AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Scrineo


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Scrineo


Dernières critiques
kuroineko
  18 juillet 2019
Rouille de Floriane Soulas
Avant de parler du roman, je voudrais souligner la magnifique illustration de couverture, par Aurélien Police. Ses créations, notamment pour la collection Une heure-lumière des éditions Le Bélial, m'enchantent et m'émerveillent à chaque fois. Et par conséquent, suscitent mon envie d'emporter le livre ainsi orné.



Revenons-en à Rouille. Floriane Soulas crée un Paris fin XIXème siècle steampunk. Les descriptions des différents quartiers (le Dôme des riches et aristocrates, la Ferraille où se terrent les enfants perdus, la Souricière, ...) sont très réussies et offrent un bon cadre à l'intrigue.

L'héroïne, Violante, jeune femme amnésique, est depuis trois années la "perle" des Jardins Mécaniques, maison close de renom. Dotée d'un caractère bien trempé, celle que maquerelle et clients appellent Duchesse cherche à retrouver la mémoire et savoir qui elle est, elle qui fut ramassée dans la rue, malade et blessée, par Léon, le souteneur et chef apache qui tient la Souricière et possède la maison close.



Parallèlement à cette quête d'identité, Violante se retrouve entraînée dans une sombre histoire où gamins des rues et prostituées se font enlever puis sont retrouvés atrocement mutilés. Une nouvelle drogue, la rouille, fait une brusque percée, ravageant ses consommateurs.



Si globalement j'ai trouvé la lecture du roman agréable, il y a malgré tout des bémols. Déjà, le rythme de l'intrigue souffre à plusieurs occasions de pertes de régimes. L'histoire ne se prête pas un tempo trop lent.

D'autre part, les personnages manquent parfois de crédibilité et de cohérence. Certes l'être humain est propice aux brusques changements d'humeur ou d'idées, mais là, c'est un peu excessif. S'y rajoutent quelques traits qui sentent trop la caricature.



L'ensemble tient cependant bien la route, notamment grâce à l'atmosphère très réussie de ce Paris 1897. Animéca, exploitation de ressources lunaires, automates et dirigeables cliquetant de tous leurs rouages sont, à mes yeux, l'atout majeur du roman.

La folle et cruelle vision qui se cache derrière les corps mutilés à de quoi faire frémir.



Il me semble que Rouille est le premier roman de Floriane Soulas. Un nom que je vais retenir pour suivre ses futurs écrits car, en dépit des bémols relevés, voici une plume prometteuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Murasaki
  18 juillet 2019
L'assassin du marais de Catherine Cuenca
Un livre pour la jeunesse juste pour voir ? Eh bien je ne suis pas déçue, ça se laisse agréablement lire même par un public plus rassis. C'est bien écrit, avec un vocabulaire soutenu et une bonne histoire. Les personnages sont cohérents avec leur époque, le suspense est maintenu jusqu'à la fin, on apprend plein de choses mais ce n'est pas rébarbatif car le contexte historique est habilement mêlé à l'intrigue. Roman de qualité et très sympa à lire.
Commenter  J’apprécie          00
LescarnetsdeLu
  17 juillet 2019
Les Noces de la Renarde de Floriane Soulas
Qui aurait cru que j'allais lire cette belle brique en si peu de temps ? Pas moi c'est certain ! Je ne veux pas m'avancer, mais je crois que je recommence à prendre mon ancien rythme de lecture, celui que j'avais il y à bientôt trois ans et surtout cette envie irrépressible de lire tout ce qui me passe sous la main (ou presque, il ne faut pas pousser mémé non plus). Et tout ça, c'est en partie grâce au roman de Floriane Soulas, Les Noces de la Renarde. Je me suis vraiment régalée et je vous explique immédiatement pourquoi !



Avoir un bon univers permet de mieux appréhender l'histoire ainsi que les personnages, de permettre au lecteur une immersion totale. Floriane Soulas a largement relevé ce défi ! Je me suis immédiatement retrouvé projetée dans le Japon du XVème siècle lorsque les humains respectaient encore la Nature et les animaux, ainsi que les divinités qui régnaient en maîtres. L'atmosphère est comme palpable, j'ai été comme transportée dans cette forêt sacrée remplie de yokaïs et autres créatures du folklore japonais, qui est très large. Pour aider encore mieux cette sorte d'imprégnation, j'aimerais parler des personnages mais aussi de ce que l'autrice nous propose. Effectivement, elle donne beaucoup de définitions en bas de page qui aident beaucoup pour la compréhension mais surtout pour capter le maximum du monde nippon et de toutes ces spécificités. Ainsi, celles et ceux qui ne connaissent pas peuvent mieux comprendre les mots "yokaïs" (esprits, fantômes, démons ou apparitions. Cette appellation regroupe les créatures surnaturelles du folklore japonais), "miko" (jeune fille officiant dans les sanctuaires auprès des moines. Elles s'occupent généralement des boutiques et de la propreté du temple, participent aux événements religieux ainsi qu'aux mariages) ou bien encore "kosode" ou "daimyo" par exemple. C'est vraiment très agréable, surtout pour une personne qui s'intéresse au Japon depuis quelques années comme moi et qui souhaite y voyager.



La façon d'écrire de Floriane Soulas, son imagination, sa plume délicate et poétique y sont pour beaucoup dans la dégustation qui j'ai pu faire en lisant ce roman. Chaque description, aussi simple et courte soit-elle, s'imagine et s'anime parfaitement, emportant le lecteur dans cet univers.







"Les heures nocturnes défilèrent en accéléré. Mina, ébahie, restait immobile au milieu de ce décor fantastique. Une par une, comme des lucioles qui s'éveillent devant la chaleur d'un feu de camp, des boules lumineuses s'allumèrent entre les troncs. Elles flottaient et dansaient, suivant un chemin invisible."





La thématique de la musique est aussi très présente et rajoute de la magie et des sons aux images qu'on nous donne à voir et donc à écouter. Les descriptions de certains lieux participent également à une insertion plus rapide et réelle dans l'histoire



Diversifier mais ne pas perdre le lecteur me semble quelque chose d'essentiel. Les Noces de la Renarde est un roman "coupé" en deux. D'une part nous suivons la vie d'Hikari, une "kitsune" (esprit renard, polymorphe comme les tanukis, et associé à la déesse Inari dont ils sont les messagers. Ils posséderaient une longue vie, des pouvoirs magiques et peuvent posséder jusqu'à neuf queues. Un grand nombre de queues indique un renard plus vieux et plus puissant. Ils prennent souvent la forme de belles jeunes femmes pour séduire les humains et voler leur vie ou leur énergie vitale) qui a vécue il y a des siècles, et de l'autre les aventures (ou mésaventures) de Mina, une lycéenne particulière au don spécial.



J'ai immédiatement apprécié avoir deux récits, même si je me suis doutée qu'ils allaient se rejoindre à un moment, et de faire une sorte de "pause" entre eux tous les deux chapitres. En lisant le résumé, on se demande directement ce qui va relier ces deux mondes et ces deux héroïnes. Plusieurs théories me sont venues en tête tout au long de ma lecture (et j'avoue être un peu fière d'avoir compris quasiment dès le début haha), ce qui a encore rajouté du dynamisme et de l'implication pour le lecteur.



Les personnages sont assez travaillés pour les appréhender mais ne le sont pas dans l'excès avec des descriptions à rallonge et répétitives qui nous éloignent d'eux plus qu'autre chose. A l'image du reste de l'oeuvre, les personnages et leurs définitions (qu'elles soient physiques ou mentales) sont bien équilibrés, tout est clair, on se souviens bien de tout ce qui a été écrit auparavant et ce même après plus de 500 pages, ce qui est plutôt pratique et utile pour l'intrigue et pour bien tout comprendre. Nous nous retrouvons donc avec des personnages vraiment attachants comme celui d'Hikari, cette déesse renarde vivant dans son clan exclusivement féminin, sans arrête malmenée par la cheffe de clan et attirée par les humains (leur mode de vie, leurs réactions, etc.) prenant de grands risques pour les approcher et les comprendre, malgré les interdictions. Parallèlement à cette histoire, nous avons également celle de Jun, un humain travaillant non loin où la clan d'Hikari habite. L'une des intrigues s'établie rapidement, encore une fois c'est dynamique et accroche l'attention du lecteur !



Pour finir, la chute finale est bien amenée et pour le coup, je ne l'ai pas vue venir malgré les hypothèses que j'ai pu faire.





En bref : Un très bon one-shot qui se suffit largement à lui-même et qui n'a pas besoin de suite. Des personnages bien travaillés, une intrigue prenante, une ambiance nippone bien retranscrite et une fin belle et douce. Un presque coup de cœur qui m'a faite rêver et voyager.
Lien : https://lescarnetsdelu.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00