AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Hugo Document


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Hugo Document


Dernières critiques
Melieetleslivres
  23 octobre 2021
Je voulais qu'elle se taise de Randall Schwerdorffer
Lorsque j'ai entendu parler de ce bouquin à la télé, sur une chaine d'infos, j'ai d'abord halluciné. Et je me suis demandée : est-ce moral de la part de l'avocat (que je déteste) de Jonathannnnn Daval d'écrire un livre sur l'affaire ? J'ai posé la question à mes amis Facebook, il y a divers avis. et un dégoût majoritaire. Surtout que Randall Schwerdorffer ose mettre sur la couverture, en sous-titre "La tragédie amoureuse de Jonathann et Alexia". Parler d'amour alors que ce garçon a tué sa femme, c'est insupportable. Et la quatrième de couverture :

(Photos sur mon blog)



Et j'ai acheté le bouquin, cédant à une pulsion du genre de celles qui vous fait lire "Voici" chez le coiffeur. Et j'avais l'impression d'avoir commandé un journal à "scandales criminels" du style "France Dimanche" ou "Ici Paris", ou "Détective" (Je ne sais pas si ces feuilles de chou existent encore, je sors peu). Bref. À peine reçu, j'ai plongé. Et grosse surprise, Randall Schwerdorffer parle de lui à la troisième personne. Il fait le récit de cette histoire, en se décrivant comme grand et costaud, et autres adjectifs flatteurs dont il se pare ; dont le cabinet n'est pas une galerie d'Art comme chez les autres avocats, mais lui c'est un loft. Il trouve ça plus "classieux".

Il raconte comment il a eu vent de l'histoire, alors qu'il se trouvait en vacances en Guadeloupe, et d'ailleurs c'est pas lui, "c'est sa femme qui regarde les chaines d'info, pas lui", et, revenus en France, sa femme trouve que "ce serait bien pour la notoriété de Randall" de prendre l'affaire, de devenir l'avocat de Jonathann Daval, parce que celui-ci, arrêté, doit changer d'avocat : jusqu'ici il était "partie civile" avec les parents d'Alexia.



Toute l'affaire est résumée dans l'Avant-propos, une vingtaine de pages. Les lieux, le décor, les personnages, l'environnement familial et social, l'affaire en elle-même. Dans ce chapitre, ainsi que dans les suivants, l'auteur fulmine violemment contre le mot "féminicide", qu'il trouve "idiot", "bête", "inventé par des féministes intégristes", lui voudrait que désormais on utilise le mot UROXICIDE. Ben voyons. Un mot clair et facile, non ???



Alors ici commence pour l'auteur du bouquin une charge contre ceux qu'il considère comme ses ennemis personnels : les médias, la police, les féministes, le Procureur, la famille d'Alexia Daval, la famille de Jonathann Daval, le mouvement #metoo et le #balance ton porc, et une bonne partie de ses collègues avocats. Il prétend qu'il a appris des indices importants par le magazine "Le Point" DONC la police était contre lui, elle a "fuité aux journalistes". Il prétend que l'affaire Daval a éclipsé l'affaire Nordhal Lelandais à cause des féministes. À cause des journalistes télé qui le détestent. Qui détestent Jonathann parce qu'il "a menti" à la France entière. À cause des télés, il est passé deux fois au Conseil de discipline, "c'est forcément un coup monté contre Randall" (en fait il a couru raconter les aveux de Jonathann à toute la presse attendant devant le commissariat de police, et ce avant même que soit terminée la garde à vue, et l'autre gros souci, il a discuté en fumant une cigarette à l'extérieur du Tribunal avec une personne de la Partie Civile, en plein milieu du procès !)



En fait tout le livre est un prétexte pour attaquer, dénoncer et se défendre, "défendre Randall", n'oublions pas que tout est écrit à la troisième personne. Tout le monde le hait, tout le monde hait son client, personne ne le comprend, par contre Randall le comprend. Quoique après avoir parlé de l'amour des deux jeunes gens pour vendre ce bouquin tout autocentré, il admet bien vite qu'il n'y avait plus de bonheur entre Alexia et Jonathann au moins deux ans avant le mariage.



Si vous me permettez une opinion personnelle, je suis tout à fait d'accord avec Randall trucmuche sur le fait que la peine du gamin est un peu trop lourde au regard du crime : non prémédité : non excusable non plus, mais il ne méritait pas 25 ans. Sachant que mentalement ce gamin est resté un enfant, et qu'il ne pouvait pas "assurer" sexuellement aux demandes d'Alexia pour concevoir.. à mon avis il n'y a pas de risque de récidive.

J'ai au moins bien ri lorsqu'il a parlé de "Brigades cinéphiles"!!!! Parce qu'en même temps il parle de l'affaire Jubillar, et il tient Cédric Jubillar pour innocent....



Pour résumer, vous n'apprendrez rien sur l'affaire Daval, mais tout sur le sentiment de supériorité de cet avocat détestable, vous aurez juste envie de le détester pour son arrogance et son délire de persécution. Je n'ai trouvé aucun intérêt à ce livre, j'ai eu juste envie, pendant toute la lecture, de ricaner tant ce Randall Schwerdorffer se ridiculise.


Lien : https://melieetleslivres.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
LesChroniquesdeMamanSpi
  16 octobre 2021
Je communique avec vos défunts de Megane Cohen
L’auteure nous fait part de son parcours, nous partage des tranches de vie où elle nous raconte son quotidien avec les défunts, des moments forts de séance, Son expérience avec l’au-delà. Il ne s’agit pas ici de faire du sensationnel, non.



Nous avons là un ouvrage qui veut faire évoluer notre regard sur la mort. Bien qu’elle soit taboue dans notre culture, et associée à un champ lexical plutôt obscur, Megane nous demande de voir au-delà des apparences, au-delà de nos croyances (limitantes?). Pour cela, tout au long du livre, elle se dévoile, dans ses moments de solitude, de peur, de détresse, de remise en questions, de travail sur elle, de joie, de découverte de la maternité (❤️), toutes ses expériences qui lui ont permis d’évoluer jusqu’à aujourd’hui.



C’est un témoignage fort, où j’ai vécu une sacrée palette d’émotions ! J’en ressors avec des réponses, mais aussi avec une remise en question de mon système de croyances.



Merci Megane pour toutes ces pistes de réflexion et d’ouverture...

Je recommande évidemment ce livre, qui m’a bien touchée 🥰
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Samilton
  19 septembre 2021
L'art de la victoire de Phil Knight
C'est en 1962, alors que Phil Knight, jeune homme de 24 ans passionné de course se remémore une "Idée folle". Un projet ambitieux, une conviction profonde alors que peu de personnes se montrent emballées initialement.



Il faut savoir qu'à l'époque, les coureurs sont vus comme des gens marginaux, parfois même raillés et insultés lors de leurs courses d'après l'auteur. Qui peut être assez fou pour s'infliger des dizaine de kilomètres, des douleurs physiques et mentales, on est bien loin de la mode actuelle et des milliers d'applications de running.



Bref, dans ce livre autobiographique, Phil Knight, le fondateur de Nike nous retrace son parcours : des chaussures japonaises de courses qu'il importe et revend aux états Unis ; à son départ du poste de PDG de Nike en 2006, laissant un chiffre d'affaires de 16 milliards de dollars sur cette année.



L'auteur nous raconte son épopée, mais pas que la sienne. Celle de ses collaborateurs en tout genre ( associés, producteurs, revendeurs, banquiers etc..) l'ascension de Nike impliqua de très nombreuses personnes, plusieurs pays, donc forcément des rivalités et des batailles avec les rivaux.



Outre cette aventure collective, j'ai également bien apprécié la leçon de vie, de détermination ainsi que de persévérance dans ce livre. Certes, il est autobiographique et potentiellement romancé, mais certains faits indéniables forcent le respect envers cet entrepreneur.



C'est un livre que je recommande, l'histoire dynamique s'enchaîne assez rapidement et présente des détails, des personnages intéressants.







+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10