AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michalon Editions


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Michalon Editions


Dernières critiques
melajeh
  21 janvier 2021
Méfaits divers : Journal d'un frère de Cantat
Le témoignage de Xavier Cantat après le drame qui a impliqué son frère Bertrand, chanteur de Noir Désir. Sur la forme , c'est très bien écrit. Sur le fond, je trouve qu'il apporte une vision juste et émouvante de son ressenti. Il dresse un portrait de son frère tout en pudeur, en essayant de ne pas porter de jugement. Au delà de cette histoire là, il apporte un éclairage sur les répercussions que peuvent avoir ce genre de situations dramatiques sur l'entourage plus ou mois proche des individus concernés. Avec ce récit j'ai eu l'impression de partager un peu la douleur et l'intimité de la famille Cantat sans jamais faire preuve de voyeurisme. Bien sur mon attachement au groupe Noir Désir a beaucoup contribuer à mon envie de lire ce livre.
Commenter  J’apprécie          00
ChezVolodia
  20 janvier 2021
Plus vivant que jamais ! de Jean-luc Romero-michel
Tout d’abord, je dois avouer avoir lu ce livre par curiosité, une curiosité malsaine de voyeur. Je ne connais pas personnellement Mr Jean-Luc Romero, sinon au travers de son combat pour le droit de mourir dans la dignité et dans sa lutte contre le sida. Je dirais même plus, honte à moi, d’en avoir entendu parler seulement depuis quelques années - alors qu’il est adjoint au maire du XIIème arrdt de Paris - et m’y suis intéressé pour les raisons ci-dessus évoquées.



Ce livre est à la fois un journal intime, une lettre d’amour et un hommage à son défunt mari. J’ai eu quelques difficultés à y « entrer », justement, en raison de l’intimité de ces confidences, mais également en cause, une suite d’énumérations de réunions, de déplacements professionnels, de résidences hôtelières dans des pays dits paradisiaques dont j’ai eu du mal à comprendre l’utilité dans le récit. Mais en y réfléchissant, il s’avère qu’ils ont toutes les raisons d’y figurer, Christophe son époux étant lui-même un fervent militant, très actif dans les partis représentés par Mr Romero. Et puis, c’est bien cette activité de militant qui les a rapproché. Donc même si j’ai trouvé un peu fastidieux, et lu en diagonale cette suite d’énumérations je les ai comprises.



Mr Roméro est un homme gentil, profondément gentil, au point qu’il en dégouline de gentillesse par tous les pores de la peau et au fil de sa plume. Il est incapable, à moins qu’on ne lui montre preuve à l’appui (actes et lettres homophobes) la noirceur d’âme de certains. Son amour pour son époux a été et est toujours inconditionnel quels que soient les évènements qui aurait plus lui faire douter de la réciprocité.



En effet, après les circonstances sordides de son décès, on aurait pu croire qu’après la sidération, l’anéantissement, surviennent la colère et la rancœur pour un amour , pour une partie de jambes en l’air. Mais non, malgré ce coup du sort terrible, aucun reproche, juste l’incompréhension et ça « chapeau », j’admire !



Un reproche peut être, il aura fallu ce malheur touchant au plus profond de l’être pour qu’un homme politique ose parler en public de ces morts anonymes du Chemsex. Car si depuis un certain temps maintenant de grandes voix de la communauté gay, et de certains addictologues s’élèvent contre cette pratique du sexe sous drogues, on a l’impression qu’elles prêchent dans le désert. Jean-Luc Romero, nous explique en quelques pages seulement les dangers de ces drogues de synthèse tout en nous expliquant les difficultés à les faire disparaître, ce qui est bien, mais j’aurais préféré qu’il envisage une action plus « poussée » plus ouverte, plus politique pour lutter contre ce fléau qui décime pour la plupart du temps toute une jeunesse.



Le deuil peut se faire en retournant dans les endroits que l’on a parcouru à deux, en se remémorant les jours heureux, mais il peut également accroître le sentiment de solitude, chacun le fait de la façon dont il le ressent. Jean-Luc Romero a choisi d’atténuer sa douleur en gardant son époux à l’esprit et en le faisant revivre dans celui des autres.



J’ai trouvé que ce livre était un très bel hommage malgré des pages que pour ma part j’ai trouvé un peu ennuyeuses à lire (réunions, déplacements, etc…) hum oui, je ne suis pas militant donc...




Lien : http://chezvolodia.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sevlipp
  15 janvier 2021
Adultère de Fremiot Luc
Adultère est le récit du procès d'un homme qui a tué l'amant de sa femme.

Franchement, j'ai bien rit les premières pages : un président de cour d'assise loufoque, des dialogues savoureux.

Puis le procès s'installe, les protagonistes prennent place (l'accusé, sa femme, les avocats, les jurés, les témoins) ; des hommes et des femmes avec leurs faiblesse.

On rentre dans l'intimité, on compatit, on sourit encore.

Une descriptions des magistrats et avocats sans complaisance.

150 pages qui se lisent d'une traite.

Un petit roman qui mériterait d'être plus connu.
Commenter  J’apprécie          140