AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Editions de l`Aire


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Nicolas9
  30 juin 2020
Nouvelles Lettres d'Italie de Joseph Deiss
Quoi de plus beau que de parcourir à son rythme la via Francigena entre la Suisse romande et Rome ?



C’est ce qu’a dû se dire l’ancien conseiller fédéral (ministre) helvétique au cours de sa 71e année. Le fringant retraité équipé de son GPS est ainsi parti de sa bonne ville de Fribourg sise sur le chemin de Compostelle ! pour relier en un peu plus de trois ans la ville éternelle.



Pourquoi une telle durée pour parcourir 1200 km à pied ? C’est que délibérément, l’ex-politicien démocrate-chrétien s’est offert le luxe de fractionner son pèlerinage en tronçons de 3-4 jours en moyenne. Cela lui a non seulement permis de récupérer entre les étapes, mais surtout de parcourir la moitié nord de la botte sur quattro stagioni, comme la pizza éponyme.



Il a ainsi traversé les rizières bordant le Pô au mois de janvier : l’assurance de ne pas contracter le paludisme ! De même avant de s’engager sur une nouvelle étape, il s’assurait que la météo lui serait clémente. Pas fou le pèlerin !



Son compte-rendu ultra détaillé constitue un outil de première main pour celle ou celui qui envisage de suivre ses traces : il décrit précisément le parcours et les éventuelles difficultés rencontrées. Mais, il évoque également les richesses culturelles et gastronomiques du chemin.



Ce qui m’a un peu dérangé, c’est le côté « journal intime » de son récit : il mentionne les appels à son épouse, le nom de chaque plat qu’il déguste le soir dans les auberges, l’heure de son train et mille autres détails insignifiants et non pertinents comme le nom de la grande surface où il s’est acheté une nouvelle lampe frontale pour remplacer celle qui était cassée... On s’en fiche ! J’ai donc arrêté ma lecture à la page 96.



Ce genre de récit autobiographique prouve en tous cas une chose : n’est pas écrivain voyageur qui veut.



Au final, un excellent topoguide personnel qui aurait pu s’intituler « Ma via Francigena : parcours, hôtels, gastronomie et culture » au lieu du pompeux « Nouvelles lettres d’Italie » qui ne correspond pas vraiment au contenu de cette parution.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Nicolas9
  21 juin 2020
Compostelle, une étoile dans mon coeur de Bernard Reymond (II)
Homme d'affaires, enseignant, poète et écrivain, Bernard Reymond a parcouru le Camino Francès en 1996 pour trois raisons précises que je préfère vous laisser découvrir. Ce qui fait le charme de son témoignage publié dans un premier temps à compte d’auteur, ce sont les jolis poèmes qui accompagnent son cheminement de pèlerin.



Par contre, on peut déplorer quelques confusions géographiques assez grossières et relativement surprenantes dans la mesure où on les retrouve dans la 3e édition de ce modeste carnet de route de soixante-dix pages publié en 2013 par les pourtant respectées Éditions de l’Aire à Vevey (Suisse).



Ainsi, à la page 46, on lit que la ville d’Astorga située dans la province de Castille-et-Léon est « l’ancienne capitale des Asturies » ! Vérification faite, c’est peut-être à l’antique peuple des Astures que la ville doit son nom. Aucun rapport, même lointain avec la communauté autonome des Asturies située sur la côte nord de l’Espagne à une bonne centaine de kilomètres de là.



Last but not least, à la page 62, Bernard Reymond mentionne la Galicie (une ancienne principauté médiévale écartelée entre la Pologne et l’Ukraine depuis 1945) au lieu de la Galice. C’est d’autant plus étonnant qu’une page plus loin il évoque « le pays de Galice, une province espagnole ». Pour une fois, la fameuse précision suisse n’est pas respectée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Le_revelecteur
  18 juin 2020
Sucres de Matthieu Corpataux
Un îlot de brièveté dans un océan de longueurs. 52 pages, 42 poèmes qu’il vaut la peine de digérer et laisser fondre en bouche comme un caramel mou, sous peine sinon qu’il colle aux dents. Recherche à travers les grains – de sucre, de sable, de folie. Démonstration d’un certain art poétique, celui de la littérature très courte dont la présente critique ne sera probablement pas un exemple. Egrenons sans plus attendre ce doux sabliersucrier…
Lien : https://mhaaswriter.wordpres..
Commenter  J’apprécie          00