AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Scrineo


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Scrineo


Dernières critiques
Saiwhisper
  17 septembre 2018
Le roi des fauves de Aurélie Wellenstein
Après avoir apprécié l’ovni littéraire « La mort du temps » d’Aurélie Wellenstein, j’ai eu envie de retrouver la plume de cette auteure de l’Imaginaire. Or, lorsque j’ai vu qu’elle était au salon Le Livre sur la Place à Nancy, je suis allée à sa rencontre…… Non sans hésiter entre deux titres qui me faisaient envie ! C’est finalement en échangeant avec elle que j’ai penché pour cette aventure qui me semblait aussi sombre qu’incroyable… Je n’ai pas été déçue du détour ! Ce fut une très bonne lecture que je recommande à toute personne adepte de la Dark Fantasy…



De la noirceur et des injustices, il y en a dès le début, puisque c’est la pauvreté et la famine qui va pousser Ivar, Kaya et Oswald, trois amis d’enfance, à braconner le gibier sur les terres du Seigneur. Malheureusement pour eux, leurs actes ne passeront pas inaperçus, puisqu’ils seront arrêtés, puis punis pour leurs crimes. On va donc prendre le temps de découvrir le trio, découvrir les personnalités de chacun et surtout les observer face à la terrible transformation en berserkir. J’ai beaucoup aimé le fait que l’auteure prenne le temps de construire ses trois héros. Même si le début peut paraître un peu long (il faudra compter une centaine de pages avant d’assister à l’ingestion du parasite et aux premiers effets), j’ai apprécié le fait que l’on ne bâcle pas le background et que l’on ne néglige aucun membre du groupe. Tous ont un caractère qui leur est propre : avec des défauts (Ivar est souvent jaloux, Kaya est très impétueuse et blessante, tandis qu’Oswald est hyper craintif…) ainsi que des qualités (protecteurs, francs, taquins, etc.). Bien évidemment, l’un de trois se distinguera un peu plus du lot, cependant j’ai tout de même été touchée par chacun d’entre eux. En revanche, cela n’a pas forcément été le cas pour les personnages secondaires qui, étant donné la taille de l’ouvrage et les nombreuses scènes d’action, ne vont pas être excessivement creusés. J’aurais par exemple souhaité en savoir plus sur la petite Hilde, sur le vil jarl qui les condamne ou encore sur Falko, le fameux Roi des fauves. Une bonne dose de mystère entoure encore ces personnages, même une fois le roman terminé…



En tant que joueuse de jeux vidéo et adepte de fantasy, je connaissais le mythe du Berserk. J’ai été conquise par la façon dont l’auteure s’est approprié cette légende. La métamorphose des protagonistes est aussi fascinante qu’horrifiante ! On les voit muter petit à petit physiquement, mais aussi mentalement ! En effet, tous les trois luttent pour préserver leur amitié et leur humanité ! La folie et une violence incontrôlable les gagnent peu à peu. Ils deviennent un danger pour eux-mêmes ainsi que ceux qu’ils aiment. Malgré leur volonté et leur détermination, la malédiction progresse irrémédiablement. J’ai été conquise par le fait que tous évoluent progressivement et plus particulièrement Kaya qui va gagner en agressivité. On sent vraiment de la tension tout au long du récit et on se demande ce qu’il va arriver aux trois compagnons… Or, je savais qu’Aurélie Wellenstein n’hésitait pas à malmener ses personnages… Je m’attendais donc à des passages difficiles et à des émotions chamboulées. Une fois encore, mon petit cœur en a pris pour son grade ! Je ne pensais pas que tout cela arriverait ! Hormis le secret du Roi des Fauves et sa personnalité qui se devine trop rapidement, la majorité du roman a réussi à me surprendre ! Cela a fortement joué sur mon envie de tourner les pages. J’ai complètement été happée par le rythme du récit qui, une fois le jugement annoncé, n’a cessé de gagner en rebondissements, en combat, en noirceur, en lutte intérieure et en survie. C’est un bon page-turner fantastique !



L’histoire était tellement prenante, que l’on ne refuserait pas un second opus ! En effet, en plus de personnages intéressants et de leur évolution, l’auteure a dépeint un univers aussi riche qu’intéressant. On y rencontre, par exemple, des Valkyries. J’aurais adoré que l’on développe ce point dans un autre volume ou un ouvrage se déroulant sur les mêmes terres. Ce monde m’a totalement fascinée et révoltée. Aurélie Wellenstein a réussi à pointer du doigt énormément de disparités sociales et d’injustices… D’ailleurs, j’ai encore en tête le cas de la pauvre Hilde qui a été condamnée pour quelque chose d’ignoble ! Un univers sombre, des personnages qui valent le détour, une tension haletante et un dénouement qui change de ce qu’on a l’habitude de lire, … « Le roi des fauves » fut une très bonne lecture qui me donne envie de découvrir d’autres titres de cette auteure talentueuse.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
PetiteNoisette
  15 septembre 2018
Je suis CharLiberté ! de Arthur Ténor
Voici un petit roman prometteur que je me devais d'acheter pour le CDI. Les attentats de Charlie Hebdo sont encore peu présents dans la littérature jeunesse, et le thème de la liberté d'expression est important et doit être exploité par nos élèves.



Cependant, j'ai été très déçue par ce roman. Je l'ai trouvé plein d'approximations, avec continuellement "Madame Le principal" alors qu'aujourd'hui on dit très clairement "Madame La principale", le journal est vendu dans le collège avec l'aval des profs alors que c'est totalement interdit (même si ça s'arrête rapidement), un élève propose de créer une "commission des lycéens" alors que ce sont des collégiens, un des collégiens à des tatouages (ça me paraît peu crédible à cet âge là)... et j'en passe. Les propos du fameux journal créé par les élèves m'ont paru très obscurs. Ils expliquent "dire la vérité", "sans donner leur opinion" mais les sujets choisis sont super polémiques et les personnages principaux passent leur temps à juger ceux qui sont différents d'eux. De même, ils ne semblent pas comprendre que des adultes et des élèves puissent être vexés qu'ils soient caricaturés dans leur journal, alors que personnellement ça me parait quand même logique.



En fait tout au long du récit j'ai eu l'impression d'être dans le flou car tout tourne autour de ce qui est écrit dans leurs journaux mais le lecteur ne connaît pas le contenu. De même j'ai trouvé que tout allait beaucoup trop loin, imaginer que des élèves soient prêts à en tuer d'autre à cause d'un journal qui ne parle même pas explicitement d'eux ?! Ca me paraît quand même un peu trop gros, ou en tout cas je trouve que du coup ça perturbe le propos sur la liberté d'expression des collégiens.

Personnellement, j'aurai préféré que les charlibertaires, ceux qui rédigent le journal, soient davantage remis en cause par les autres élèves ou par les profs afin qu'ils se rendent réellement compte que l'on ne peut pas tout écrire sans conséquence ; qu'il y ait des débats et que leur avis évolue afin que leur journal soit de mieux en mieux. Là, je les ai trouvés hyper prétentieux, en fait, hyper "intellos" même si c'est une insulte que mes élèves utilisent souvent et que je déteste. Ils ne se remettent pas en question et se moquent de tout ceux qui ne sont pas aussi intelligents qu'eux.



J'ai trouvé les élèves vraiment très matures, utilisant un vocabulaire super complexe. Je suis absolument convaincue que mes élèves ne pourraient pas du tout s'exprimer ainsi, d'ailleurs il y a énormément de mots qu'ils auront du mal à comprendre. Les débats menés par le profs de français vont assez loin, je ne sais pas s'il existe des profs qui font ce genre de débats, mais nous on a quand même des consignes pour ne pas parler de religion par exemple. Là le prof met beaucoup de temps à recadrer si bien que chacun a le temps de développer ses théories religieuses (ou non).



L'auteur semble avoir voulu recréer les problématiques de Charlie Hebdo avec un groupe d'ados : ne rien lâcher, camper sur ses positions, ne pas céder face à la pression politique ou religieuse, quitte à en payer les conséquences. Sauf que là ce sont des enfants et qu'ils parlent de leur collège. Par exemple l'enfant qui est méchamment caricaturé alors qu'il est discret et n'a rien demandé à personne et dont la narratrice se moque parce que son père est venu se plaindre... je trouve que ça n'a rien à voir avec un homme politique, qui sait à quoi s'attendre en étant une personnalité publique.



Bref, pas convaincue même si ce roman peut être intéressant à faire lire aux collégiens et que je le conseillerai probablement à mes élèves.
Lien : http://blogonoisettes.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire-une-passion
  14 septembre 2018
Le roi des fauves de Aurélie Wellenstein
Oui, je sais, je lis un peu dans le désordre, étant donné que c'est le premier roman de l'auteure qui est sorti chez scrineo. Mais que voulez-vous, je n'aime pas faire comme tout le monde ! Et pour être honnête, je suis contente de l'avoir lu plusieurs années plus tard, sans être tombée sur des chroniques. Ainsi, j'ai pu me faire mon propre avis et... j'ai adoré !



Accusés de meurtre, Ivar, Kaya et Oswald sont injustement condamnés à un sort pire que la mort. Coupés du monde et enfermés dans un royaume en ruines, ils n'ont plus que sept jours d'humanité. Au terme de ces sept jours, le parasite qu'on leur a implanté aura grandi et pris possession de leurs cerveaux, pour les changer en monstres, en berserkirs, seulement destinés à tuer ou à être tués. Une course contre la montre est donc lancée...



Nous sommes d'accord : ce résumé donne quelque peu froid dans le dos et ne promet pas un univers plein d'amour, de joie et de volupté. Et je vous le confirme : comme à chaque fois, l'auteure tient ses promesses et emmène ses personnages à leurs limites. Voire, les dépasse. Encore une fois, la psychologie des personnages est mise en avant. Ici, on frôle avec le côté sombre de chaque être humain, avec ce qu'il y a de pire en nous. Le combat du Bien et du Mal est l'un des fers de lance de ce roman.



Je ne vous cache pas que si certaines scènes m'ont fichu des frissons, j'ai tout de même été très vite prise dans cet engrenage. Je voulais savoir jusqu'où l'auteure était capable d'aller. Si elle allait juste frôler l'horreur, ou si elle allait y entrer comme la porte était grande ouverte. Vous imaginez bien qu'elle a pris le second chemin... J'ai adoré souffrir avec les personnages, les voir évoluer, prendre des décisions difficiles et qui auraient forcément un impact sur la suite.



J'ai adoré l'univers dépeint et créé par Aurélie Wellenstein. À la fois terrifiant et addictif. Car une fois commencé, il est difficile de lâcher cette histoire qui prend aux tripes malgré nous. Les personnages y sont aussi pour beaucoup. On s'attache à eux, à leur personnalité très vite. On veut les protéger, mais surtout savoir s'ils vont s'en sortir. On tremble pour eux et nous sommes éprouvés tout autant qu'eux de ce qu'ils vivent. Ils ont tout de même un moral d'acier pour accepter tout ce qui leur arrive.​



​En résumé, c'est un roman qui prend aux tripes dès les premières pages. On s'attache rapidement aux personnages et on remarque très vite que cet univers est à la fois troublant, terrifiant et addictif. Difficile d'en sortir. Avec ce roman, aurélie Wellenstein nous sort de notre zone de confort, pour nous plonger en enfer. Un voyage qui ne laisse pas indifférent.
Lien : http://lire-une-passion.weeb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40