AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Textuel


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Textuel


Dernières critiques
silviaaa
  19 novembre 2021
Poésies de Arthur Rimbaud
Caro Rimbaud quanto ti ho amato ai tempi delle superiori ! Mi aiutasti anche ad avere un bel voto all’orale della maturità, sebbene nessuna domanda al tuo riguardo mi fosse stata posta! Al di là della tua esistenza, romantica ( nella prima accezione del termine ovviamente !) all’eccesso, le tue parole flessuose con le quali sapevi plasmare frasi oniriche e suadenti come un miraggio, o pungenti e vive come lo strepito di un tuono vicino, mi affascinavano ipnotiche.

Dopo anni son tornata a leggere i tuoi versi, stavolta nella tua lingua d’origine, che ormai da più di vent’anni accompagna il mio quotidiano. Ne è forse questa la causa di non aver potuto cogliere appieno ogni sfumatura, ogni significato dei tuoi vocaboli cesellati con cura? Non saper intravedere al di là delle parole, non sentire l’armonia suadente fra le linee? O semplicemente ne è causa il passar degli anni, questo rendere dura e ottusa la nostra sensibilità alle immagini poetiche con il tempo che scorre come colpevole?

Non so che dirti mio caro Arthur, se non che il tuo libro mi ha tenuto compagnia una buona parte dell’anno: l’ho cominciato in aprile e lo finisco solo adesso. E con un ‘immensa delusione di antico amante ti confido: ti ho trovato pesante, ti ho trovato difficile, venato solo di qualche guizzo di eccellenza , ti ho trovato capriccioso e cattivo di giocare apposta con le parole per lasciarci incapaci di seguirti.

Eppure tu non sei cambiato…





Cher Rimbaud, combien je t’ai aimé aux temps du lycée ! Tu m’as même aidé à avoir une bonne note à l’oral du bac, bien qu’aucune question ne m’ait été posée à ton sujet! Au-delà de ton existence, romantique ( dans la première acception du terme évidemment !) à l’excès, tes mots souples avec lesquels tu savais façonner des phrases oniriques et suaves comme un mirage, ou pugnaces et vives comme le fracas d'un tonnerre voisin, me fascinaient hypnotiques.

Après des années, je reviens lire tes vers, cette fois dans ta langue d’origine, qui désormais accompagne mon quotidien depuis plus de vingt ans. Est-ce la raison pour laquelle je n’ai pas pu saisir toutes les nuances, toutes les significations de ton vocabulaire ciselé avec soin ? Le motif de ne pas être capable de voir au-delà des mots, ne pas sentir l’harmonie suave entre les lignes ? Ou en est simplement la cause le passer des années, qui rend dure et sourde notre sensibilité aux images poétiques avec le temps qui coule comme coupable ?

Je ne sais pas quoi te dire, mon cher Arthur, sinon que ton livre m’a tenu compagnie une bonne partie de l’année : je l’ai commencé en avril et je ne le finis que maintenant. Et avec une immense déception d’ancien amant je te confie : je t’ai trouvé lourd, je t’ai trouvé difficile, veiné seulement de quelques sursauts d’excellence , je t’ai trouvé capricieux et méchant de jouer exprès avec les mots pour nous laisser incapables de te suivre.

Et pourtant toi, tu n’as pas changé...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lady_Blue
  13 novembre 2021
Discours sur le colonialisme de Aimé Césaire
Dans ce discours Aimé Césaire, poète, écrivain, ancien politicien et grand maître de la littérature antillaise connu également avec ses comparses Léon Gontran Damas et Léopold Sédar Senghor pour être l'un des membres fondateurs du mouvement de la Négritude, dénonce sans équivoque les actes de barbaries et atrocités perpétrés aux esclaves, (ces êtres primitifs et sans âmes) par "la race" prétendue excellente et supérieure que représentait les blancs.

On comprend que la colonisation des hommes antillais n'est pas que "physique" (signe de l'esclavage) mais quelque chose de bien plus ancré.

En effet, la colonisation de chaque être commence à l'intérieur, un acte de soumission "effroyable processus d’assimilation, donc de dépersonnalisation". Une perte d'identité des indigènes appuyée par la Religion au profit de l'Européanisation.



Une mise en exergue "d'ouvrages" d'Octave Mannoni, Pierre Gourou ou encore Placide Tempels et une prise à parti de l'auteur qui est juste et remarquable!



"Discours sur le colonialisme" est l'allocution d'un grand révolté, défenseur de tous les opprimés et tellement nécessaire.

Encore un must have et surtout des connaissances à transmettre.

Je persiste à croire que sensibiliser davantage notre entourage et les prochaines générations sur ces sujets palliera ce système de défaillance qui subsiste depuis trop longtemps et porte encore à croire qu'il existe plusieurs races humaines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nicokykkoduq
  26 octobre 2021
Les prédateurs au pouvoir de Monique Pinçon-Charlot
Après cette lecture, je rumine avec une triste nostalgie mes peurs des années 90/2000 face à un néolibéralisme populaire et triomphant. À cette époque, les effets pervers de cet ultralibéralisme étaient déjà connus et sont aujourd'hui devenus la norme. L'inégalité grandissante entre pauvres et riches. Le recul de l’État au profit des oligarques. La complicité pécuniaire de nos dirigeants. Un désastre écologique. Le réchauffement climatique. Les politiques d'austérité. Notre société de consommation basé uniquement sur la toute-puissance de l'argent ne peut être que nuisible à notre planète et à l'humanité. Ce couple de sociologue nous alerte judicieusement sur la nécessité d'agir au plus vite afin de contrer cet inéluctable suicide civilisationnel.

Commenter  J’apprécie          190