AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Contre Allée [corriger]


Livres populaires du moment voir plus


Dernières critiques
L'arbre de colère

Le destin de Fille rousse semble dicté par le poids de l'histoire, des traditions et des conventions sociales. Sa quête identitaire se confronte à des dualités: homme et femme, nécessité et cupidité, fierté et honte, sans oublier l'amour et la haine. La violence et la puissance de ce récit donne tout son sens au sentiment de colère. La colère qui grandit au fil des saisons, brouille la raison et mélange les sentiments, on assiste alors à l'expression la plus sauvage de la nature humaine. La brutalité, l'animalité et la soif de vengeance font couler le sang et les pleurs. Ils sont partiellement dilués par la poésie avec laquelle la douceur de l'amour, la candeur de l'enfance et la majesté de la nature sont exprimés. Face à temps d'ambivalence, on ne ressort probablement pas indemne de fouler la taïga avec Fille rousse.
Commenter  J’apprécie          00
Mississippi



Premier roman d'une autrice française, Mississippi raconte l'histoire d'une famille originaire d'Ormoy en Haute-Saône entre1839 et 2006,

.Le récit s'articule selon la période, le lieu de vie des membres de cette famille du terroir bourguignon ou de « pièces rapportées » comme on dit.



L'un d'entre eux, il y a très longtemps est parti aux États-Unis et en est revenu la tête pleine de rêves d'un paradis perdu, en partie rêvé. C'est ce mythe du bonheur à aller chercher « ailleurs » qui nourrit les espoirs de la famille. L'idée n'est pas originale, pas plus que celle de tenter de retracer par le récit ce qui fait l'identité d'une famille. Une généalogie par la restitution de l'expérience.



Plus originale est la forme, la scansion des phrases, hors de toute syntaxe classique, nourrie d'un vocabulaire tout droit sorti de l'imaginaire de celui qui parle. On lit les phrases et, comme en arrière-plan, on entend la voix, une voix, ou plusieurs, qui scandent des mots, des bribes de phrases, des images surgissent, des émotions, le Mississippi, symbole d'une vie ailleurs, surgit et nourrit des mots nouveaux, totalement inventés, qui ne déroutent ni ne choquent, parfaitement compréhensibles.



Insidieusement, une voix se glisse entre les mots et à son tour prononce la langue française réinventée, malgré moi je l'entends, je la reconnais, ce timbre si particulier, cette scansion tour à tour hachée, indignée, presque en colère, et puis rêveuse, envolée dans l'imaginaire...Je ne sais pourquoi, c'est un slam que j'entends, c'est la voix d'Abdel-Malik, et peut-être par moments, plus grave, plus profonde, celle de Grand Corps malade.



Une expérience de lecture intéressante, à faire par moments à voix haute si l'on peut.
Commenter  J’apprécie          75
Border la bête

Effleurer l’insaisissable, saisir les sons, et sensation, d’une sauvagerie sylvestre, accepter la perte mais surtout le contact à autrui, à sa tendresse et à cet animal qu’un instant, en lui, on peut trouver. Quelque part dans une septentrionale forêt, la narratrice cherche le secours d’un refuge animal, apprend, dans une très jolie lumière ambrée, au seuil de la forêt, à composer avec ses peines, à aimer sans le dire ces deux très belles présences qui recueillent les animaux blessés. Border la bête plonge dans un territoire, nous en fait entendre la langue, les éternels interstices de sens comme on espère un contact retrouvé à soi et au monde, comme on s’inscrit dans une poétique qui redéfinirait notre participation à un environnement qu’il ne s’agit plus de dire nôtre. Lune Vuillemin signe ici un roman d’une belle, fragile, intensité où elle parvient à faire résonner la traversée, éperdue, d’une âpre sagesse contemplative.
Lien : https://viduite.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          40

{* *}