AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

La Renaissance du Livre


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
LeMalouin
  17 avril 2021
L'appel de la forêt de London Jack
Magnifique Jack.

Ses livres sont simples et beaux.

Au début un clébard qui se la coule douce en Californie : hammam, jacuzzi etc.

Et puis un homme (parce qu'il a faim, Jack est de gauche, je te rappelle), le vole.

Direction le grand Nord.

Fini les mojitos.

C'est la dure vie de chien de traîneau pour Buck.

Et mon Dieu qu'il fait froid.

Heureusement qu'il a des petits chaussons.

Il va pas mal s'en sortir pour un rentier.

Il saura montrer les dents quand il faut.

Et sera faire parler la bête sauvage.

Qu'il y a en chacun de nous.
Commenter  J’apprécie          80
AuroraM
  17 avril 2021
Fables de Jean de la Fontaine de Jean de La Fontaine
Ahhh !!! Les fables De La Fontaine… Si certaines peuvent être enseignées dès le plus jeune âge à l'école comme le fameux « Corbeau et le Renard » ou « le Loup et l'agneau » entre autres, il ne faut pas s'y méprendre car d'autres fables ne se laissent pas apprivoiser si aisément.

D'une écriture exquise, les fables sont avant tout une leçon de morale, chacune d'entre elles traitant d'un sujet différent.

C'est un Classique incontournable à mon sens et chacun devrait les lire au moins une fois car c'est une excellente leçon d'éducation civique, ludique et facile d'accès.

Commenter  J’apprécie          30
gege1968
  17 avril 2021
Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire
Souvent je me languis dans la vieille cité,

Rêvant d’un ciel plus clair et de plages de sable

Qui me fassent oublier la douleur qui m’accable.

Quand l’ennui me harcèle avec férocité,



Je cours me réfugier sous le toit qui m’abrite,

Laissant là mes amis et nos pauvres plaisirs.

Désireux seulement d’un plus noble loisir,

J’ouvre alors ce recueil qui jamais ne me quitte,



Y retrouvant ce mal qui t’habitait toujours,

Poëte merveilleux, mon semblable, mon frère !

Mais ton génie est tel qu’en mes plus tristes jours,



Quand je cueille un bouquet de ces fleurs éphémères,

Leur enivrant parfum finit par soulager

Mon âme que tourmente un chagrin passager.
Commenter  J’apprécie          191