AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Rue de l`échiquier


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Rue de l`échiquier


Dernières critiques
croquemiette
  24 juin 2022
Exploser le plafond de Reine Prat
Livre reçu dans le cadre de la masse critique essai de Babelio de février. Je l’ai reçu avec des mois de retard, je ne l'attendais plus… Bonne surprise. Merci à Babelio et aux éditions Rue de l’échiquier !





Reine Prat est une haute fonctionnaire française. Elle est autrice de deux rapports ministériels, en 2006 et 2009, pour l'égalité entre les femmes et les hommes dans le milieu des arts et du spectacle en France. Elle revient sur ce thème une quinzaine d’années plus tard avec « Exploser le plafond : précis de féminisme à l’usage du monde de la culture ».



Elle fait tout d’abord le constat du traitement inégalitaire entre les hommes et les femmes dans la société et jusque dans notre langage courant. Puis elle revient au monde de la culture, où les postes à responsabilité notamment à la direction des théâtre, sont encore peu occupés par des femmes, qui ne restent pas très longtemps et sont à la tête d’établissements moins prestigieux.



Elle revient sur les affaires de harcèlement et de viols dans le monde du cinéma et comment les femmes, souvent des actrices, ne sont pas crues et comment les hommes, cinéastes et artistes, continuent à recevoir des récompenses et à être adulés. Il est indispensable de dissocier l’artiste de l’homme. La fin de l’ouvrage sur la liberté de création et d’expression, sur le rôle de l’état face à ces abus, ainsi que sur les solutions pour demain, m’a paru plus complexe.



De manière générale, elle étend sa réflexion aux autres minorités comme les personnes racisées ou les LGBTQ+, ce que je trouve pertinent, car il s’agit bien, ni plus ni moins, des mêmes combats. En revanche, elle n’aborde pas le monde des bibliothèques, dépendant des directions culturelles. Ce n’est pas très étonnant, ce sont des milieux féminisées, où les femmes ont toute leur place et dont l’égalité est garantie par les statuts de la fonction publique. Une chance !



Cet essai est très bien documenté, augmenté de nombreuses notes en fin d’ouvrage. Reine Prat connaît très bien son sujet et le transmet avec pertinence et conviction. Les chapitres sont courts et percutants. Un livre petit mais costaud !



Un essai plutôt pointu par moment mais à la lecture accessible dans l'ensemble que je recommande.











+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
Etsionbouquinait
  23 juin 2022
Mousse de Klaus Modick
Lukas Ohlburg est un vieux professeur émérite de biologie qui, à la fin de sa vie, se retire dans la maison de campagne de sa famille pour y écrire un dernier ouvrage censé mettre un point final à sa réflexion sur la classification de la botanique… mais rapidement, les souvenirs et les rêves, la nécessaire connection physique à la nature prennent le pas dans l’écriture. C’est le sujet de Mousse, premier roman de l’écrivain allemand Klaus Modick, écrit en 1985.



C’est un livre très poétique et émouvant que nous offre ici Klaus Modick. Certes, certaines considérations sur la botanique sont parfois difficiles à saisir, mais on retiendra surtout la réflexion d’un homme qui se rend compte que l’analyse scientifique ne l’a pas conduit à une connaissance si profonde de la nature et que toute tentative de classification de celle-ci devrait nous aider à la découvrir.



Rapidement, Lukas Ohlburg s’épanche autour de la mousse, omniprésente aux alentours de la maison de campagne. Le travail systématique auquel il est habitué laisse place à des notes, des considérations. Les souvenirs de l’enfance passée dans cette maison avec un père qui voulait tout contrôler, mais aussi les réminiscences de la fuite de la famille devant le national-socialisme ou encore du premier amour contrarié se succèdent.



Considérations d’un homme sur le temps qui passe, Mousse est aussi la réflexion sur le cycle de la vie où tout est lié, à l’image du vieil homme et de la mousse qui ne font plus qu’un à la fin du roman ; il est également un appel au rapprochement avec la nature.


Lien : https://etsionbouquinait.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Etsionbouquinait
  23 juin 2022
Écotopia de Callenbach Ernest
Ecotopia est un livre écrit en 1975 par Ernest Callenbach, le rédacteur en chef d’une célèbre revue de cinéma, et récemment republié en France par les éditions Rue de l’échiquier. Son thème ? Comment vit-on en Ecotopia, un pays qui a décidé de mettre l’écologie au cœur de ses principes? A l’heure où l’on parle de plus en plus de la nécessité d’un développement soutenable, ce livre, pourtant paru il y a plus de quarante ans, reste d’une grande actualité.

Vingt ans après la sécession de plusieurs Etats américains (l’Oregon, une part de la Californie et l’état de Washington) pour créer un nouvel Etat basé sur l’écologie, le journaliste new-yorkais William Weston est autorisé à rentrer en Ecotopia, pour enquêter sur ce nouveau pays.

Les notes prises par Weston et les articles qu’il rédige pour le Times-post constituent le récit. Le carnet de bord personnel du journaliste a le mérite de montrer le changement progressif de William Weston vis-à-vis de la société écotopienne (d’abord ironique, il est peu à peu acquis aux principes du nouvel système) ; ce carnet devient de plus en plus différent de la version plus policée qu’il destine aux lecteurs américains.

Qu’est-ce que ce nouvel Etat et quels sont ses principes ? Au fil des pages, le lecteur découvre l’ensemble des mesures qui ont été mises en place depuis 1974, l’année de la sécession. Le recours aux transports en commun et vélos gratuits, le recyclage, la végétalisation des villes, la semaine de vingt heures, la production d’énergies renouvelables avec un fort accent sur le côté local… Un fonctionnement en rupture avec la pratique du voisin Etats-Unien.

On est quelque peu stupéfait car on se dit que les solutions qui sont prônées aujourd’hui pour freiner le réchauffement climatique sont toujours les mêmes qu’évoquées il y a plusieurs dizaines d’années. Cela peut paraître exaspérant. On y parle par exemple d’ « une économie domestique fondée sur l’état d’équilibre : tous les déchets alimentaires, les eaux usées et les ordures devaient être transformés en engrais organiques destinés aux terres cultivables, où ils entreraient à nouveau dans le cycle de production. » Du bon sens en fait…

Est-ce pour autant une société utopique et harmonieuse ? Non, les diverses personnages du livre l’avouent, des défis sont toujours à relever. De plus, c’est une société qui tend à se fragmenter, et des jeux de guerre rituels sont même inventés pour canaliser l’agressivité et le besoin de compétition. Ce que je trouve intéressant, c’est que le progrès technique reste présent (l’usage de la visioconférence est très largement répandu), mais il est jugé et développé seulement s’il apporte une valeur ajoutée environnementale.

L’intrigue retranscrite essentiellement dans les carnets personnels du journaliste est d’un intérêt relatif. Il tombe amoureux d’une écotopienne et se trouve peu à peu intégré à cette société. Le principal atout du livre reste cette vision d’un monde qu’on souhaite durable et les impact sur la société ; elle prévaut également sur les qualités littéraires du livre au sens strict.


Lien : https://etsionbouquinait.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40