AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Editions de Noyelles


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Hugo
  16 octobre 2017
Un monde sans fin de Follett Ken
Chaque jour, je regarde la télé d’un œil passionné, d’un intérêt nonchalant dont je ne serai me débiner, il est très simple de débarquer quelques parts pour faire part de ses opinions, laissant planer une certaine démagogie sur des sujets passionnés, se faisant l’illusion d’être le roi de la conviction de comptoir débattue de manière intellectuelle alors qu’il n’en est pas grand-chose….



Je dis ça parce que je me vois réagir souvent sur des sujets sensibles, avec toute l’humanité qui me caractérise, celle d’étaler toute ma subjectivité racoleuse d’une bienpensante souvent ennuyeuse mais quand tu y mets les formes d’un bonnet bien gaulé et que t’es généreux dans la blague racoleuse, ça passe généralement tout bien…



J’aime bien de temps à autre remettre les choses à leur place, éviter le quiproquo d’un anonymat pernicieux dont regorge tout un tas de sites dont babelio…



L’idée c’est quoi ? il n’y a pas d’idée, de but, ou de vices cachés, au départ il y a juste une envie d’écrire sur un sujet quelconque pour en faire un truc potablement bandant, pour soi déjà, et si certain apprécie, alors on ne boude pas son égo d’une modestie à la con dont on fait semblant d’ignorer l’existence.



L’humain aime plaire, se sentir aimer et désirer… Il peut y avoir une part de manipulation dans la rhétorique, se faire mousser les écrits pour gagner en popularité, mais au final maitriser L’azerty d’un doigté populaire ne fait pas de nous des génies.



Avoir des convictions et les mettre en pratique demande pas mal de sacrifices, mon honnêteté ne s’est jamais leurrée da ma lâcheté, je fais partie d’un monde conscient de sa profonde bêtise sans trouver le sacrifice de m’y opposer de manière fidèle à mes principes, disons que je profite pleinement de mon égoïsme sans penser à l’altruisme qui reste pour moi une utopie, ce qui gâcherait mon autruche fainéantise de ne rien branler pour changer une manière de vivre des plus banale, et cela me convient parfaitement.



Donc je regardais la télé, comme d’hab, quand la pub sonna sa page de capitalisme, et je me marrais de voir à quel point on nous prenait pour des burnes, comment peut-on à ce point se foutre de la gueule des gens sans indignation, rien de nouveau me direz-vous, mais là à ce moment précis de la fatigue, j’ai poussé la réflexion jusqu’à l’inutile, celui de te dire que fermer les yeux c’était pas trop mal non plus. Je me suis corrompue aussi, j’aime la consommation, le soleil, les voyages, le sable fin, la crème solaire, j’aime bouffer, fumer, me marrer, baiser… Je ne suis pas une victime, juste un mouton dont j’assume parfaitement le statut, que je revendiquerais sans fausses valeurs pour plaire à l’entre jambes d’une morale érigée à la gloire des grands hommes…



On fait ce que l’on peut, inutile de se torturer l’empathie jusqu’à Houellebecq, faut savoir profiter du peu de temps, parce que ça passe vite ces conneries, faut juste essayer de temps à autre de s’accorder avec le sens vrai de toute chose, faut pas forcer le trait, chacun fait comme il a envie, il n’y aura pas de jugement dernier quand les vers viendront te grignoter, les héros sont dans les livres d’histoire, il y a un tas de gens bien, un tas gens merveilleux, des tas de trou-ducs, et des tas de putain de gros trou-ducs, faut composer avec sans se foutre la tête sur le billot.



Je connais un tas de gens qui ne se pose aucune questions sur la misère du monde, ou sur le pourquoi du comment, ils se contentent de vivres pleinement dans l’indifférence du nous et dans la jouissance du moi, Il ne font de mal à personne, se font du bien à eux-mêmes, sans mépris, sans jugement de valeur, ils gravitent pépère, profitant de leur vie, de leur chance bien souvent, mais peut-on vraiment fermer les yeux sur tout, visiblement nous en sommes tous capables, notre individualité est notre instinct de survie…



Vous voyez c’est que je vous disais, une simple réflexion à la démagogie non dissimulée qui ne demande rien de plus que quelques mots à la con, on pourrait intellectualiser la chose mais ce n’est pas le but de ma démarche, c’est juste une envie toute con d’étaler un peu de bêtise sans fausse modestie, pour dire juste une chose



Je ne suis que moi finalement.



A plus les copains



Pour le bouquin c’est comme le premier, avec des vrais enculés et des gens sympathiques…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3514
Scarlettsouth
  16 octobre 2017
Les cerfs-volants de Kaboul de Khaled Hosseini
Un excellent livre !

On suit l'histoire de ces 2 enfants élevés comme des frères avec tant d'émotion. L'histoire de l'Afghanistan qui se mele à l'histoire est palpitante.

Un livre trés bien écrit avec beaucoup de rythme.

Bien que le livre soit épais on le dévore .

Vraiment un beau moment de lecture qui m'a conduit tout droit aux autres productions de cet auteur.
Commenter  J’apprécie          10
TanePistache
  16 octobre 2017
L’équation africaine de Yasmina Khadra
Un voyage déroutant, tout en nuances...

Comme le héro du livre, on n'en ressort pas tout à fait pareil qu'on y entré...

Commenter  J’apprécie          00