AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Les éditions du Sonneur


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Les éditions du Sonneur


Dernières critiques
Guillaume17
  14 septembre 2021
La brebis galeuse de Ascanio Celestini
Un roman ou plutôt un monologue qui pourrait être une parfaite adaptation théâtrale

Un roman dérangeant décapant original

Une plongée dans l'univers d un asile de fou

Vol au dessus d un nid de coucou version italienne à travers le regard d un enfant

Inoubliable
Commenter  J’apprécie          80
luparahlam
  07 septembre 2021
Le Sanctuaire de Laurine Roux
Ce sont quelques unes de vos chroniques qui m'ont porté vers cette lecture car franchement en overdose du covid, des restrictions, des trucs et machins qui mutent tout azimuts, je ne me serais pas dirigé vers ce livre à la 4eme de couv apocalyptique ! Mais... vous avez le don pour me faire tourner la veste ! A plusieurs d'entre vous, merci ! Car j'ai passe un après-midi de lecture immersive !



Il y a Emma, l'intrépide, douée pour la chasse, qui n'a jamais connu le monde d'avant.

Il y a June, sa grande sœur qui elle se rappelle et envisage l'avenir sombrement.

Il y a la mère tendre et dévouée, Alexandra, qui ressasse comme une litanie ce monde perdu.

Et il y a le père, qui cogne, brutal, qui a construit le sanctuaire qui les protège de ce fléau, ce virus apporté par les oiseaux.

Et puis un jour, Emma, rencontre un vieux monsieur fou avec son aigle... tout ce qu'on lui a toujours appris va voler en éclat...

Une écriture atmosphèrique comme je les aime, un environnement, un huis clos en pleine forêt, le tout desservie par une langue unique, poétique mais aussi ancrée dans le sol, puissante. Découverte avec son premier roman Une immense sensation de calme, on aime Laurine Roux et les histoires hors du temps qu'elle nous offre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
wooter
  02 septembre 2021
Vagabonds de la vie de Jim Tully


Tailler le bout de gras avec une dose outrancière de décibels et une haleine de phacochère désoeuvré ne pousse pas vraiment le chaland à lâcher l’obole.



Exit squattage des devantures de boulangerie ou de parvis d’édifices à beffroi, les grand-mères sont bien trop en manque de socialisation et leurs retraites bien trop ridicules pour en tirer de quoi se payer une canette de 8.6, ah si, peut-être une migraine carabinée due à une logorrhée galopante et frénétique.

é

En ces temps de 5G et d’itinérance comme graal visé, il est parfois bon de se ressourcer en remontant à l’origine du phénomène quand le vagabondage américain était élevé au rang d’art et vecteur de liberté.



Jim Tully nous promet donc un épisode old-fashioned de vis ma vie de charclo façon 20’s au pays de l’Oncle Sam.



2 époques, 2 pays, 2 ambiances.



Wooter, 15 piges, France, quelque part dans le Sud-Est, je venais juste de me débarrasser de ma mue vocale et maitrise tout récemment ma nouvelle voix bien trop grave, seul soupçon de maturité qu’incarne ce corps d’adolescent bourgeonnant de sébum d’immaturité et d’indolence envers autrui. Dépendance financière aux géniteurs totale. Ma carrure de crevette et mon courage de branleur au corps de lâche ne me permettent pas de m’émanciper financièrement en trafiquant des fines herbes.



Jim Tully, 15 piges , USA – Ohio, Quand ta chevelure couleur feu n’est plus suffisante pour assurer la fonction de sauvage central, et que le filet social n’est encore qu’un doux rêve, va falloir se lever le fiacre pour trouver de quoi vivre.



Bruler le dur. Bruler le dur. Bruler le dur.



Si pour moi il n’a au début s’agit que de chassé-croisé avec des contrôleurs trop feignasses pour faire chauffer les godasses, puis par la suite pour trouver d’autres moyens moins recommandables pour voyager aux frais de la princesse SNCF, l’itinéraire était soigneusement prédéfini à l’avance. Métro-goulot-dodo.



Jim Tully, irlandais de souche, n’aime pas trop les bâtons dans les roux, et s’il chope un train, les sièges molletonnés au patchwork infâme que nous impose actuellement les bureaucrates de la RATP reste un doux fantasme inavouable et insoupçonné, lui c’est plutôt wagons à bestiaux, benne à charbon et salade de bourre-pif offerte au cheminot qui aimerait juste pouvoir faire ce pour quoi il est payé à coups de lance-pierre.



Si l’aventure sent bon la sueur, le smegma, et la gnole bon marché - à vous percer l’estomac; et tient en haleine – fétide- un bon tiers du roman, le manque de créativité littéraire et la redondance de précarité a tendance à faire souffloter discrètement le petit blanc-bec de bonne famille que je m’efforce de paraître aujourd’hui. Joignez à ça une traduction toujours délicate de chansons de vagabonds du rail qui sonnent carrément faux dans notre langue et sortie d’un contexte bien lointain, j’aurais presque rallumé BFM TV si Jim Tully n’avait pas gardé quelques épisodes croustillants sous la godasse trouée qu’il traine de wagons en wagons.



J'’vais pas dire qu’il y a du Steinbeck ou du Faulkner dans ces lignes car c’est ce que font tous les zèbres qui lisent de la littérature de prolo du Sud des US, laissés pour compte célébrés trop-tard que nous font toucher du doigt les éditeurs qui ne laissent vendre une littérature qui est jugée profitable - pardon c’était l’ado rebelle de 15 ans.



Embarquez avec Tully et vous aurez quelques ficelles pas bien gaillardes pour extorquer une poignée de pesetas à ceux qui en ont le plus besoin.



Je tire tout de même mon chapeau à un gamin de 15 ans qui a su se montrer honnête dans son récit et bien plus adulte que je n’aurai pu l’être à son age en célébrant la liberté et la vie de traine-savate, accroché d’une main au garde-fou du wagon et l’autre à une bouteille de tord-boyau à en faire dérailler la locomotive.



Témoignage distrayant à défaut d’être indispensable il célèbre une forme de liberté que la sédentarité n’assouvira jamais.



Tchou-tchou mother f#cker.







+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          175