AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Editions Arthaud


Livres les plus populaires voir plus


Collections de Editions Arthaud



Dernières parutions chez Editions Arthaud


Dernières critiques
Torellion
  06 décembre 2017
Atlas des îles abandonnées de Judith Schalansky
L’atlas des îles abandonnées est un recueil d’historiettes toutes plus savoureuses les unes que les autres.

Savamment préfacé par Olivier de Kersauson, l’introduction de l’auteur allemande nous rappelle les enjeux d’un atlas : politique, social, culturel...

L’ouvrage se découpe ensuite selon les localisations géographiques de ces îles abandonnées e Dieu et des hommes : Océan pacifique, atlantique, indien, antarctique.

Ces récits pleins de fureur et de bruits, sont autant d’odes au voyage, à l’homme et sa bêtise, à la nature.

Judith Schalansky nous emmène dans une bien curieuse aventure au fil de ces quelques cinquante îles avec talent. Le style est net, parfois clinique, parfois empreint de romantisme. Ce livre est une excellente découverte. Et il est beau, à la manière de ces atlas d’autrefois.

À lire d’urgence par tous les amateurs de voyage.
Commenter  J’apprécie          270
ServaneP
  03 décembre 2017
Les Trous du cul du monde de Tristan Savin
Envie d'évasion ,hors des sentiers battus ? Ce livre est (peut-être) pour vous :)..

Bon, il faut être honnête, ce n'est pas un ouvrage littéraire et ça tombe bien puisque ce n'est pas le but. L’écriture est perfectible et l'auteur a parfois du mal à boucler certaines de ses anecdotes,mais ces dernières ont le mérite de nous faire passer un bon moment ( en tout cas, on est mieux derrière son livre que dans les situations décrites) ça se lit très vite, pour ricaner dans le métro,poufiasser chez le coiffeur ou demander une annulation de son voyage et un remboursement du billet pour cause de non compatibilité de la destination avec ses désirs d'exotisme...En bref, si vous n'aimez pas trop sortir de chez vous,après cette petite compilation de galères et de rencontres improbables, vous saurez de source sûre que vous avez raison; si,par contre, vous avez l'habitude de parcourir le monde en mode roots, vous finirez par trouver une historiette qui vous rappelle étrangement quelque chose...^^
Commenter  J’apprécie          00
gavarneur
  29 novembre 2017
Montagnes d'une vie de Walter Bonatti
Nastie92, Pierre Mazeaud, Michel Guérin et même Dino Buzzati sont enthousiasmés par ce livre et par Walter Bonatti.

Moi, un peu moins. Mazeaud écrit : « Que Walter Bonatti soit l'un des plus grands alpinistes de la lignée des Comici, Cassin, des Preuss, Heckmair, comme des Allain et Terray, personne n'en disconviendra. Mais pour moi, il est assurément le plus pur de tous. Ses réussites exceptionnelles, la joie et la fierté qu'il en retire ne sont rien aux côtés de ses échecs et de la douleur qu'ils ont entraînée, blessure qui ne cicatrisera jamais ». Et je suis complètement d'accord.

L'ennui, c'est que cette blessure, aggravée par les polémiques (certaines compréhensibles, d'autres créées par des incompétents et probablement par des malhonnêtes) aigrissent ce grand alpiniste et son livre.



J'ai vraiment aimé les descriptions des ascensions, qu'elles se soient terminées dans le bonheur ou la tragédie. Quelques pages de magnifiques descriptions m'ont également touché. Bonatti ne parle pas de sa vie (mais ce n'est pas son premier livre), mais ce qu'il dit de ces montagnes choisies et de la façon dont il les a vécues suffit à mon bonheur.



J'ai ensuite été perturbé par l'explication du renoncement de Bonatti à l'alpinisme de haute difficulté, à l'âge de 35ans. Il n'était pas tenu de justifier son choix, mais l'amertume de son explication m'a fait mal (pardon, Bonatti, bien moins qu'à vous, bien sûr) : « Je vis depuis des années dans une ambiance accablante, qui touche aux limites du supportable. Il n'y a pas autour de moi cette atmosphère amicale qui engendre la sérénité. L'autodéfense énervante à laquelle j'en suis réduit m'use et me démoralise. Je déteste jouer les victimes, mais c'est la vérité. En conclusion, ce n'est pas la montagne qui m'a déçu et lassé, mais l'opacité, la bêtise et l'étroitesse de vue d'un certain « clan » avec lequel j'ai toutefois essayé de maintenir des rapports au moins formels. Aujourd'hui cependant je ne suis plus disposé à le faire. »

Je suis gêné par ce sujet, et par ce qui est dit : pas de noms, peu de faits précis, et même si Bonatti était un pur, il a été lié à des drames, et à une certaine forme de compétition, à beaucoup de publicité. Il était un homme public, et c'était aussi son choix ; il critique le sponsoring, mais a aussi bénéficié du soutien des media.

Un autre aspect qui m'a gêné est sa défense, polémique, de son style d'escalade. Oui, il a voulu aller jusqu'au bout des moyens traditionnels, jusque dans l'escalade artificielle, et je comprends qu'ils soit choqué que l'arrivée en montagne du tamponnoir puis du perforateur fausse complètement les comparaisons. Faut-il pourtant rejeter tout ce qui n'est pas sa méthode ? La règle du jeu est arbitraire et évolutive, ses prédécesseurs ont refusé les pitons d'assurance, les crampons à pointes avant, la progression en s'aidant des pitons etc. Personnellement, une voie protégée en perçant des trous, mais gravie sans aucun point d'aide ne me choque pas plus que les lancers de corde de Bonatti. A condition bien sûr de ne pas comparer les exploits des générations différentes. Mais pourrait-on les comparer quand de toute façon la connaissance du terrain, l'amélioration des moyens de communication et de secours, et le matériel ont fait disparaître la prise de risque et l'aventure de nos aînés (sauf peut-être sur quelques parois au bout du monde (voyez ce film incroyable : Meru)).



Lisez pourtant ce livre (si possible dans la magnifique collection rouge des éditions Guérin, en grand format avec les photos ajoutées et quelques compléments), les premiers chapitres sont enthousiasmants, et il y a ensuite des pages tragiques, bien écrites et parfois même humoristiques, que je vous recommande chaudement. Faites confiance à la critique de Nastie, elle dit l'essentiel.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140