AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Editions Zoé


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Editions Zoé


Dernières critiques
Yanie83
  21 juin 2021
Pipes de terre et pipes de porcelaine de Madeleine Lamouille
Madeleine Lamouille confie à Luc Weibel ses souvenirs, datant du début des années 1900. De son enfance à son métier de "femme de chambre" elle raconte son rôle de grande sœur dans une famille extrêmement pauvre, un papa aimant, une maman dépassée par la situation et les bouches à nourrir, trop nombreuses, tous deux atteints par la maladie. Puis adolescente, son passage dans une "manufacture-internat" avant d'être engagée, en Suisse, comme domestique. Des confidences qui en disent long sur le comportement des bourgeois, la place de la religion et l'influence des hommes de Dieu, ainsi que sur les rebellions tues de ces esclaves absolus, considérés comme des sous-hommes ! Publié en 1978 et réédité aux éditions Zoé en mars dernier, ce livre n'a rien perdu de son actualité. Saisissant de vérité !
Commenter  J’apprécie          00
hcdahlem
  15 juin 2021
La Mort en gondole de Jean-Bernard Vuillème
L’autre mort à Venise



Dans son nouveau roman Jean-Bernard Vuillème nous propose un voyage du Jura neuchâtelois à Venise, sur les pas du peintre Léopold Robert et ceux d’une belle étudiante. Embarquez sans plus attendre !



Une envie soudaine, une impulsion, l'idée qu'un changement de lieu peut favoriser un changement de vie. C’est dans cette perspective que le narrateur, un «vieux type» se décide à monter dans un train qui le mènera de son Jura neuchâtelois à Venise. S'il prend beaucoup de plaisir à regarder défiler le paysage et à observer les passagers, il ne va pas en Italie pour faire du tourisme, mais pour apporter son concours à Silvia, une étudiante qui entend consacrer sa thèse à un peintre aujourd’hui oublié – sauf peut-être par notre homme – Léopold Robert.

Car outre le fait d'avoir grandi dans la même région que l’artiste, il en connait toute la biographie qu'il va nous livrer au fil de son récit, rendant ainsi hommage à un homme dont le patronyme figure sur les plaques de quelques rues, notamment l’axe central de La Chaix-de-Fonds. Du coup, notre homme se demande si «le pire oubli pour un artiste n’est-il pas de devenir moins connu que les rues qui portent son nom?». Après une visite au Louvre, une autre question viendra le tarabuster: «existe-t-il pire humiliation pour un peintre que de figurer derrière le dos de la Joconde, de l’autre côté du mur?»

Voici donc venu le moment de redonner à Louis Léopold Robert, graveur et un peintre neuchâtelois né le 13 mai 1794 aux Éplatures et mort le 20 mars 1835 à Venise toute sa place dans la galerie des beaux-arts.

Entreprise périlleuse, sans doute vaine, quand il le constatera, sur l'île de San Michele où repose Léopold Robert, qu’«il est tellement mort qu'il n'a même plus de tombe», car «dans les cimetières, seules des renommées durables et historiquement bien établies permettent aux morts de franchir les décennies et les siècles».

Le constat est amer, tout comme le bilan de son escapade en Italie.

«En fait, n'y a aucune raison d'avoir suivi Silvia jusqu'ici sinon que je préfère m'attacher aux folies d'une jeune femme d'esprit qu'aux raisons d'un vieux type comme moi. Faire les choses sans raisons n'empêche pas d’y prendre de l'intérêt».

Et c’est là que Jean-Bernard Vuillème est grand. Il fait de ce voyage inutile un écrin soyeux qui enveloppe tout à la fois une œuvre qui mérite d’être appréciée et un petit bijou introspectif. Oui, il faut prendre le train, oui, il faut écrire, oui, il faut se passionner ! Il n’y a pas d’âge pour cela. Et il ne faut pas de raison particulière pour cela. Sinon d’entrainer dans son sillage des lecteurs admiratifs. Car la plume de l’auteur de Lucie jusqu’à Une île au bout du doigt est toujours aussi allègre, son humour toujours aussi délicat. Et on sent en lisant combien il aime trouver autour de lui les thèmes de ses livres, lui qui a raconté tout aussi brillamment l’histoire des Cercles neuchâtelois ou celle de Suchard, qui s’est implanté à Neuchâtel au XIXe siècle. Parions que cette fois encore, vous aurez plaisir à le suivre. D’autant qu’en ces temps troublés, une telle invitation au voyage ne se refuse pas!


Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Papou64
  15 juin 2021
Coupe sombre de Peer
L’histoire tient à peu de choses : un homme a tué un de ses amis par accident, à la chasse. Après avoir purgé sa peine de trois ans de prison, il revient dans son village. Sa femme est morte, sa maison est occupée par d’autres, et beaucoup lui tournent le dos. Il accepte un travail « dont même le diable ne voudrait pas », seul, à couper du bois en montagne.



Ce roman est symbolique, profond. Et très beau.

Il parle de la solitude, de la culpabilité, de la mort (et donc de la vie).

Commenter  J’apprécie          00