AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Les Bons Caractères


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
cecile70
  30 juillet 2019
Dans l'atelier du monde de Alan Grey
Pour commencer, je remercie Babelio et les éditions Les Grands caractères de m'avoir permis de découvrir ce livre. Ces éditions ont pour but de mettre en lumière certains pans de l'Histoire et je reconnais que je ne me serais pas forcément intéressée au sujet si je n'avais pas reçu ce livre, et je serais par conséquent passée à côté de quelque chose.



On parle très souvent dans les journaux ou films parus des mouvements ouvriers britanniques pendant et après Guerres, mais on ne parle pas de ce qu'il s'est passé pour eux avant la Première Guerre Mondiale. On y découvre en effet ici les premiers mouvements de grève en Grande Bretagne à partir du XIXème siècle, à l'heure de l'industrialisation et des conditions de vie très dures pour les ouvriers, femmes et enfants compris. On voit ainsi apparaître la lutte des classes, la naissance des syndicats, l'idée de révolte et l'inspiration des pays voisins, en France notamment, qui vont leur permettre, petit à petit, de gagner des Droits.



Beau travail, bien écrit et bien documenté par Alan Grey, se lit rapidement et facilement, je recommande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MARCUS36
  26 juillet 2019
Dans l'atelier du monde de Alan Grey
D'abord j'adresse mes sincères remerciements aux"Bons caractères"et bien sûr à l'équipe de Babelio qui travaille à notre passion et le font bien.



Attiré par ce curieux titre, j'ai immédiatement pensé à certains pays asiatiques. Tout faux.



Ce petit livre nous apprend comment la classe ouvrière britannique s'est battu contre le patronat, le gouvernement, la bourgeoisie. Le constat est terrifiant malgré cela le prolétariat n'aura de cesse de s'organiser, de combattre pour vivre et travailler correctement.



L'auteur, Alan Grey, a fait un travail de recherches remarquables a su synthétiser toutes ces informations pour nous livrer ce recueil, qui nous ouvre les yeux sur le système britannique de cette époque (1780-1914).



Un plus, la photo qui est en couverture parle en elle-même de ces ouvriers, des enfants, dont les visages vont du sourire à la tristesse, en passant par la curiosité et une certaine résignation.



Je suis reconnaissant et triste d'apprendre, moi qui suis anglophone de coeur, ces épisodes terribles de leur histoire. Cela complète mes connaissances au sujet de ce pays.



Je le recommande évidemment à tous ceux, qui comme moi s'intéressent au Royaume-Uni et à ceux qui aiment l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          128
christinebeausson
  24 juillet 2019
Quand la révolution ébranlait le monde la vague révolutionnaire (1917-1923) de Jacques Le Gall
"Comme en Russie, la révolution de février avait mis en place, avec le soutien de socialistes, un pouvoir dont l'objectif était le retour à l'ordre bourgeois."

À longueur de pages .... les mêmes idées se répandent .... les sociaux démocrates sont des vendus !



Quelques pages plus loin "des sociétés de soldats se créèrent, qui, comme en Russie, tombèrent dans un premier temps sous l'influence des mencheviks. Dès mars es bolcheviks envoyèrent des militants en Finlande, dont la russo-finnoise Alexandra Kollontaï, mais ils restaient minoritaires."

Toujours la faute des autres, les purs, les durs, les bolcheviks ont été empêchés de prêcher la bonne parole, ils n'ont pas pu convaincre les impurs de la justesse de leurs propos !



Toujours les mêmes propos, "au moment où les masses s'insurgèrent, elles eurent alors bien du mal à distinguer ceux qui souhaitaient la victoire de la révolution de ceux qui, sous le masque du socialisme,ne voulait pas qu'elle l'emporte. »

L'échec vient toujours des autres, des socials traitres, des vendus ....



Un peu lassant, ces analyses à l'emporte pièce ....

je n'ai jamais été une marxiste-léniniste, du temps de ma jeunesse dans les années 68 je fus tentée d'y mettre les pieds .... la vie et les années passant je me retrouve maintenant dans la peau d'une vieille sociale démocrate .... traître à la grande cause.

Et je dis non aux parleurs au nom du peuple, je dis oui à la recherche de solutions qui privilégient la négociation et le compromis ... solutions qui je crois, peuvent nous permettre d'avancer tous ensemble !

Merci à Babelio et aux éditions les bons caractères de m'avoir permis de me replonger dans mes errances de mes 18 ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40