AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Les Presses De La Cite

Les Presses de la Cité ont été créées en 1944 par Sven Nielsen. D'abord spécialisées dans la traduction de romans américains, elles sont aujourd'hui diversifiées dans la littérature, les sciences humaines et la jeunesse.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Les Presses De La Cite



Dernières parutions chez Les Presses De La Cite


Dernières critiques
TheClo
  19 octobre 2017
La promesse à Elise de Christian Laborie
Dans la fin des années 50, la jeune Adèle, 19 ans, fait son entrée dans l'enseignement en tant qu'institutrice, c'est son rêve qui se réalise enfin. Elle apprend qu'elle aura dans sa classe, une jeune élève muette, Elise, que personne n'a jamais entendu parler. Adèle va se prendre d'affection pour sa jeune élève, bien décidée à l'aider, elle sent que la petite fille ne va pas bien et qu'elle cache un lourd secret. Adèle va donc se donner comme mission de découvrir ce que cache Elise et c'est ainsi qu'à travers les "mots" de la petite fille et de sa mère, Adèle découvrira des secrets de famille qui traverseront les années 40 et 50.



Un grand merci à Babelio et aux éditions Presse de la Cité qui m'ont fait découvrir ce livre et par la même occasion cet auteur que je connaissais pas, et qui pourtant écrit des romans comme j'aime en lire. La Promesse à Elise m'a surpris, tout m'a plu durant cette lecture, de l'histoire au style de l'auteur, en passant par les personnages et le cadre.

Le livre débute par nous présenter Adèle, jeune institutrice qui découvre son nouveau métier dans les années 50. On découvre avec elle son nouveau village, ses nouveaux collègues, sa classe et ses élèves. Et on fait la connaissance avec la petite Elise en même temps qu'elle. Elise cache quelque chose de grave et de traumatisant, on le sent et Adèle se lance comme objectif de découvrir le secret d'Elise. L'histoire peut paraître très banale, mais l'originalité du livre passe par le fait que celui-ci est séparé en plusieurs grandes parties et que chacune d'entre elles est finalement une intrigue à elle seule.

Au cours du roman, on va découvrir les histoires d'Adèle, d'Elise et de sa maman en traversant les décennies et les événements historiques: des années 40 avec la Seconde guerre mondiale et la Résistance aux années 60 avec le mur de Berlin. C'est vraiment quelque chose que j'ai adoré dans ce livre, l'impression de lire plusieurs livres avec plusieurs histoire tout en sachant que tout est connecté et finira par une révélation finale qui lie le tout. La première partie est peut-être la moins importante dans le livre, même si j'ai adoré le contexte (Adèle qui débute dans le métier d'institutrice, étant nouvellement maîtresse, forcément ça me parle), pourtant c'est celle qui m'a paru la plus longue. J'ai personnellement adoré la partie qui concernait l'histoire de la mère d'Elise, j'ai toujours été passionnée par toutes les histoires qui concernent la Résistance pendant la guerre. L'histoire d'Elise m'a énormément émue et révoltée.

J'ai trouvé que grâce à sa jolie plume, l'auteur arrivait à nous transmettre beaucoup d'émotions, que ce soit de la peine, de la peur, de l'attachement... J'avais vraiment l'impression de vivre aux côtés des personnages. Le style d'écriture de l'auteur est exactement le style qui me plait: les secrets de famille, le passage dans différentes époques, des personnages plus qu'attachant... c'est tout ce qu'il me faut pour qu'une simple lecture devienne un coup de cœur.

J'ai adoré les personnages du roman, même si j'ai un peu déçue que la présence d'Adèle diminue de plus en plus, jusqu'à n'être plus qu'un personnage secondaire au début du livre. C'est d'ailleurs très surprenant, la façon dont l'importance et la place des personnages changent dans ce livre. Adèle est d'abord le personnage principal puis n'est presque plus présente, Elise devient ensuite le personnage principal pour laisser par la suite la place à sa mère. Une fois passée la surprise, cela n'est pas forcément dérangeant puisque les trois personnages sont aussi attachante les unes que les autres. Je me suis trouvée beaucoup de points communs avec Adèle, déjà le fait qu'elle soit enseignante, mais aussi son envie d'enseigner dans un village inconnue et sa volonté de porter ses élèves au meilleur d'eux mêmes. Même si son obsession pour Elise peut paraître un peu déplacé au début, moi j'ai tout de suite compris la jeune femme: en tant qu'enseignant, on s'attache à nos élèves et on ne peut pas supporter de voir que l'un d'entre eux est malheureux. Après, à sa place, je ne me serai peut-être pas permise tout ce qu'elle a fait. Néanmoins c'est une jeune femme attachante avec qui on a envie d'être amie, de se confier autour d'une tasse de café. La mère d'Elise peut paraître un peu froide au début, mais finalement, quand on comprend les souffrances qu'elle cache et tout ce qu'elle a vécu, on ne peut que la comprendre et compatir. Elise est sûrement celle qui m'a le plus émue et dont le passé est le plus dur, elle n'a pas commencé sa vie dans la joie et pourtant la petite fille ne s'apitoie jamais sur son sort. On la voit grandir jusqu'à devenir une jeune adolescente désireuse de percer les secrets de sa naissance.



En conclusion, j'ai plus qu'adoré La promesse à Elise qui est une lecture coup de cœur! Tout dans ce roman m'a plu et j'ai en prime découvert un auteur dont j'apprécie le style. J'ai d'ailleurs très envie de lire d'autres roman de Christian Laborie, en espérant être autant transportée que dans celui-ci.
Lien : http://lesmotsdeclo.eklablog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
hardylindsay
  19 octobre 2017
Ma grand-mère vous passe le bonjour de Fredrik Backman
Lorsqu' Elsa, sept ans, perd sa mamie son monde s'écroule. Non seulement elle doit dire au revoir à sa seule et unique amie mais aussi à une conteuse extraordinaire à l'imagination débordante, portée par une gouaille ravageuse. Une femme qui a jouit de la vie, la brûlant par les deux bouts et trouvant une forme de rédemption auprès de son unique petit enfant. C'est dans le monde imaginaire de Miamas, créé par sa mamie, qu'Elsa trouve refuge jusqu'à ce qu'elle lui confie une mission post mortem: distribuer des lettres à tous ceux qu'elle a blessé au cours de sa vie. L'immeuble dans lequel habite l'enfant va alors être confronté à une vague de révélations, de compromis et d'aventures. Elsa va alors être le témoin des secrets de chaque voisins mais surtout ceux de sa grand-mère qu'elle ne connaissait finalement pas...



Lorsqu' Elsa, sept ans, perd sa mamie son monde s'écroule. Non seulement elle doit dire au revoir à sa seule et unique amie mais aussi à une conteuse extraordinaire à l'imagination débordante, portée par une gouaille ravageuse. Une femme qui a jouit de la vie, la brûlant par les deux bouts et trouvant une forme de rédemption auprès de son unique petit enfant. C'est dans le monde imaginaire de Miamas, créé par sa mamie, qu'Elsa trouve refuge jusqu'à ce qu'elle lui confie une mission post mortem: distribuer des lettres à tous ceux qu'elle a blessé au cours de sa vie. L'immeuble dans lequel habite l'enfant va alors être confronté à une vague de révélations, de compromis et d'aventures. Elsa va alors être le témoin des secrets de chaque voisins mais surtout ceux de sa grand-mère qu'elle ne connaissait finalement pas...



Voilà une aventure dont rêve tous les enfants! Peuplé de géants, de "worse" chiens au gabarit démesurés, de chevaliers et de contes et légendes, Elsa va confondre l'imaginaire à la réalité pour s'apercevoir qu'elle n'est pas si différente. Si les personnages qui content son univers sont fantastiques, ils ne le sont pas vraiment dans la vie. Entre une mère trop organisée mais dépassée, un couple de vilains voisins, un géant mutique, un chien orphelin et une voisine alcoolique, Elsa mène l'enquête sur les destinataires des lettres. Reprenant les codes du conte, Fredrik Backman aborde avec humour l'importance du pardon et de la tolérance. Sous la goguenardise d'une vieille femme et la naïveté d'une enfant toutefois très intelligente, il condamne les faux semblants, l'image idéal que l'on veut bien donner pour révéler l'amour, l'amitié mais aussi le deuil que l'on porte. J'ai beaucoup rit, pleuré mais suis sortie ébahie par tant d'intensité.



J'ai beaucoup apprécié l'ironie des situations, l'esprit grinçant de cette grand-mère mais aussi les réflexions matures de cet enfant fan de Harry Potter. C'est ingénieux, original,tout en révélant un aspect positif sur le travail de deuil. L'auteur dévoile peu à peu différentes strates en partant des nombreuses personnalités pour exposer les violences conjugales, l'amour maternel complexe, les accidents de la vie et même les répercutions de la guerre sur l'esprit. C'est beau, quelque fois rude mais toujours bienveillant. Malgré quelques longueurs, l'auteur à su décrire avec tact la fragilité des liens qui unissent. Je terminerais donc ce billet par un chocolat chaud à la créole et des roulés à la cannelle pour assortir cette lecture à une gourmandise!
Lien : http://bookncook.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
missmolko1
  19 octobre 2017
On la trouvait plutôt jolie de Michel Bussi
J'avais découvert Michel Bussi d'abord avec Ne lâche pas ma main, puis ensuite avec Maman a tort, deux romans que j'avais aimé mais la, je dois dire que son dernier roman est bien meilleur. Je suis vraiment conquise et j'ai littéralement dévoré cette enquête.



On fait la connaissance de Leyli, une africaine arrivait en France il y a quelques années. Elle vit dans un minuscule appartement avec ses trois enfants. Elle cumule des petits jobs mais la après plusieurs années de galère, elle a enfin décroché une CDI. Au fil des pages, on découvre son histoire, celle de ses enfants et malheureusement le quotidien de tellement de migrants. "- Tout le monde possède des rêves, Bamby. Et ce qui compte, ce n'est pas de les réaliser, c'est juste de pouvoir y croire. Qu'il existe une possibilité, une petite chance. Quand tu nais au Bénin, quand tu restes au Bénin, à Cotonou ou à Porto-Novo, tu enterres ce petit espoir. Tu le jettes définitivement dans l’océan. Sur les dix millions de Béninois, pourquoi n'y aurait-il pas de petits Zidane, de petits Mozart, de petits Einstein ? Pourquoi les Béninois ne naîtraient-ils pas eux aussi avec cette graine de talent ? Mais cite-moi un prix Nobel Béninois ? Un médaillé olympique béninois ? Ou même le moindre acteur béninois ? Tu comprends, on veut juste notre part de rêve !"



L'enquête est passionnante. A la manière de Columbo, on connaît l'identité du meurtrier des les premières pages. Ce que l'on ne sait pas c'est le pourquoi du meurtre. Et puis l'auteur a plu d'un tour dans son sac et a quelques chapitres de la fin, nous livre un véritable retournement de situation. Pour ma part, en tout cas, je n'attendais a tout sauf a cela !



Les personnages sont attachants : j'ai eu un coup de coeur pour Julo qui est un excellent flic et puis bien sur Ruben, et ses histoires. Le sujet des migrants, malheureusement d'actualité, est vraiment bien traité. Sans mélodrame, l'auteur nous montre la face hideuse du trafic des humains et le business crée autour. "L'occident croit que s'il ne se barricade pas, toute l'Afrique va débarquer chez lui. Quelle peur idiote ! L'immense majorité des populations veulent rester là où elle habitent, là où elles sont nées, avec leur famille et leurs amis, du moment qu'elles ont à peu près de quoi survivre. Elles s'en contentent. Il n'y a que quelques fous pour tenter l'aventure. Entre cent mille et deux cent mille migrants qui tentent de passer la Méditerranéenne chaque années, moins d'un Africain sur dix mille, et on parle d'invasion ?"



Bref, je ne peux que vous recommandez cette lecture et pour ma part, je viens de craquer pour Le temps est assassin et Nymphéas noirs qui viennent de rejoindre ma PAL.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160