AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Saint-Augustin


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
PartageTesPages
  31 mars 2019
Notre maison dans un sac à dos de Olivier Toublan
C’est l’histoire d’un couple qui décide de changer de vie, une vie faîte de voyages, de visites culturelles de pays pendant trois ans. C’est un agréable carnet de voyage à lire. L’auteur nous partage les mille-et-une questions que son couple se sont posées, leurs doutes, leurs peurs, leurs astuces et leurs consignes. Également, il est réaliste dans le récit de son voyage, notamment face au budget que le couple possède pour partir et la répartition des tâches datant du siècle dernier. C’est un livre plus méthodologique, le 10 ème chapitre nous fait rêver par la description des magnifiques lieux visités. Puis, il y a le retour de ses voyages, le retour de cette nouvelle vie, prendra-t-elle fin pour retourner à la vie d’avant ? Poursuivre les voyages …

Merci à Babelio pour sa masse critique et aux éditions Saint-Augustin pour l’envoi de ce livre. Ce fut un plaisir de le lire et l’envie de partir réaliser son rêve de voyager prend de plus en plus de place.

Merci à tous ces voyageurs pour leur partage, d'une pour le plaisir de lire et de rêver, de deux pour témoigner que cela est possible.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          164
MAPATOU
  27 mars 2019
Une année différente de Benjamin Roduit
Merci à Babelio et Masse Critique pour m’avoir permis de découvrir ce livre.



Benjamin Roduit et sa femme Anne ont décidé de fêter leurs 30 ans de mariage de façon peu commune : ils vont consacrer une année à se mettre au service des autres.



Pour cela le couple a 4 grands objectifs : parcourir les chemins de Saint Jacques de Compostelle, s’occuper de malades auprès des Soeurs de Mère Teresa à Haïti, participer à la vie de l’Hospice du Grand St Bernard en plein hiver, et enfin s’impliquer dans la formation d’enseignants au Bénin.



Je m’attendais à un récit sur les relations dans le couple, peut-être des difficultés rencontrées pendant cette année. J’ai été surprise de découvrir qu’il n’en était rien. Il s’agit plutôt de suivre l’engagement de ce couple dans la foi chrétienne et des situations auxquelles ils ont dû faire face pendant cette année de lâcher-prise.



Leurs témoignages quant aux personnes rencontrées dans ces différentes parties du monde sont remarquables, souvent émouvants et donnent à réfléchir.



J’ai toutefois ressenti un peu de gêne à la lecture, comme un manque en fait. Benjamin et Anne Roduit sont helvètes. Lui est apparemment quelqu’un de connu en Suisse, mais je n’en ai jamais entendu parler ici en France. J’ai eu parfois l’impression qu’il me manquait des clés pour mieux comprendre l’engagement de ce couple dont je reste toutefois admirative.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ludo78600
  25 mars 2019
Rwanda 1994 - La parole de Soeur Gertrude de Jérôme Gastaldi
Il y a de cela quelques années j'avais été fortement marqué par le « Un dimanche à la piscine à Kigali » de Gil Courtemanche. Le récit d'un journaliste québécois expatrié au Rwanda au moment du génocide.



C'est sans conteste la raison qui a fait que « Rwanda 1994 La parole de Soeur Gertrude » a fait partie de ma sélection à Masse critique.



Le livre de Jérome Castaldi aborde le drame de façon totalement différente.

Marie une de ses amies belge d'origine rwandaise, une tutsie, lui parle un jour de Consolata Mukangango, une religieuse de l'abbaye de Maredret .

Soeur Gertrude, mère supérieure du couvent de Sovu dans la région de Butare au moment des massacres a été condamnée par la cour d'assise de Bruxelles pour crime contre l'humanité et génocide en 2001.

Elle a purgé 7 ans et demi de prison.



L'auteur, français, a vécu pas mal de temps en Afrique, et est pour le moins interloqué : il cherche à comprendre comment Marie, victime du génocide, peut accepter de considérer encore cette femme.



(7 ans pour un crime de cette ampleur, est également un sujet d'interrogation – La peine initiale prévoyait le double)



Sa première rencontre avec Soeur Gertrude sera suivit de bien d'autres et, de fil en aiguille, Jérôme Gastaldi recueille les éléments qui vont le persuader que la religieuse n'est ni plus ni moins qu'une victime politique, une coupable désignée pour donner une légitimité à la juridiction de compétence universelle mise en place par la Belgique avec la loi du 16 juin 1993.



Outre la retranscription de ces échanges avec Soeur Gertrude, qui revient sur son enfance (elle est née d'un père tutsi, qui avait une carte d'identité Hutue), comment elle a choisi la carrière religieuse, avant d'en arriver aux faits incriminés, l'auteur appuie sa démonstration sur des spécialistes de la culture rwandaise et de la religion tel l'Abbé Vétuste Linguyeneza, tout en rappelant l'Histoire du « pays des mille collines ».



Le 6 avril 1994, la mort des présidents Rwandais et Burundais dont l'avion à été abattu a été l'élément déclencheur d'un massacre qui a duré trois mois et évalué à 800 000 morts par l'ONU.



Le chaos et la folie se sont abattus sur un pays qui était déjà fortement sous tension, du fait de l'opposition entre le gouvernement en place et le Front Patriotique Rwandais, un mouvement crée par les exilés Tutsis en Ouganda depuis la déclaration d'indépendance du pays en 1962.



Après le crash, les troupes du FPR ont fait route vers la capitale Kigali, des personnalités politiques hutus modérées ont été assassinés, les milices de la même ethnie ont dès lors créé des barrières et commencé à tuer toutes personnes ne pouvant pas justifier d'une carte d'identité Hutu, puis ils ont commencé à traquer leurs ennemis.



Une situation telle que la France et la Belgique ont fait évacuer leurs ressortissants ; le contingent de casques bleus sur place s'est retiré tout autant.



Considéré comme un asile, le couvent de Sovu a vu arriver la population apeurée, il s'est vu menacée par les milices qui faisaient le guet à proximité. Soeur Gertrude, sa responsable, la première soeur africaine élue à cette fonction, rapporte un certain nombres de faits violents, de tentatives pour tenter de faire fuir des réfugiés. Un moment de faiblesse, et machettes et fusils parlent !



Assurément, si le doute subsiste quant à la totale innocence de Soeur Gertrude, il n'en reste pas moins que tout ce qui nous est rapporté par l'entremise de ce livre de Jérome Castaldi est pour le moins troublant et on ne peut s'empêcher de penser que si cette religieuse est vraiment coupable, d'autres s'en sont mieux sorti, et qu'elles courent toujours.



De façon plus prosaïque que nous nous serions retrouvés coupable tout comme elle dans les mêmes conditions.



A savoir également, que Soeur Gertrude a ce jour n'a pas de véritable statut administratif, et vit de l'aumône de l'abbaye de Maredret ans l'attente d'un visa pour retourner au Rwanda, ce qu'elle ne souhaite pas vraiment après toutes ces années passées en Europe.



Là encore, on ne peut que se questionner sur les raisons qui font que l'Eglise catholique n'a pas véritablement prit la défense de cette femme, non plus qu'elle ne tente de la sortir de cette situation de non-droit.



Un document véritablement très intéressant et que je vous invite vraiment à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20