AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

La Fosse aux Ours


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Wyoming
  08 juillet 2019
La nuit tombée de Antoine Choplin
Un court roman prenant à travers les destinées brisées par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Un roman de nuit, de rencontres, de peur, de besoin de revoir des lieux, de toucher des objets, de silence et d'émotion discrète.



Gouri entreprend un voyage à moto d'une nuit vers Pripiat, sa ville devenue champ de désolation et de radioactivité. Dans son périple, il passe une soirée de partage chez des amis dans un village sur la route. Des vies simples, épluchage de pommes de terre, retrouvailles émues avec son ami Iakov, irradié vivant ses derniers jours. Les mots passent, naturellement, les silences sont hurlants, la délicatesse imprègne l'atmosphère pourtant si tragique.



Puis, Gouri continue son voyage avec Kouzma qui va le guider jusqu'à Pripiat. Son partenaire connaît les moyens de franchir les passages, de se faufiler dans la ville fantôme jusqu'à l'immeuble où vivait Gouri. Là, ce dernier va récupérer un objet qui ne pouvait intéresser les pillards, pas un objet de valeur, petit et précieux, mais une porte chargée de l'histoire de sa famille, portant les marques de mesure de la taille de sa fille, Ksenia. Cet attachement viscéral à cette porte et la nécessité de l'enlever à cette désolation nous font à la fois partager le passé de Gouri et mesurer l'importance pour l'humain de l'objet, inanimé... Lamartine se demandait s'il avait une âme. Gouri en est convaincu car cette porte détient sa vie et celle de sa fille.



Un livre court, des phrases brèves, des dialogues saisissants de simplicité, sur la détresse mais aussi la poursuite de la vie au-delà des souffrances. La qualité de l'écriture renforce la perception des maux de ces gens auxquels elle fait communier tout lecteur capable d'entendre les silences de la nuit de Gouri.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Arthore
  22 juin 2019
Le chroniqueur sans coeur de Francesco Abate
Il faut bien que cela arrive!! de temps en temps!! Trop serait lassant voire même déprimant... Laisser le hasard choisir pour nous une petite parenthèse de lecture, lire une 4ème de couv pas sensationnelle mais cela n’est pas si rare , se dire que l’on a envie de découvrir une petite merveille afin de vite la partager avec nos amis les lecteurs!!!

Et....bien raté!!

Ce sera pour une autre fois!!

Quel ennui et surtout quel déplaisir! Pas de style, un personnage désabusé et désabusant, une histoire assez décousue.

Par respect pour le travail de tout écrivain, je dirais simplement «je n’ai pas aimé” (j’ai du renoncer au 2/3 du roman)
Commenter  J’apprécie          40
krzysvanco
  20 juin 2019
Iles : Guide vagabond de Rome de Marco Lodoli
Lu en V.O.



La Rome de Lodoli n’existe dans aucun guide touristique classique, il nous entraine la voir avec des yeux grand ouverts.

Loin de nous détailler les monuments, les églises, les places assaillies par les touristes, il nous invite à y vagabonder, à nous laisser ensorceler par de petites découvertes. C’est une invitation à se perdre en gardant un œil plus attentif, plus curieux.

Le livre est un recueil d’articles écrits par Lodoli pour le journal La Repubblica. Lodoli imagine Rome constituée d’îles mais ces îles ne se réduisent pas à des lieux physiques, c’est également un voyage mental, un voyage dans le passé et le présent, à la rencontre de places, quartiers, églises, tableaux oubliés, bars, restaurants bon marché, plaques commémoratives. À ces descriptions se greffent des réflexions, des sentiments, des états d’âme, des anecdotes, des personnages.



Ce parcours m’a diverti, m’a étonné souvent, m’a fasciné.

Tout le livre est baigné de poésie, il est délicat et l’on y sent le grand amour qu’a Lodoli pour Rome

Il me donne envie de revoir Rome, et de retrouver la Rome de Lodoli !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          363