AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

France Empire

France-Empire est une maison d`édition française indépendante, fondée en 1945 par Yvon Chotard et dirigée par Jean Castarède. Elle sont spécialisées dès leur création, dans les récits de guerre de la période contemporaine et publient notamment leur premier succès avec Casablanca, qui sera adapté au cinéma.

Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
rotsenamrub
  15 novembre 2020
Un jésuite à la cour de Siam de Raphaël Vongsuravatana


Je ne connaissais pas l'existence du Père Tachard, c'est à mon goût de l'Asie combiné à celui de l'Histoire que je dois cette très intéressante lecture.

Ce Jésuite participa à une expédition visant à consolider la relation diplomatique naissante entre le Siam et la France de Louis XIV.



On aborde ici le travail d'un historien, la lecture s'en ressent, la rigueur scientifique entraînant souvent une certaine austérité de style.

L'auteur reste néanmoins fluide et sait insérer avec un humour récréatif quelques remarques et détails pertinents qui éclairent son interprétation du rôle du Père Tachard lors de ces menées diplomatiques.



Le tableau ne s'arrête pas au cadre de la mission diplomatique, il atteste aussi de l'importance de la présence Jésuite à l'époque, dans le monde et particulièrement en Asie.

Il aborde les luttes intestines à l'Eglise pour le contrôle de ses missions étrangères et la volonté d'émancipation du roi de France pour gagner l'autorité sur les Jésuites français.



Les affrontements avec les puissances expansionnistes anglaises et hollandaises qui jalonnent le récit témoignent d'une sorte d'amorce de mondialisation.



Il illustre également le fonctionnement de la diplomatie à la cour, soumise à l'étiquette et à l'humeur du monarque.

Il nous rappelle la dimension temporelle de l'époque, les décalages induits par la lenteurs et l'incertitude des voyages intercontinentaux et l'importance des capacités décisionnaire des acteurs pour s'adapter ou non aux circonstances.



S'embarquer avec Raphaël Vongsuravatana dans le sillage du Père Tachard de Brest à Ayutthaya en passant par Pondichéry et Chandernagor est un réel plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
octaveD
  12 novembre 2020
L' étrange disparition du sergent Stahl de Marcel Verrier
Ce roman s'articule en en deux parties assez distinctes. Après un chapitre décrivant la disparition du sergent Stahl dans le désert en 1922, l'auteur saute en 1930 qui est la véritable époque de l'action de son livre. La première partie décrit précisément la vie et les évènements sur la base aérienne de Bou Denib dans le Sahara marocain. La deuxième partie en plein désert est une aventure périlleuse à la Pierre Benoît ou Henri Vernes. MARCEL VERRIER a lui-même été aviateur à Bou Denib à cette époque. Beaucoup de ses personnages, en commençant par le sergent Stahl, ont réellement existé, même si Verrier leur invente des aventures romancées. J'ai aimé ce livre parce qu'il met (involontairement) en relief la différence de pensée entre nos ancêtres d'il y a un siècle et nous aujourd'hui. En 1922 cette histoire était héroïque, en 2020 elle est devenue politiquement incorrecte...
Commenter  J’apprécie          00
PhilippeCastellain
  22 octobre 2020
L'opération Jéricho de Rémy
Cauchemar de la Luftwaffe, le de Havilland DH.98 ‘Mosquito’ est considéré comme l’un des meilleurs avions jamais construit. Laissons le gros Hermann (Goering) nous expliquer pourquoi : ‘‘quand je vois le Mosquito, je deviens vert de rage et jaune d’envie. Messieurs les Anglais, qui peuvent se permettre le luxe de l’aluminium, construisent ces merveilles en bois dans n’importe quelle usine de piano, lui donnant en plus une vitesse de pointe qui ne cesse d’être améliorée.’’ Ultra économique, d’une impressionnante résistance, ce bombardier bimoteur volait plus vite que les chasseurs allemands, et pour couronner le tout était d’une précision étonnante. Tellement étonnante que, début 1944, naquit l’idée de l’utiliser pour bombarder une prison, et libérer les résistants qui y étaient détenus.



L’auteur de ce livre, le colonel Rémy, est un cas complexe. C’est peut-être le seul résistant de la première heure à avoir pris le parti de Pétain… Après la guerre. Très vite marginalisé de ce fait, il n’en est pas moins l’un des premiers narrateurs de la Résistance, et à ce titre a fortement marqué les mémoires et l’historiographie. Son style est simple et précis ; sa narration des faits claire.



La prison abritait environ huit cent prisonniers, majoritairement détenus de droits commun, mais également deux cents Résistants qui ne se faisaient pas trop d’illusion sur leur sort. Organiser une évasion de masse grâce à un bombardement était une manœuvre audacieuse, et totalement désespérée. Elle fonctionna pourtant. Le bombardement des Mosquitos fut d’une précision inégalée. Une bonne partie des gardiens fut tué dans l’attaque, ainsi qu’une centaine de prisonniers. Deux cents environ parvinrent à s’échapper, et si une bonne partie furent repris derrière, un certain nombre furent bel et bien sauvés.



Récemment, des historiens ont remis en cause le statut de l’opération, et émis l’hypothèse qu’il ne s’agissait que d’une diversion en vue du Débarquement, sans aucun lien avec la Résistance. Au vu de la situation précaire et de la désorganisation de cette dernière à cette période, c’est cependant à prendre avec des pincettes. Le colonel Rémy est l’un des rares acteurs de cette époque à avoir apporté son témoignage dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340