AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Le Grand Souffle


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
sultanne
  31 juillet 2016
Avant de partir de Guersande
« La jeunesse est comme la peinture : abstraite, on la regarde, mais sans jamais la comprendre ». Cette citation d’un auteur quelconque fait désormais légion à la lecture de cet étouffant monologue au sortir duquel plus aucun mal de l’esprit ne pourra être pris à la légère. Emouvant, à fleur de peau, c’est l’incompréhension totale qui se dessine à l’horizon de ces lignes douloureuses, inaudibles, inaccessibles et denses à la fois.
Commenter  J’apprécie          20
jfponge
  19 juillet 2015
La danse du ventre de Laurence Pythoud
Un roman étrange, entre traité de danse orientale, polar et roman d'aventures. La narratrice, jeune fille dont le nom nous sera tu tout au long de l'ouvrage (à peine sait-on qu'on l'appelait "Lola" lorsqu'elle était petite), s'est entichée de danse orientale, communément appelée "danse du ventre". Le long apprentissage de cette danse, au caractère tout autant sacré que sensuel, va bouleverser sa vie. Au cours d'un voyage au Maroc, en compagnie de Benoît, son époux, elle rencontrera d'étranges personnages, tissant un lien avec un passé familial dont elle avait tout ignoré jusque-là. Ce récit, écrit dans un français légèrement suranné (on y emploie l'imparfait du subjonctif !), maintient le lecteur constamment au bord du rêve, sans pour autant jamais sombrer dans l'irréel...
Commenter  J’apprécie          50
BERKOUK
  08 novembre 2013
Mécanique érotique de Yolande
Un corps payé pour se taire



Ce témoignage d’une femme emprisonnée par le désir et par le regard des autres, à dénoncer le refoulé qu’est depuis toujours le métier de vendre son corps pour le plaisir des autres, tant cette question du désir hante le trottoir et les nuits de toutes nos villes, c’est saisissant.



Justesse et sobriété rendent à ce texte le murmure et la souffrance de celles que l’on ne regarde d’ordinaire qu’avec convoitise et mépris. Yolande donne la voix au refus de voir, elle qui n’a pu se voir qu’avec les yeux et le sexe des autres, et comment le désir, animal fougueux, déborde la nomenclature de la protection des mineurs.

Elle parle dans l’alcôve de son manque, de sa brûlure, et de sa misère en quête d’autre chose que cette mécanique du désir. Sans accuser personne mais avec le cri vital de ne plus supporter la mascarade entretenue face à ce refoulé de nos civilisations : le désir, même visible jusque dans les rues, n’est pas vu, pas compris, mais surtout n’est pas entendu.



Cet objet insaisissable des fantasmes d’une mécanique érotique, ce corps voilé dévoilé, battu, insulté, ce corps traîné, ce corps payé pour se taire, c’est nous-mêmes.



Yolande dit les mots justes, elle dit tout, jusqu’au bout, à déchirer le voile qui cache ce qui se cherche derrière et devant ce désir, l’amour, au fond, lorsqu’on a tout perdu de l’image de soi, par où le laisser nous pénétrer ?

Les larmes de Yolande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80