AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

VLB Editeur


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez VLB Editeur


Dernières critiques
kuroineko
23 septembre 2017
Un amour noir de Joyce Carol Oates ()
Avec son histoire d'amour en noir et blanc, Joyce Carol Oates chamboule les préjugés du début des années 1910, dans l'État de New-York. Une manière bien sûr de rappeler que ces a priori et ce racisme latent ne sont toujours pas éradiqués aujourd'hui et qu'il est nécessaire de relancer sans cesse le débat et la discussion. Pourtant, elle va encore plus loin avec ce si court roman qu'elle transforme en chantre de l'altérité, du droit à la différence, du refus du conformisme et de la voie toute tracée pour les femmes.



Son héroïne, prénommée Calla par sa mère qui meurt juste après lui avoir donné naissance, est une figure féminine hors norme dans la société où elle évolue. Trop grande, trop rousse, trop exaltée ou trop renfermée, trop rousse... Elle est dans l'excès, nécessite de la part de son alcoolique de père le recours à la discipline pour la mater. Rien ne marchant, ne reste qu'une solution: la marier... La destinée féminine ne donne guère de quoi rêver sous la plume incisive de Mme Oates. Sa rebelle et vive Calla, personnage magnifique et marquant, est considérée par ses congénères comme anormale, folle... C'est tellement plus aisé que de dénoncer un système traditionnel, véritable carcan de conventions



Si son récit n'a pas l'ampleur et la profondeur de ses grandes fresques comme Blonde, Bellefleur ou Nous étions les Mulvaney, il frappe néanmoins très fort. Son tout premier chapitre attrape le lecteur à la gorge avec une intensité et une construction dramatique terriblement efficaces.

Du grand art, comme l'écrivain nous a habitués. Et toujours une écriture superbe, vibrante de la force sous-tendant cette histoire. Merveilleuse Joyce Carol Oates, enchanteresse et magicienne des mots... un grand merci à vous!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Fifrildi
16 septembre 2017
Culloden: La fin des clans de Valérie Langlois
Cela faisait longtemps que j'avais envie de lire ce livre et je dois avouer que j'ai vraiment beaucoup apprécié cette lecture. Ce n'était pas exactement ce à quoi je m'étais attendue (surtout après avoir lu les quelques critiques postées) mais je n'ai certainement pas été déçue. Je l'ai pour ainsi dire lu d'une traite.



La bataille de Culloden aurait pu être une bataille perdue comme une autre... mais les représailles qui ont suivi furent terribles et elles me soulèvent toujours le cœur. C'est donc de cela qu'il s'agit, la vie de quelques Highlanders après Culloden. Lachlan et son frère adoptif Brodick ont été envoyé à Culloden par leur chef de clan. Ils ont eu beaucoup de chance de s'en sortir vivants tout comme Aimili qui a retrouvé sa maison en flammes et le corps sans vie de son vieux père aveugle assassiné par les Anglais.



Lachlan prend Aimili sous sa protection mais que vaut la bonne volonté d'un homme seul face à l'armée britannique ? Il y avait une histoire d'amour, oui, mais il fallait bien un peu de douceur dans toute cette horreur... et je ne pense pas que la véracité historique de certaines scènes soient à contester. Cela étant dit j'ai trouvé que l'aspect historique prenait un peu le dessus sur la romance. En lisant, j'essayais de m'imaginer ce que l'on pouvait ressentir quand on était chassé de ses terres ancestrales, en étant dépouillé de tout ce qui faisait sa culture (l'interdiction de parler gaélique, de porter le kilt, …) et de n'avoir nulle part où aller. Qu'est-ce qu'on ressent quand on n'a pas envie de partir et qu'il est impossible de rester ?



J'ai trouvé que les personnages étaient bien campés sauf peut-être celui d'Oliver Mulroney



Pour la petite histoire, ce livre a parcouru près de 160 kilomètres pour arriver entre mes mains (merci à la bibliothèque de Habay-la-Neuve (Belgique) pour l'envoi à ma bibliothèque ^_^). Un très bon moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          274
LeJournaldeQuebec
08 septembre 2017
Un patriote face au Canada-Uni de Denis-Benjamin Viger
Denis-Benjamin Viger est sans doute à l’image du Québécois moyen, velléitaire et ambivalent. Nationaliste modéré, il s’apprête malgré tout à voter pour la CAQ, qui ne propose aucune rupture de l’ordre constitutionnel actuel, bien au contraire.
Lien : http://www.journaldequebec.c..
Commenter  J’apprécie          00