AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Editions de l`Encyclopédie des Nuisances


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
54cartes
  17 octobre 2019
La Société industrielle et son avenir de Theodore Kaczynski
C'est un ouvrage assez classique dans sa forme en tant que manifeste traduisant une opposition à la société actuelle :

- définition des "méchants" (ce que Kaczinsky appelle "les gauchistes")

- conséquences du "gauchisme"

- conséquences de la civilisation industrielle

- moyens pour changer les choses (là ça se gâte...)



Comme tous les ouvrages de ce type (qui dénoncent une société mauvaise : big brother, capitalisme, oppression de certains par d'autres, destruction de la planète...), on a une réflexion de base qui en générale n'est pas fausse.

Ici Kaczinsky, explique que les gauchistes sont ce que Nietzsche nommait les "hommes du ressentiment" par opposition au sur-homme... Des personnes qui ont une faible estime d'eux-mêmes, qui attendent tout de la société et sont incapables de se débrouiller par eux-mêmes, qui en fait de défendre les minorités, se défendent eux-mêmes, qu'ils sont "sur-socialisés" c'est à dire en pleine conformité avec ce que la société (le "système" écrit Kaczinsky) souhaite.

Une bonne analyse est résumée par cette citation : "La gauche s'approprie un principe moral reconnu, l'adopte comme étant le sien, puis accuse le gros de la société de violer le dit principe."

Sur ce plan la réflexion de l'auteur est intéressante, comme souvent, encore une fois, dans ce type d'ouvrage.

Idem pour les conséquences catastrophiques liées au développement de la société industrielle en particulier sur le plan écologique, mais aussi sur l'aliénation des humains, sur leur dévalorisation (qui rejoint le "gauchisme)...

Là où ça marche beaucoup moins bien c'est : "bon très bien, et maintenant qu'est-ce qu'on fait ?" Comment fait-on pour renverser le système ?

"L'objectif doit être de créer un noyau de personnes opposées au système industriel de façon CENSEE et REFLECHIE, capables d'apprécier tous les tenants et les aboutissants et d'assumer le prix à payer pour se débarrasser du système" (les majuscules sont de moi.

Plus bas :

"Au second niveau l'idéologie doit être propagée sous une forme simplifiée qui doit permettre à la masse de percevoir le conflit entre la technologie et la nature en des termes dénués de toute ambigüités. Mais même sur ce second plan l'idéologie ne doit pas s'exprimer dans un langage trop pauvre, trop irrationnel ou trop passionnel" propagandistes apparaissent".

Enfin :

"Il est plus avantageux sur le long terme de conserver la loyauté du petit groupe d'"intellectuels engagés", que de compter sur les PASSIONS D'UNE FOULE AMORPHE DONT L'ATTITUDE PEUT CHANGER SI DE NOUVEAUX GADGETS PROPAGANDISTES APPARAISSENT". Là aussi les majuscules sont de moi. Au passage les "gadgets propagandistes" de l'auteur sont en fait tous les appâts que la société de consommation peut servir à la populace pour faire marcher le "système";



Finalement Kaczynski rejoint... Platon (!!!) puisque ce dernier dans "La République", propose aussi un gouvernement par des sages philosophes... Pour Kacsynski il s'agit "d'un petit noyau d'intellectuels engagés" sur lequel il faut d'avantage compter que sur : "les passions d'une foules amorphe dont l'attitude peut changer si de nouveaux gadgets propagandistes apparaissent".

On en revient toujours au même point : le gros animal platonicien a des appétits, il ne peut être philosophe et la seule façon de le conduire est d'instaurer une "dictature" des sages, laquelle est une pure utopie car les sages ne s'intéressent pas à la politique, et que les gouvernants sont justement tout sauf des sages, puisque ceux qui arrivent vraiment au pouvoir sont ceux qui sont les plus acharnés à le conquérir du fait de leur soif intrinsèque pour ce pouvoir, et qu'il leur importe peu de bien conduire le peuple (le gros animal platonicien).



Bilan : ce livre a un intérêt : il montre de façon définitive que les livres n'ont aucun pouvoir face à la société industrielle, au capitalisme, au "système", à la société de consommation. Il le montre d'autant mieux que l'auteur fait partie des quelques révoltés contre cette société, qui soient EFFECTIVEMENT passés à L'ACTION : que se soit Action Directe, l'ARB, La Fraction Armée Rouge, ou même Platon !!! Toutes les personnes qui ont tenté de renverser le "système", même par des actes les plus radicaux, ou de le réformer, de le moraliser, se sont plantées, toutes !

Le "Manifeste d'Unabomber" et la vie de cet homme le prouvent parfaitement.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ErnestLONDON
  05 septembre 2019
La Société industrielle et son avenir de Theodore Kaczynski
Parce que les conséquences de la révolution industrielle ont été désastreuses pour l ‘humanité, Theodore Kaczynski préconise une révolution contre le système industriel en s’attaquant aux bases économiques et technologiques de la société actuelle.

(...)

Nous nous attarderons peu sur la personnalité et le destin de l’auteur qui n’ont que trop occulté le contenu de son texte pour laisser le lecteur seul, en tête à tête, avec celui-ci. Radical !



Compte-rendu de lecture complet sur le blog :
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
Commenter  J’apprécie          276
ErnestLONDON
  21 mai 2019
Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable de René Riesel
« L’extinction finale vers laquelle nous entraîne la perpétuation de la société industrielle est devenue en très peu d’années notre avenir officiel. » René Riesel et Jaime Semprun, intimement convaincus de la « réalité du désastre en cours » fustigent ceux qui prétendent gérer les problèmes en maintenant le système qui les a produit, en « renforçant toutes les coercitions et en asservissant plus profondément les individus à la collectivité ». « Le sort de l’humanité est donc scientifiquement scellé : il ne lui reste plus qu’à optimiser la maintenance de son fragile biotope terrestre. C’était le programme de l’écologie scientifique, c’est en train de devenir celui de tous les États. »

(...)

Ce texte remarquable présente le mérite de formuler les bonnes questions, de mettre à nu les multiples contradictions des discours ambiants, de conduire son lecteur à la racine des « problèmes » et de l'obliger à ne pas se contenter de « solutions » illusoires. Soucieux des questions environnementales, on ne peut faire l’économie d’une telle lecture.



Article complet sur le blog.
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271