AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

La Baconniere


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
El_Gabier
  27 novembre 2017
Le premier dieu de Emanuel Carnevali
Il voulut être Dieu, il ne fut qu'un homme. Il se voyait écrivain, il vivra surtout d'expédients. Il désirait aimer, sa vie ne fut que souffrance et séparation. Il rêvait de lumière et d'Amérique, l'ombre et l'asile l'accueillirent. Il, c'est Emanuel Carnevali, auteur italien inconnu, brisé par la maladie et un quignon de pain. Météore dans le monde littéraire, comme dans la vie, son écriture est un chant, un poème de douleur et de tristesse, plaidoyer de cri, de haine et d'amour singulier pour sa mère, relation nimbée de folie et de coups. « Oh si je pouvais, mère, appuyer ma joue contre la tienne! Et pourtant tu me battais jusqu'à ce que le sang coule de mes narines, de ma bouche, ma chère, ma pauvre petite maman malade, tu me battais à cause du poison qui courait dans tes veines » (page 17). La maladie qui n'aura de cesse de hanter les pages de ce recueil, chloroformant certains passages, magnifiant d'autres. Un livre à l'image de la vie d'Emanuel, inconsistant, incomplet, oscillant entre folie, combat et misère, entre poésie et réalité crue. Orphelin à onze ans, il fera son chemin solitaire, perdant lentement les repères qui jalonnaient son enfance italienne. Il échouera chez ce père violent démuni d'amour filial, un naufrage qui le poussera à prendre les voiles pour l'Amérique pays d'accueil et de fantasme en cette année 1914.Le premier Dieu recoupe plusieurs histoires, et indéniablement le titre éponyme porte cet ouvrage à bras le corps. Un texte magnifique qui vous tenaille, soulève rancœur et forme de compassion. Fragile, isolé, l'homme se révèle parfois aussi démesuré, voire égocentrique. Mais c'est surtout la relation unissant l'auteur à sa mère morte très tôt qui imprègne à cette chronique une saveur sucrée et tiède. Celle de l'incompréhension, de l'amour tu, caché dans un geste anodin, une caresse, un rugissement félin protecteur, un silence bienveillant. Celle de la folie qui éclate giflant comme un soufflet, des verres remplis d'aiguilles.Un portrait sans tabou d'un homme rompu à la maltraitance, aux non-dits et à l'isolement, un destin dont l'issue se dessine dès l'enfance, à l'aube des amours déçues et des prisons éducatives. Mais celui qui en parle sans doute le mieux, c'est encore Emidio Clementi, chanteur du groupe rock Massimo Volume dans l'émouvante préface du livre.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
xubdy
  01 novembre 2017
Illuminations de Arthur Rimbaud
Je n'ai rien compris.
Commenter  J’apprécie          00
Ione
  27 octobre 2017
Omniscience de Andre Ourednik
J'ai vraiment essayé, et même réessayé, promis !

...mais je n'ai jamais pu arriver au bout de ce livre à la thématique pourtant très prometteuse.



Ce qui m'a arrêté est une impression négative tout à fait personnelle, liée au style narratif de l'auteur.

Je n'ai pas du tout accroché avec, et je trouve ça d'autant plus regrettable que le sujet est passionnant et les idées développées pertinentes et tout à fait d'actualité.

En effet, le sujet traite de la gestion des données numériques dans l'avenir proche. Après la numérisation de tous les supports papier, les données sont stockées dans des piscines de Médium. Les molécules de Médium peuvent s’associer entre elles pour former un fil logique d’information, tissé par des plongeurs.



L'auteur nous offre des pistes de réflexion vraiment intéressantes sur tout ce qui a trait aux rapports que nous pouvons entretenir avec les différents supports d'information.

Ces supports façonnent entre autre notre façon de penser le monde.



Je n'ai malheureusement pas eu le courage d'aller bien avant dans le livre (j'ai dû lire à tout casser 70 pages sur les 269 qui le composent) car le style et l'humour de l'auteur se sont révélés bien trop alambiqués pour moi.



Je pense que si un lecteur n'est pas rebuté par le style bien particulier de l'écrivain, il peut vraiment se régaler avec les concepts proposés.



Bonne lecture à vous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00