectionneurs de curiosités (les fameuses "Curios" du titre).



Dans l'Angleterre victorienne où ils évoluent, ces dilettantes ne reculent devant aucune fourberie pour s'approprier des objets rares, n'hésitant pas, par la ruse voire la franche malhonnêteté, à user de stratagèmes vicieux pour arriver à leurs fins.



Tress et Pugh, ne sont ni vraiment amis ni vraiment adversaires, mais rivaux dans leur quête de L'OBJET rare et précieux.

Ainsi, ils feront l'acquisition d'une pipe maudite, d'un phonographe révélateur d'un drame, d'un meuble Boulle, et autres artefacts plus ou moins maudits.



Richard Marsh, alias Bernard Heldmann (1857/1915) fut un auteur très prolifique, mais méconnu.

Son style, est empreint d'un humour typiquement British, et l'on peut lire dans ses contes des phrases telles que celles-ci : "Ne vous avais-je pas dit que la providence m'avait choisi pour être l'instrument de sa vengeance ? Vous avez entendu la confession de ce scélérat de ses lèvres criminelles !"



Donc, si vous aimez Conan Doyle ou Chesterton, vous devriez apprécier les textes de Marsh que Jean-Daniel Brèque et les éditions Rivière Blanche nous permettent de découvrir dans la collection "Baskerville", qui comme son nom l'indique propose des textes d'auteurs de l'époque victorienne.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
alberthenri
  22 décembre 2017
La nuit des hommes-loups de Gilles Bergal
Ce volume de plus de 380 pages rassemble deux romans, et un recueil de nouvelles.



Les romans sont : Cauchemar à Staten Island et La nuit des hommes-loups.



Le premier fut publié dans la collection "Gore" aux éditions Fleuve Noir.

On y fait la connaissance de Coogan ex-flic devenu agent de sécurité qui se trouve confrontés à des créatures mutantes cannibales.

Le roman rappelle le scénario de la série b "C.H.U.D" (1985), coïncidence, le roman écrit avant la sortie du film mais publié après...

L'auteur du se fendre d'un petit préambule expliquant que son livre ne plagiait pas le film...



Dans le second roman, nous retrouvons Coogan, cette fois aux prises avec une secte de loups-garous.

La nuit des hommes-loups, devait paraître dans la collection Gore qui périclita avant sa publication.



Suit "Créatures des ténèbres" recueil de nouvelles fantastiques paru en 1985 aux éditons Corps 9, qui publièrent quelques pépites aujourd'hui "collectors".



Le livre se conclut sur un entretien avec l'auteur Gilles Bergal (pseudonyme de Gilbert Gallerne).

Les romans de même que les nouvelles sont très représentatifs des textes des années 1980,à une époque où le fantastique horrifique était en vogue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90