AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

La Fosse aux Ours


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
joellebooks
  07 mai 2021
Avant le jour de Madeline Roth
Ce roman fait 75 pages. Il est court, trop court, mais tellement beau.



La narratrice a prévu de partir avec Pierre quelques jours en amoureux en Italie, à Turin, leur premier voyage ensemble. Cela fait 4 ans que leur relation dure. Mais il annule au dernier moment par SMS. Sa femme vient de perdre son père, il ne peut pas partir. Que faire ? Annuler ? Y aller seule ?



Elle décide de partir seule. Ce sera l’occasion d’un voyage introspectif. Elle va avoir 40 ans. Un âge où elle se pose beaucoup de questions sur sa vie. Elle a des regrets, notamment celui de n’avoir pas réussi à donner un foyer stable à son fils. Peu après sa naissance, elle a divorcé de son mari, partageant la garde de Lucas avec Thomas. C’est le début de la solitude, le déchirement de voir son enfant à mi-temps.



« J’ai jamais pensé que ça faisait une famille, deux. »



Finalement qu’est-ce qu’une famille ? une vie réussie ? une vie de femme épanouie ?

Que peut-elle attendre d’une relation adultère à 40 ans ? Doit-elle mettre fin à cette relation ?



« S’il faut décider quelque chose, je comprends que cela m’appartient. Et c’est maintenant. »



C’est beau comme du Annie Ernaux !



Un premier roman qui je l’espère n’est que le début de l’œuvre de Madeline Roth, que j’aimerais pouvoir lire encore.



Merci aux 68 premières fois pour cette belle découverte. Une pépite !
Lien : https://joellebooks.fr/2021/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Martine26
  07 mai 2021
Avant le jour de Madeline Roth
Un sms, quelques mots transmis pour annuler ce voyage à Turin que la narratrice devait entreprendre quelques jours plus tard avec Pierre, l'homme dont elle partage l'existence à mi-temps. Ces quelques jours en Italie comptaient beaucoup pour elle, pour eux. C'était leur premier voyage pensé à deux, pour eux deux et rien qu'eux deux. Alors, même si elle est seule, elle part. Le besoin de savoir si elle continue cette histoire qui dure depuis quatre ans, où elle occupe toujours la deuxième place, celle qu'elle usurpe en partie à Sarah, la légitime, où elle ne partage que des demi-nuits, des moitiés de temps, où elle n'apparait jamais aux yeux des autres.



Ce voyage à Turin, c'est aussi et surtout un magnifique voyage intérieur, une réflexion, une pensée qui chemine. Au gré de ses déambulations dans la capitale du Piémont, la narratrice revient sur ses attentes, ses espoirs, ses doutes, ses interrogations. Tout ce qui a fait sa vie à l'aube des 40 ans qu'elle va bientôt fêter. 40 ans, l'âge où l'on se dit que le meilleur est passé, où l'on commence à montrer les premiers signes de vieillissement, premières rides, corps qui tend à perdre de sa fraîcheur...



Ce récit n'a pas été sans m'évoquer "Plage" de Marie Sizun et surtout "Seule Venise" de Claudie Gallay (deux romans que je vous invite vivement à savourer). Mais il a quelque chose en plus. Sa brièveté peut-être (à peine 75 pages), ses promenades dans Turin où je me suis reconnue, sa sensibilité, son approche, son regard sur la vie. Sans doute un mélange subtil de tout ceci et la tendresse, l'espoir, l'envie de vivre, de découvrir, de continuer, d'avancer.



Tout ce que nous dit le titre en fait, "Avant le jour" qui s'annonce, riche de ce temps qui s'ouvre à nous à nouveau.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
MartineAb
  06 mai 2021
Une forêt d'arbres creux de Choplin Antoine
J'avais beaucoup aimé Incendie, le livre épistolaire écrit avec Hubert MINGARELLI qui avait pour sujet la guerre en ex-Yougoslavie.

Cette fois, le texte, bref, remonte plus loin dans le temps, puisque l'auteur nous immerge à Terezin, en 1941.

Le héros, Bedrich, arrive dans ce camp-ghetto avec femme et enfant à la première page, et le quitte à la dernière.

Dans les courts chapitres du récit (j'hésite à écrire roman, tant le contexte est terrible, mais surtout en raison du travail d'écriture qui vise à cerner, retranscrire et partager une réalité pourtant impartageable), nous suivons pour quelques mois l'installation de Bedrich, son travail de dessinateur, les amitiés qui se nouent, les moments de "loisir" passés avec sa femme et son fils. Nous découvrons aussi l'organisation du camp, la faim permanente, les maladies, les dortoirs, l'ordre implacable nazi...

Le talent de dessinateur de Bedrich, qui travaillait comme caricaturiste pour un magazine, est mis au service de l'organisation du camp : son premier travail consiste à dessiner les plans d'un crématorium.

Toute l'habileté de l'auteur est de nous faire assister , en marge du travail officiel, à l'émergence, cachée évidemment, de dessins plus personnels de Bedrich et de quelques collègues, consacrés à la vie quotidienne du camp.

L'espoir de faire savoir ce qu'ils vivent, le besoin, malgré le risque, de pratiquer une activité qui fait sens, tout cela est vécu et écrit sans aucune emphase, juste comme une nécessité de continuer d'être soi, malgré tout.

Le livre se nourrit aussi de faits réels, puisque l'on a retrouvé, après la guerre, de très nombreux dessins à Terezin, et qu'on sait que les Nazis ont créé un décor pour tromper la Croix Rouge, venue visiter le camp.

L'écriture au présent, l'absence de dialogues, la précision des descriptions renforcent encore le pouvoir évocateur de cette magnifique écriture.

A lire absolument, malgré la noirceur qui, forcément, imprègne tout le texte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71