AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bantam


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
smeknassi
  24 novembre 2020
Orgueil et préjugés de Jane Austen
Un grand classique et une comédie romantique sur la fierté d'un homme et les préjugés d'une femme à une époque où le seul moyen pour une femme de devenir riche ou d'augmenter son statut social c'est en se mariant.

Commenter  J’apprécie          40
Roggy
  24 novembre 2020
La Perle de John Steinbeck
John Steinbeck est aussi multiple que sa littérature. Néanmoins, il existe un dénominateur commun dans l’écriture ensorcelante de l’auteur américain : le récit s’enracine toujours dans l’oralité des contes et des légendes que les anciens transmettent au fil du temps aux nouvelles générations pour qu’elles n’oublient jamais d’où elles viennent. Ici il s’inspire d’un conte mexicain traditionnel.



Cette petite parabole se lit d’une traite, tant l’écriture est riche et limpide. Les thèmes chers à l’auteur et communs à de nombreux de ces romans sont encore omniprésents.

Steinbeck dépeint la misère pour faire prendre conscience des existences malheureuses, mais surtout il dénonce les conditions de vie des pêcheurs de perles, exploités et asservis par les marchands de pierres précieuses.

Il dénonce s’insurge encore et toujours contre le clivage social et la misère pénible et sans espoir qu’il engendre.



Ce qui fait vivre, ce sont les rêves et l’imagination florissante. Mais les rêves des pauvres sont systématiquement piétinés par les plus puissants.



Malgré une vision réaliste mais très pessimiste de la société, toute la finesse de Steinbeck éclaire La perle, dont la musique mélancolique, s’incruste durablement dans la mémoire.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Altervorace
  24 novembre 2020
Orgueil et préjugés de Jane Austen
Ah, Jane Austen... Les jolies robes, la puissance des sentiments, la romance... En général ça froufroute grave chez madame Austen et tu sais combien j'aime que ça froufroute, ami-lecteur. Mais mon rapport avec l'ouvrage de cette autrice ne se limite, fort heureusement, pas qu'à cela. Certains de ses romans ont pris une place de doudou littéraire dans mon cœur. Que je m'explique... Il y a des livres que j'aime relire. Immanquablement, tous les cinq-dix ans, il faut que je m'y replonge. C'est comme retrouver des amis qui habitent loin, on se sent chez soi, on se sent dans son élément. Oui, Orgueil et préjugé a cette qualité de ressembler à une longue amitié confortable. Je me suis donc dit qu'il était plus que temps d'en faire une petite bafouille ici.



Bien qu'aimant presque tous les ouvrages de Jane Austen, j'ai pensé que commencer par son roman le plus célèbre était une bonne idée. Un, aussi, des plus adaptés à l'écran, avec plus ou moins de bonheur... Ainsi, si tu fais parti, ami-lecteur, de ceux qui ne connaissent Elizabeth et Darcy – aaaah, Darcy- par le film de 2005 avec Keira Knightley, tu es sans aucun doute passé à côté de ce qui fait le sel de l’œuvre d'Austen. D'ailleurs, je prends quelques secondes pour te conseiller l'adaptation de 1995 avec Jennifer Ehle et Colin Firth.

Pour en revenir au roman, le récit est bien plus qu'une jolie romance avec pour toile de fond la campagne anglaise de la fin du 18ième siècle ! Si ça froufroute bel et bien, on ne saurait passer à côté de ce qui, à mon sens, fait la plus grande force de madame Austen : l'humour. Oui Orgueil et Préjugés est drôle. Il dresse un portrait sans concession de son époque. Dès l'incipit, le lecteur est plongé dans l'état d'esprit si caustique de son autrice : It is a truth universally acknowledged, that a single man in possession of a good fortune, must be in want of a wife – c'est à dire, “c'est une vérité universellement reconnue qu'un célibataire pourvu d'une belle fortune doit forcément être en quête d'une épouse”. Comme tu peux le constater, ami-lecteur, Jane Austen manie l'ironie avec brio ! Mais l'humour ce se cantonne pas à cela. Il s'agit d'abord de nous présenter une galerie de personnages souvent grotesques. Ainsi la mère de l'héroïne, une hypocondriaque d'une bêtise légendaire et qui a pour obsession de marier ses nombreuses filles. Pourtant, cette femme possède un pragmatiqme compréhensible puisque le mariage est la seule possibilité pour les demoiselles Bennet d'acceder à la sécurité. Bien entendu, Elizabeth veut plus qu'un mariage de convenances, elle veut se marier avec quelqu'un qu'elle puisse estimer. Il faut dire que le mariage malheureux de ses parents lui donne un bon argument pour vouloir murir son choix.



Alors oui, Elizabeth a le courage de ses convictions en refusant d'épouser le premier venu et on ne peut que s'attacher à cette jeune femme qui n'est pourtant pas sans défaut puisqu'elle sera la première à trop vite maljuger d'autrui...



Finalement les deux personnages principaux du livre, plus qu'Elizabeth et Darcy, sont la bonne société anglaise et ses relations à l'argent. Et si la romance est présente tout au long du récit c'est pour mieux mettre en valeur l'aspect satirique du roman. Bref, une perle littéraire à mettre entre toutes les mains !






Lien : http://altervorace.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72