AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Les Presses De La Cite

Les Presses de la Cité ont été créées en 1944 par Sven Nielsen. D`abord spécialisées dans la traduction de romans américains, elles sont aujourd`hui diversifiées dans la littérature, les sciences humaines et la jeunesse.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Les Presses De La Cite



Dernières parutions chez Les Presses De La Cite


Dernières critiques
Pavlik
  05 juin 2020
La guerre des mondes de H. G. Wells
"la Guerre des Mondes" est une des œuvres qui fondèrent le genre science-fiction. Écrite par l'anglais Herbert Georges Wells, elle est aussi devenue un classique de l'auteur.



C'est sans doute le premier récit de l'Histoire à mettre en scène la confrontation entre l'humanité et une civilisation extraterrestre, à savoir les martiens. C'est à partir de ce roman que commencera à s'élaborer la figure littéraire de l'alien ; tout débuta donc par une invasion et une guerre.



Comme tout bon livre de SF, "la Guerre des Mondes" dit avant tout quelque chose de son époque. L'empire britannique est alors à l'apogée de sa puissance, notamment grâce à sa flotte de guerre. Wells prend ici un malin plaisir à inverser les rôles et à confronter la société britannique à une puissance technologique largement supérieure (les fameux tripodes). L'auteur, en effet, ne faisait pas mystère de ses positions critiques vis-à-vis de l'empire et des souffrances qu'il infligeait aux populations locales.



C'est donc faire preuve d'un certain sens de la subversion et de l'ironie que de mettre en scène une bataille navale qui verra les bâtiments anglais détruits par les tripodes et leurs rayons ardents, quand bien même ceux-ci sont d'origine extraterrestre. La fin est également des plus savoureuse, et ce qui vient à bout des méchants hommes verts n'est dû en rien à l'action de l'homme. On ne peut pas dire qu'il sorte vainqueur ou grandit de ce conflit, pas plus que l'envahisseur alien.



C'est là tout le message que Wells délivre au monde ; celui d'un pacifiste convaincu, pour qui la guerre n'est rien d'autre que le moyen de la domination, et que l'on nous vend à grand renfort de patriotisme. Certes, cette "Guerre des Mondes" a un peu vieilli mais le nombre d’adaptations dont elle fît l'objet (cinéma, télé, BD, radio) démontre, s'il en était besoin, que son statut de classique n'est pas à remettre en cause. A l'instar d'un bon Jules Vernes (l'autre père fondateur du genre), elle se déguste encore aujourd'hui sans modération.







+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Davalian
  05 juin 2020
L'Aliéniste de Caleb Carr
Édité en 1994, L’aliéniste reste un best-seller qui s’est récemment offert une cure de jouvence grâce à une adaptation en série.



Il s’agit ici d’un polar étonnamment long (près de 500 pages) dont le scénario peut se résumer à la recherche d’un tueur en série par un aliéniste qui réunit autour de lui des collaborateurs de confiance. Voici une occasion en or pour le médecin en question pour prouver la véracité de ses théories contesté par ses pairs et par toute la société bien pensante.



L’action se déroule à la fin de XIXème siècle à New York. Le contexte joue ici un rôle important, puisqu’il permet à l’auteur de placer un personnage historique, Théodore Roosevelt, alors à la tête de la police et bien décidé à mettre un terme à la carrière du tueur en question. Il nous livre un New York de l’immigration et des bas-fonds, prête à s’embraser.



L’histoire est intéressante à suivre, même s’il faut bien reconnaître qu’elle est particulière sombre. Il va ici être question assez longuement de pédophilie et d’homosexualité. Ces thématiques retiendront bien davantage l’attention que les autres pistes qui émergeront dans la deuxième moitié de l’ouvrage. Il faudra donc être averti avant d’entamer cette lecture.



Les personnages sont assez nombreux (ni trop, ni trop peu) et sont chacun, à leur manière attachants. Le style de l’auteur est fluide et les adeptes de Sherlock Holmes seront tout à leur aise ici, avec une narration bien pensée.



En somme voici un bon polar, un classique du genre, qui se laisse agréable lire, malgré un fil rouge sinistre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
wesleygaga6
  05 juin 2020
L'Analphabète qui savait compter de Jonas Jonasson
J'ai aimé les autres Jonasson. Pas celui-ci.

J'aime le loufoque, le comique de situation. Là je n'ai pas accroché.

Si j'ai fini ce livre c'est parce que je l'ai acheté... sinon j'aurai sans doute abandonné.

Je suis un peu triste car j'ai vraiment adoré ses trois autres bouquins et c'est sur le dernier que j'ai butté.

Un gros "Mouais" est sorti tout seul de ma bouche quand j'ai eu fini.

Intrigue lente, personnage qui apparaissent, disparaissent et reviennent 200 pages plus tard quand on se sait plus qui ils sont, pas beaucoup de mouvement, des descriptions familiales et personnelles à ne plus en finir.

Ce n'est clairement pas un livre que je recommande.
Commenter  J’apprécie          00