AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Musée du Louvre


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
jamiK
  23 novembre 2021
Musée du Louvre, tome 3 : Aux heures impaires de Éric Liberge
Eric Liberge nous offre un voyage fantastique dans le musée du Louvre.

Le trait est fin, l’utilisation des couleurs fait penser à la technique en eau forte (gravure chimique sur le métal), avec des effets de matière et un trait très fin, cela permet aux images de se superposer comme des palimpsestes et d’offrir des effets de lumières un peu vieillis.

Bastien est sourd muet, et un peu associable, il est au musée pour y faire un stage. Il va tomber sur un étrange tuteur qui va le prendre sous sa coupe et lui faire découvrir la magie du Musée, il devra surveiller les heures impaires de la nuit, celle où les œuvres prennent vie.

Eric Liberge nous propose une vision merveilleuse de l’art, une vision qui ne s’arrête surtout pas à leur historique et aux anecdotes, pas besoin de connaissances particulières, c’est une vision poétique, une histoire de rencontre avec un lieu, labyrinthique, un lieu emprunt d’une folie hors du monde, et aussi de rencontres avec les œuvres exposées, simples, sans à priori. Pour les entendre, il faut accepter l’irrationnel, le merveilleux.

Personnellement, j’aime quand la vision de l’art sort des anecdotes historiques, d’une rigueur scientifique, on n’a que faire de savoir qui était la maîtresse du peintre au moment où il a réalisé telle ou telle peinture, Eric Liberge nous reconcentre sur l’essentiel, c’est à dire sur la force des émotions qu’elles dégagent, et nous propose une communication originale avec les œuvres du musée.

Seul regret, la gamme de couleurs est parfois sombre et se limite aux ocres, elle aurait pu aussi participer un peu plus à la fête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Erik_
  03 septembre 2021
Musée du Louvre, tome 3 : Aux heures impaires de Éric Liberge
J'ai un avis très mitigé sur cette bd car je ne sais pas où l'auteur voulait en venir. Je devrais plutôt dire que la direction prise de cette sphère parallèle s'intéressant à l'âme des oeuvres me semble trop alambiqué.



Et puis, je n'éprouve pas beaucoup de sympathie avec le personnage principal qui fait preuve d'une extrême violence vis à vis de sa fiancée ou du petit garçon qui colle un chew-gum sur un tableau. Certes, cela ne se fait pas mais inutile de défigurer un être humain au nom de la protection de l'art. On pourrait l'excuser vu qu'il est malentendant et qu'il vît assez mal cette situation ô combien pénible. J'ai quand même eu beaucoup de mal d'autant que l'émotion a du mal à passer.



Cependant, on pourra s'intéresser à la condition des gardiens du plus grand musée du monde avec ses 14 kilomètres de galeries. C'est dommage que le scénario ne soit pas la hauteur de ce qu'on pouvait espérer avec ses scènes répétitives qui deviennent au final très lassantes.



On sent tout de même de la potentialité. Mais désolé de le dire, les rituels chamaniques en plein coeur du musée du Louvre avec des visions de statues qui décollent, c'est trop hallucinogène. Oui, l'idée de l'auteur était de donner vie à toutes ces oeuvres qu'on contemple sans en saisir l'essence même. Message subliminale : on est tous des idiots ? Bon, il arrive parfois que les oeuvres soient incomprises faute d'un langage clair et cohérent. Celle-ci en fera malheureusement partie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Erik_
  02 septembre 2021
Période glaciaire de Nicolas de Crécy
J'ai trouvé cet album indigeste. J'avoue avoir lu assez difficilement cette bd. Je me rappelle avoir eu la même sensation sur « Foligatto » et sur « Prosopopus » du même auteur. Je n'aime pas du tout son style qui a pourtant beaucoup d'adeptes.



Certes, il y a de l'originalité dans cet hommage appuyé au musée du Louvre qui survivra à tous les cataclysmes de l'histoire et qui restera comme un vestige de notre humanité. Bon, cependant, j'avoue avoir été gavé par ces animaux qui parlent. Certes, ils ont été génétiquement modifiés et par conséquent j'accepte cette explication. Cependant, il m'est un peu difficile de me faire passer la pilule pour des statues qui causent. Oui, c'est le côté loufoque pseudo-poétique qui gâche tout...



En résumé, un scénario futuriste burlesque avec un regard décalé sur le passé.

Commenter  J’apprécie          10