AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bibliothèque publique d`information du Centre Pompidou


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
PatriceG
  15 octobre 2020
Matisse, comme un premier roman de Centre Pompidou
Centcinquantième anniversaire de sa naissance à Cateau Cambresis le 31 décembre 1869, exposition retardée à cause de la Covid au Musée Georges Pompidou. C'est la grande expo des oeuvres de Henri Matisse, le brave Henri, le Maître, le Génie. Ses peintures sont aujourd'hui dispatchées dans le monde entier entre les mains de riches collectionneurs et de musées de renom. Ici un bon paquet y est exposé, d'après le catalogue, on y voit des peintures inédites, toujours bluffantes



C'est un mécène russe riche industriel avant la révolution qui a fait décoller sa carrière qui évoluait gentiment, le monde bien pensant faisant la fine bouche. Il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt !



Quand je lis art abstrait, de quoi, qu'est-ce qui se passe ? Matisse a toujours été un figuratif, il a même laissé Picasso à cause de ça. Il s'est trouvé, puisqu'on veut toujours absolument classer la gente des peintres, tour à tour, impressionniste, post impressionniste, fauve, voire expressionniste. D'une expression figurative, il va évoluer vers l'art déco. Celle qui a partagé la fin de sa vie, une jolie russe septentrionale, celle dont Matisse disait connaître par coeur, qui lui servait de modèle, sa muse, Lydia D, combien de fois croquée pour l'intemporel, sera après la mort de l'artiste entièrement dévouée à sa cause, attachée à sa mémoire, son abnégation sera légendaire .. A voir comme il la croquait, il l'aimait en secret, c'est sûr, secret d'alcôve ..



Bien sûr que dans mon top 10, il y a un Matisse, quelle question ! Et bien sûr, il faut que j'aille à cette expo. Et je pense que du côté de Cateau-Cambrésis, ils ont dû fêter ça aussi, il y a des gens qui s'occupent bien de la mémoire de Matisse par là-bas. Ils prennent soin de l'enfant du pays. Combien aujourd'hui font le détour sur Cateau uniquement pour Matisse !



Il avait un regard non seulement distancié mais parfaitement établi sur sa discipline. Les études ne l'ont jamais quitté. Il a traversé son siècle comme un grand monsieur sans jamais demander son compte. Je vois l'artiste tant que cela lui fut possible, étudier tous les possibles pour un art total, de près, de loin ..C'était un "théoricien de l'Art". Et quand ça ne lui fut plus possible, c'est juste sa cadence qui se réduisit, pour tirer sa révérence, il avait 84 ans.



Matisse, comme un premier roman .. A voir au Centre Georges Pompidou ..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
PatriceG
  12 août 2020
Le cinéma russe et soviétique de Jean-Loup Passek
De la production française contemporaine, j'ai beau cherché, je ne vois rien qui suscite mon attention, peut-être Quai d'Orsay alors de Tavernier extrait de la BD de Christophe Blain, mais je ne demande qu'à être démenti. Je suis tellement déçu, je vois tellement les acteurs mal jouer, les scénarios, iii, mal ficelés, les thèmes tellement insignifiants que je le rejette comme un fruit non comestible.

Deux films russes m'ont marqué : le Barbier de Sibérie et Histoire d'une nomination. Je dois ajouter aussi les films du jeune regretté du Prisonnier du Caucase. Sergueï Bodrov junior.

Quand j'ai le blues du pays, il me plaît de revoir le Barbier de Sibérie : je confesse qu'il s'agit d'une curieuse façon de me débarrasser de mes bobos d'âme car la fin de ce film vous laisse vraiment pétrifiés. Quand à Histoire d'une nomination, le film absolument remarquable n'est pas distribué en France.



Voilà le pitoyable état de l'état de la relation franco-russe en quelques mots, et les livres c'est du même tonneau, à part que nous avons tout de même nos Modiano, Houellebecq, Viel, Juliet, Fernandez..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
JeffreyLeePierre
  20 juin 2020
Exposition / kandinsky de Vassily Kandinsky
Court, trop court album d'une exposition. Trop court parce que tous les tableaux représentés sont des merveilles et qu'on souhaiterait en voir davantage.



Vassili Kandinski pouvait prétendre au titre d'inventeur de l'art abstrait. Il a en effet évolué d'un fauvisme de plus en plus schématisé à la pure abstraction. Et il a été le premier à le faire et à le faire connaitre.



Ce qu'on découvre aussi dans ce livre, c'est que ses recherches formelles étaient précédées ou accompagnées d'une importante pensée théorique sur le sujet. Pas forcément d'une clarté lumineuse (contrairement à ses toiles), mais très soutenue.



Ses toiles, elles, restent et posent comme une évidence le talent de ce grand peintre. Ses premiers tableaux, expressionnistes, fauves... quoiqu'on les définisse, sont des merveilles de couleurs et d'équilibre des compositions. Caractéristiques qu'on retrouvera heureusement dans ses toiles abstraites. Qu'elles soient, comme initialement, tracées à main levée et un peu fouillis ; ou, comme plus tard, tracées au cordeau géométrique et simplifiées ; ou enfin, lors de sa dernière période, une synthèse heureuse de ces deux modes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40