AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Hugo et Compagnie

Maison d`édition fondée en 2005 par Hugues de Saint Vincent autour de documents, de titres de sport ou encore d`humour, Hugo et Compagnie parie sur la fanfiction de Twilight : Beautiful Bastards, avec 150 000 exemplaires tirés. C`est avec la série After d`Anna Todd et la création du label New romance que la maison connaît le succès auprès d`un large public.

Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Hugo et Compagnie


Dernières critiques
GOUPIL14
  07 mai 2021
L'or - La merveilleuse histoire du général Johann August Suter de Blaise Cendrars
Une belle épopée pour retracer , sans exagération, ce qui a forgé les Etats Unis d'Amérique. L'esprit de conquête, la volonté jusqueboutiste de réussir, quel qu'en sera le prix. Les illusions de certains, les sacrifices et les souffrances et, en filigrane, l'individualisme qui a servi d'oxygène à bon nombre de tous ceux qui ont pris un bateau pour chercher fortune et/ou effacer "certaines ardoises".
Commenter  J’apprécie          00
Hollischenbooks
  07 mai 2021
365 jours, tome 1 de Blanka Lipinska
Un immense merci à Hugo Roman pour l’envoi de ce roman.



C’est avec une immense curiosité que je me suis plongée dans la lecture de ce roman, sans vraiment savoir trop à quoi m’attendre. Il faut dire que je n’ai ni vu le film ni toute la polémique qu’il y a eu autour. J’ai vu énormément d’avis sur le film de Netflix, certains excellents, d’autres plus acérés.



Alors sans avoir vu le film, j’étais impatiente de me faire mon avis sur cette histoire, qui fait tant parler. J’avoue que j’avais quelques petites appréhensions. Déjà celle de passer à côté de cette histoire, de ne pas accrocher ou encore de me sentir mal à l’aise. Mais loin de tout cela, j’ai plutôt bien accroché à l’histoire.



365 jours est une Dark romance, et comme beaucoup de dark romance certaine scènes peuvent être dérangeantes, pour ma part je n’ai pas été spécialement choquée ou perturbée. D’ailleurs 365 jours à un fil conducteur assez classique au final mais agrémenté de petits quelques choses qui font que cela fonctionne, du moins avec moi.



Je comprends toutefois que cela ne plaisent pas à tout le monde, comme le genre auquel il appartient. Mais si vous aimez les dark romances, je pense que cette histoire peut vous plaire car elle reste assez basique.



Les thèmes sont nombreux et variés, sexe, beaucoup de sexe, drogue, violence et l’organisation de la mafia. Des thèmes qui restent classiques mais qui donne un petit plus au récit. Certes j’ai trouvé qu’il y avait pas mal de clichés mais en soit ça ne m’a pas spécialement dérangée.



Ici nous allons suivre Massimo et Laura. Massimo est la caricature du sicilien macho, dominateur, mystérieux et sûr de lui. Si le synopsis n’avait fait espérer une complexité au niveau de sa personnalité, je n’ai pas été déçue, bien que je l’ai trouvé drôlement cliché. Certains de ses actes m’ont fait sourire dans le sens où je n’ai pas trouvé cela spécialement crédible. Alors oui je n’évolue pas du tout dans le même monde que lui, le sien n’est que violence, sexe et pouvoir. J’ai eu l’impression qu’il souffrait de troubles psychiatrie, comme si il était morcelé et avait deux personnalités bien distinctes, une tendre et douce, l’autre dominante et violante. Je crois qu’aucune personne saine d’esprit enlèverai une femme en lui disant qu’elle a 365 jours pour tomber amoureuse de lui, si au delà de ce délai ce n’est pas le cas il la laissera partir... bref, en soi c’est un personnage que j’ai apprécié et je pense avoir juste effleuré du bout des doigts sa complexité.



Pour Laura, elle a un caractère fort et j’ai beaucoup apprécié sa personnalité, c’est une femme épanouie sexuellement et elle n’en pas honte. Bon clairement elle développe une sorte de syndrome de Stockholm envers Massimo, car il ne faut pas oublié qu’elle est retenue contre son gré et si la limite n’est franchit, elle est consentante à chaque fois, Massimo ne fait rien qu’elle refuse. J’ai compris son déchirement entre ses sentiments pour Massimo et l’envie de retrouver sa liberté ( qui est soyons honnête un symptôme du Syndrome de Stockholm) bien qu’au finale elle prenne l’ascendant sur lui.



Il y a beaucoup de sexe, vraiment beaucoup. comme je vous les déjà dit. Les scènes sont explicites et montrent l’attirance et l’alchimie qu’il y a entre Laura et Massimo. Je suis pas spécialement friande de ça, mais j’ai compris les choix de l’auteur, bien qu’il y en ait trop a mon gout...



Pour la romance, il faut dire qu’elle ne démarre pas sur une base saine, car il faut pas oublié que Massimo « séquestre » Laura. J’ai trouvé que Blanka Lipińska mène extrêmement bien son récit. Même si je me suis doutée fortement de la tournure de leurs histoire, j’ai bien aimé leur relation. La romance reste classique dans son genre, bien que le caractère de Laura rajoute un peu de piment.



Pour ce qui est de la plume de l’auteur, elle est piquante, crue par moment, intense et grave l’instant d’après. J’ai vraiment beaucoup aimé son style d’écriture, la fluidité de ses mots font que j’ai dévoré cette histoire. Certes il y a certains bémols, des répétions et autres petits points dérangeants, mais en soi l’auteur insuffle passion, intrigue et suspense à son récit.



Pour conclure, je dois dire que lorsque je l’ai terminé je ne savais pas du tout comment mettre les mots sur mon ressentie et j’espère ne pas vous avoir perdu. Ce livre ne plaira pas à tous, comme chaque roman, je pense. Pour ma part j’étais curieuse et je suis ravie d’avoir lu cette histoire malgré quelques petits points qui m’ont dérangé. Je suis impatiente de découvrir la suite de cette histoire qui a fait couler beaucoup d’encre.


Lien : Https://Instagram.com/hollis..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LesJoliesLecturesdePapier
  07 mai 2021
Le collectionneur de voeux de Mia Sheridan
{Instagram : aur131}



Je remercie les éditions Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.



Si vous ne le savez pas encore, Mia Sheridan fait partie de mes auteurs préférés. Elle possède à chaque fois le don de m’hypnotiser, de me transporter à chaque nouveau roman dans une histoire bouleversante. C’est pourquoi, lorsque j’ai appris que Le Collectionneur de Voeux allait sortir en France, je n’ai pas pu m’empêcher de sautiller de joie à l’idée de pouvoir enfin lire cette magnifique histoire. De plus, on en parle de cette couverture qui est absolument canon ?



Dans Le Collectionneur de Voeux, nous suivons Clara, une jeune ballerine fraîchement arrivée à la Nouvelle-Orléans. Loin de chez elle et surtout loin de son père qui est malade, Clara se sent rapidement désemparée dans cette ville.Voulant en apprendre davantage sur cette dernière, Clara découvre par le biais d’une charmante voisine la plantation Windisle; une ancienne plantation qui regorge de secrets et d’histoires. La jeune femme est rapidement attirée par ce domaine et l’est encore plus face à la légende qui y est associée. Mais ce qui rend également ce domaine aussi fascinant aux yeux de Clara, c’est Jonah, le propriétaire des lieux. Défiguré après un tragique accident et vivant comme un reclus depuis huit ans, Jonah est terrifié à l’idée que Clara découvre la laideur de son visage. Cependant, la jeune femme n’aura de cesse d’essayer d’établir une amitié avec lui et de s’évertuer par la même occasion à défaire la malédiction qui plane au-dessus de ces lieux…



Encore une fois et sans surprise, j’ai complètement été emballée par l’histoire, les lieux et les personnages. Comme toujours, la plume de Mia Sheridan est sublime. C’est poétique, doux, fluide et terriblement addictif. Contrairement à ses autres écrits que j’ai pu lire jusqu’à présent, ici l’auteure ne s’est pas seulement contentée d’écrire qu'une simple romance. Mia Sheridan est également parvenue à développer une intrigue autour de Jonah et de la plantation.



Par conséquent, en plus de la romance, il y a beaucoup de suspens et j’ai trouvé cela très agréable. Ça pousse le lecteur à vouloir découvrir le terrible sort qui a frappé autrefois la propriété, on ne peut s’empêcher d’être happé par le mystère ambiant qui se dégage des pages. En plus de ça, les thématiques abordées sont aussi très chouettes. L’auteure y aborde l’acception de soi, le pardon, le deuil, mais elle met également en avant la beauté intérieure, l’altruisme et la générosité.



La particularité de ce roman, c’est qu’il regroupe deux romances. Certes, l’une d’elles prend davantage le dessus sur l’autre, cependant deux idylles et quatre destins viennent s’entrelacer pour former une seule et même histoire. D’un côté, il y a celle de Clara et Jonah qui se déroule à notre époque et de l’autre côté il y a celle d’Angelina et John qui se déroule peu de temps avant la guerre de Sécession. Ainsi, les chapitres s’alternent entre les points de vue de Clara et Jonah, mais aussi de façon à nous montrer des bribes de l’histoire d’Angelina et John.



Du côté de Clara et Jonah, c’est une romance très émouvante que nous offre Mia Sheridan. Dès leur première rencontre, il y a rapidement un lien qui se crée entre eux. Aucun des deux n’est capable de mettre des mots sur ce qui se passe, mais cela ressemble énormément à un coup de foudre. On pourrait penser alors que leur relation va vite évoluer, que la romance va être trop rapide, et pourtant il n’en est rien. Du fait que Jonah se sent laid, incapable d’être aimé à cause de son visage défiguré, il met du temps avant de succomber au charme de Clara. Et même après ça, leur histoire reste très subtile. Je veux dire par là que leur relation ne repose pas seulement sur une simple alchimie. Oui, il y a de la passion et une certaine tension sexuelle entre eux, mais en réalité c’est beaucoup plus que ça. Ils sont tombés amoureux l’un de l’autre avant même de se voir, ils sont tombés amoureux avant tout de leurs personnalités respectives. C’est justement ça qui est beau dans cette histoire, il faut parfois aller au-delà de l’apparence physique.



Pour ce qui est d’Angelina et John, bien qu’elle soit importante au bon déroulement de l’intrigue, leur romance est un peu moins présente que la précédente. D’ailleurs, si je devais relever un seul petit point négatif sur ce roman ça serait le léger manque de chapitre concernant leur histoire. Les chapitres sont assez courts, rapides à lire et j’aurais aimé en avoir davantage. Malgré tout, j’ai adoré découvrir leur histoire, leurs personnalités. À l’instar du couple Clara/Jonah, la romance entre Angelina et John est également bouleversante. Ils ont dû, eux aussi, passer par de nombreuses épreuves pour pouvoir être ensemble. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise, mais sachez que leur histoire vous tirera peut-être quelques larmes…



Pour finir, les personnages. J’ai eu un gros coup de coeur pour celui de Clara. Honnêtement, cette fille est une perle. Elle est bienveillante, altruiste, forte, généreuse… Bref, on peut dire que c’est la fille parfaite. Clara est aussi belle de l’intérieur que de l’extérieur. J’ai adoré sa détermination à vouloir lever la malédiction. Ce n’est pourtant pas sa maison, sa famille et son histoire, mais elle a tellement été touchée par la légende qui entoure Windisle que Clara en fait une affaire personnelle. Mia Sheridan a toujours le don de créer des personnalités féminines attachantes et Clara ne fait pas exception à la règle.



Jonah, quand à lui, est également fort intéressant. Il y a eu une magnifique évolution autour de son personnage. D’abord renfermé et refusant de sortir de chez lui, Jonah va  finir par s’ouvrir et s’épanouir au côté de Clara. Cette histoire c’est aussi pour lui un moyen de faire sa rédemption, un moyen d’en finir avec les démons du passé. Pour tout vous dire, après avoir lu le résumé, je pensais découvrir quelqu’un de rustre, maussade, très désagréable. N’étant pas sorti de chez lui depuis huit ans, ça ne m’aurait pas surprise s’il s’était montré comme ça dès le début. Finalement, c’est plutôt un homme tendre et sympathique que l’on découvre. Bien sûr, après ce qu’il a vécu, Jonah est aussi brisé et blessé, mais il essaye tout de même de s’en sortir. Sa propre histoire, en plus de la malédiction de Windisle, ajoute un intérêt supplémentaire au récit et j’ai vraiment pris plaisir à la suivre.



En conclusion, Le Collectionneur de Voeux est un superbe roman, une magnifique lecture qui n’a fait que me rendre encore plus admirative face au talent de Mia Sheridan. Avec ce roman, l’auteur nous propose une jolie réadaption de La Belle et la Bête au coeur de la célèbre Nouvelle-Orléans. Ajoutez à cela du mystère, des fantômes, un amour maudit, un peu de magie et beaucoup d’amour, vous obtiendrez à coup sûr une histoire qui vous sera impossible de lâcher !
Lien : http://lesjolieslecturesdepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00