AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Héros-limite


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
TmbM
  04 février 2020
Manuscrit corbeau de Max Aub
L'auteur, lui-même interné au camp du Vernet, rend compte de ses diverses observations, souligne sa profonde incompréhension de ses concitoyens et n'hésite pas à dire tout le mal qu'il en pense, chapitre après chapitre. Ainsi, les Corbeaux sont supérieurs aux Hommes et ces derniers ne sont ni plus ni moins que lamentables. On comprend rapidement où il veut en venir et ses réflexions, même si elles sont malignes, justes et pleinement concevables, finissent par se répéter. Et c'est, à mon sens, la limite de l'exercice.



Malgré cela, c'est un ouvrage intéressant qui offre quelques traits d'esprit assez spirituels et parfois très incisifs, de jolies trouvailles et de belles formules. À ce sujet, il est de bon ton de saluer le travail du traducteur, Guillaume Contré, qui rend parfaitement justice à la prose poétique de ce court roman.



L'article complet sur Touchez mon blog, Monseigneur...
Lien : https://touchezmonblog.blogs..
Commenter  J’apprécie          10
viou1108
  23 janvier 2020
Manuscrit corbeau de Max Aub
"Manuscrit corbeau" semble être la thèse de doctorat de Jacobo, un noir corbeau résidant dans un camp d'humains, aux environs de ces années de grâce 1939-40. Maître Corbeau, sur son grillage perché, observe donc l'espèce humaine et ses agissements étranges. Il la compare à la sienne, la tellement supérieure race corvine. Au fil de chapitres plus ou moins courts, il s'épate, s'étonne, s'interroge, s'agace, s'énerve de l'absurdité et de l'inconséquence des hommes, espèce ô combien méprisable. Tout y passe : la nourriture, le travail, les maladies, la guerre, les hiérarchies, les lunettes, l'argent, les espadrilles, les frontières et les nationalités, de l'individuel à l'universel. Dit comme cela, ce texte apparaîtrait simplement cocasse et ironique. Mais le "camp d'humains" que fréquente Jacobo est en réalité le camp de concentration du Vernet, en Ariège. Un camp que Max Aub a "bien" connu, puisqu'il y a été interné en 1940-41 après avoir fui la dictature franquiste (avant d'être déporté au camp de Djelfa en Algérie en 1942 puis de s'exiler définitivement au Mexique). Ce sont donc les prisonniers du camp et leurs geôliers que Jacobo observe, et sous cet angle, son ramage est caustique et persifleur.

Avec ces observations à hauteur de corbeau, Max Aub livre un petit traité de la condition humaine en milieu concentrationnaire. C'est piquant, noir et glaçant.



PS : "Manuscrit corbeau" vient d'être réédité en 2019 par les éditions Héros-Limite.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          493
Tandarica
  13 octobre 2019
Sans visa : Tout peut servir de motif et autres proses de Rose Ausländer
Ce superbe volume de poésie est traduit de l’allemand par Eva Antonnikov et comporte en couverture une gravure (1940) du Hongrois Ámos Imre.



Simplicité lumineuse d’une plume sensible, des poèmes aux couleurs de l’exil, aux cris retenus, mais forts du désir de vivre : « Enferme-nous/Seigneur/dans la paix » (p. 39). Des motifs bibliques ou issus de la tradition juive sont très présents dans les poèmes.



Des poèmes éloges aussi, à Paul Celan (p. 23), à Heinrich Heine (p. 24), à Bobrowski Johannes (p. 25), à Pablo Neruda (p. 26), à Czernowitz, sa ville natale (p. 89 -103).



Dans le texte « Tout peut servir de motif » Rose s’interroge : « Pourquoi j’écris ? » (p. 92). Si au début la réponse est « parce que les mots me dictent : écris-nous. », la fin est empreinte du doute de la consolation : « Pourquoi j’écris ? Je ne sais pas » (p. 97).



La poétesse entend se construire un véritable « Temple de papier » (p. 61) :



Seuls quelques mots

sont restés

mots étrangers

Ailes Amour Calme



Je les écris

sur le mur du temple
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          780