AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Temps actuels


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
magireve
  18 février 2020
Bel-Ami de Guy de Maupassant
C'est en classe de seconde que j'ai lu ce roman tout à fait sidérant qui m'a happé dans son réalisme, son cynisme et son style péremptoire. Georges Duroy, âgé de vingt-cinq ans flâne sur les grands boulevards de Paris... ses pas croisent ceux d'un dénommé Forestier, un vieil ami qui décide de lancer le jeune homme dans les sphères de la presse... c'est fou comme ce roman regorge d'éléments autobiographiques qui n'ont de cesse de nous renvoyer à l'auteur: tout comme Georges, Maupassant a travaillé dans le milieu journalistique. Il arborait fièrement la moustache, son principal atout pour séduire les femmes. Bel-ami est sans aucun doute le roman de l'ambition, de l'arrivisme et de la rapacité: plus d'une fois, j'ai été surpris par l'inimitié que porte Georges envers les parisiens, ainsi que par son mépris. Mais je ne epux pas m'empêcher de lui donner raison: au début du roman, Georges erre tel un vaisseau fantôme à la dérive, ne sachant quel sera son futur dans une société qui l'ignore et le piétine sciemment. Son ascension progressive lui permet de prendre sa revanche: initié au journalisme par Madeleine Forestier (je me souviens du passage où Georges va la voir dans l'appartement de Forestier, où elle l'accueille vêtue d'un peignoir), Georges va multiplier les conquêtes pour se glisser dans le domaine de la politique, grâce à Madame de Marelle. Avec cette hargne et ce dédain qui le caractérisent si bien, Georges devient bel-ami, ce séducteur qui captive celles qui croisent son chemin. Vindicatif, il compromet des notables et affirme tout au long du roman son emprise d'abord sur ses maîtresses, puis les fortes personnalités de Paris (j'ai d'ailleurs été sidéré par la nature de ses rapports avec Suzanne). L'ambition de Georges ne connaît aucune limite: ce qu'il veut, c'est intégrer les sphères du pouvoir, ce que démontre d'ailleurs la fin du roman, lorsque Georges quitte l'église de la Madeleine, et contemple les lieux historiques de la capitale. Ce roman est la quintessence du réalisme: les lieux, l'attitude des personnages, la descriprion du microcosme parisien... rien n'échappe à la plume De Maupassant qui remet les pendules à l'heure avec une capitale trop étriquée et repliée sur elle-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Selias
  15 février 2020
Bel-Ami de Guy de Maupassant
Maupassant fait ici le portrait sans complaisance de Georges Duroy , opportuniste, arriviste, amoral et perfide. Il se sert des gens pour construire sa carrière et les rejette quand il n'a plus besoin d'eux. C'est un personnage de la comédie humaine, parti de rien, de basse extraction, fils d'aubergistes , il doit ses débuts de journaliste à la rencontre fortuite avec une ancienne connaissance, puis il séduira hommes et femmes grâce à son physique avantageux et à son sens de l'opportunisme. Son comportement est emblématique d'une société où la réussite sociale est une des seules valeurs reconnues. Il met ses sentiments au service de ses ambitions, bouffi d'orgueil, incapable d'être heureux avec ce qu'il a, Duroy méprise les pauvres et jalouse les riches. Ce roman est une satyre cruelle de la société de l'époque où les fortunes se font et se défont aussi vite, où les titres de noblesse s'achètent., et où les femmes ne sont que des piédestals au service de l 'ambition des hommes.
Commenter  J’apprécie          140
Fabbo
  11 février 2020
Bel-Ami de Guy de Maupassant
Georges Duroy, dit Bel-ami, est un fils d’aubergistes qui finira riche, célèbre, influent et noble. Cette ascension, il la doit à son métier de journalisme, à ses amours, à ses amitiés et à une ambition dévorante dénuée de tout principe.



Maupassant, passé par le journalisme, nous décrit ici un mode de faux-semblants, d’intrigues, de trahisons qui nous rappelle étrangement notre époque, sentiment sans doute ressenti par des générations de lecteurs entre nous et lui. Ce roman est intemporel sur le fond mais très ancré dans son temps sur la forme. C’est à la fois une critique de la réussite telle qu’elle est encore perçue de nos jours (argent, pouvoir, sexe) et un tableau du 19ème siècle sans complaisance.



Bel-ami est tour à tour attachant et le dernier des salauds. Une fois embarqué dans son tourbillon ascensionnel, on lui souhaite le meilleur et le pire, séduit et dégoûté, pris dans une sorte de fascination qui ne nous lâche plus jusqu’à la fin.
Commenter  J’apprécie          00